The Scum Villain Self-Saving System – Chapitre 17

Chapitre 16|Index|Chapitre 18

Traduction par Keliane, correction par Yukiko-chan

Chapitre 17

Cependant, c’était l’illusion de Meng Mo. Il était le meilleur pour utiliser les sentiments terrés au plus profond du cœur des gens. En faisant ressortir leurs terreurs, leurs rages, ou leurs amertumes les plus anciennes, il pouvait ensuite briser leurs défenses psychologiques. Par conséquent, durant toutes ces innombrables centaines d’années, personne (de ce qu’on en savait) n’était parvenu à se libérer.

Shen Qingqiu avait toujours voulu jouer ce point du roman d’origine au tsukkomi 1. Cela avait été dit très clairement, mais tout de même, que des enfants de taille moyenne comme Luo Binghe et Ning Yingying puissent s’arrêter amèrement pendant un moment et trouver malgré tout la sortie ; Grand Dieu Airplane Towards The Sky, pitié, tu pourrais donner un peu plus de crédibilité à ton démon ancien !

Luo Binghe chargea soudain droit devant lui, semblant vouloir battre ceux qui s’en prenaient à son lui plus jeune, de l’époque où il mendiait, mais ses poings passèrent à travers leurs corps. Il n’y avait absolument aucun moyen de défaire l’illusion. Poings et pieds continuèrent de pleuvoir sur ce petit corps.

Shen Qingqiu attrapa rapidement le poing de Luo Binghe et stabilisa son corps.

« Tu vois ? Tu ne peux pas les toucher, expliqua-t-il calmement. Ce n’est que le piège de Meng Mo. »

Si cela avait été le Luo Binghe après qu’il ait activé ses capacités abusées, dix mille Démons Oniriques à l’unisson n’auraient été, à ses yeux, rien de plus que du menu fretin. Mais concernant le Luo Binghe actuel : le sang démoniaque, à l’intérieur de son corps, ne s’était pas encore activé et restait en dormance dans les profondeurs obscures de ses souvenirs et de ses rêves. Tout ce qu’il pouvait voir n’était que son impuissance.

Soudain, la petite illusion dans laquelle ces deux-là se trouvaient se distordit et fit place à une autre scène. Le cœur de Shen Qingqiu cria ‘pas bon’, l’attaque suivante l’avait pris au dépourvu !

C’était un petit cabanon délabré. À l’intérieur, il n’y avait qu’un lit et une petite table bancale. Sur la table était posée une lampe à huile faiblarde et il y avait un banc étroit sur le côté.

Sur le lit reposait une vieille femme fragile, sur le point de mourir, qui s’efforçait de se soutenir au mieux et de s’asseoir. Depuis l’extérieur, une petite silhouette qui devait avoir tout juste dix ans, avec un visage doux et enfantin, se précipita à l’intérieur. Luo Binghe aida la vieille femme à s’asseoir. Autour de son cou, il portait toujours le pendentif de jade.

« Mère, comment peux-tu encore vouloir te lever ? s’écria-t-il vivement. N’as-tu pas dit que tu irais mieux si tu te reposais ? »

La femme toussa et répondit :

« M’allonger ne sert à rien. Il vaudrait mieux que je me lève et que j’aille laver les vêtements.

— J’ai déjà terminé le travail de Mère, répondit le jeune Luo Binghe. Mère, allonge-toi et attends-moi que je fasse cuire tes médicaments. Mange-les, quand ton corps ira mieux, tu pourras travailler. »

Shen Qingqiu savait déjà qu’il y aurait cette scène, mais de la voir jouée en réel juste sous ses yeux, il n’y avait aucun moyen de ne pas en être affecté.

Le visage de cette femme était d’un gris blanchâtre, la maladie était incurable ; elle était aux portes de la mort. Elle sourit et toucha le sommet du crâne de Luo Binghe.

« Binghe, tu es vraiment obéissant.»

Le petit Luo Binghe leva le nez, tout son visage souriant avec force :

« Mère, que veux-tu manger ?

— En ce moment, j’ai de moins en moins d’appétit, répondit-elle. La dernière fois, notre jeune maître de domaine a jeté ce congee blanc. Je suis disposé à faire un essai, mais je ne sais pas s’il en reste dans les cuisines. »

Le petit Luo Binghe pencha vigoureusement la tête et répondit :

« Je vais demander, Mère !

Ça ira si tu ne fais que demander. S’il n’en reste plus, n’importe quel autre plat léger et liquide pour remplir l’estomac fera l’affaire.»

Le petit Luo Binghe courut da da da au dehors, telle une tornade de vent. La femme s’allongea un moment, puis récupéra une aiguille et du fil de sous son oreiller et commença son ouvrage de femme.

La lumière à l’intérieur du cabanon faiblit de plus en plus. La silhouette de Luo Binghe n’était pas nette. Il tendit une main pour attrapper quelque chose. Shen Qingqiu s’empara de sa main et dit avec force :

« Luo Binghe ! Regarde attentivement, ce n’est pas ta mère, tu n’es plus cet enfant faible incapable de répondre aux coups. »

Le pouvoir destructeur du rêve était basé sur le fait d’handicaper émotionnellement les gens. Plus ils se sentaient mal, plus les dégâts qu’ils recevaient étaient importants. Tout comme pour Luo Binghe en cet instant, leur instabilité devenait une grande menace pour leur vie.

Deuxièmement, il fallait être prudent. Les ‘gens’ de ce rêve ne pouvaient définitivement pas être attaqués.

Toutes ces ‘personnes’ provenaient de la conscience et du cœur du rêveur.

Les attaquer, c’était s’en prendre à son propre cerveau. Il y avait beaucoup de gens qui ne comprenaient pas ce point, ou qui ne pouvaient pas contrôler leurs émotions, et qui, dans le rêve, attaquaient et blessaient leur propres ‘personnes’. Dès lors, ils se retrouvaient plongés dans un sommeil éternel.

Considérant la situation actuelle, si Luo Binghe entrait en sommeil éternel, Shen Qingqiu l’accompagnerait aussi et resterait piégé dans le rêve.

Le paysage environnant changea de façon imprévisible. La scène montra un petit Luo Binghe suppliant un jeune maître de donner à sa mère un bol de congee à manger ; puis cela bascula sur l’époque où il venait tout juste d’entrer au pic Qing Jing, quand tous ses shixiong l’excluaient et lui rendaient la vie difficile : une petite silhouette qui luttait pour brandir une hache rouillée ; qui portait de plus en plus lentement des seaux d’eau dans les escaliers ; son seul pendentif de jade chéri volé et qui ne put jamais être retrouvé…

Le chaos de ces scènes ne cessait de s’accentuer. À cet instant, ces images et ces souvenirs dispersés rendaient Luo Binghe incapable de voir ou d’entendre quoi que ce soit. Dans son esprit et dans son cœur, il ne restait que ressentiment, désespoir, souffrance, impuissance, fureur, et d’autres émotions entremêlées dans un désordre tourmenté.

Ce rêve était l’inventaire des hauts et des bas de la petite dizaine d’années d’existence de ce jeune garçon.

Luo Binghe était déjà complètement absorbé ! Son souffle était instable et ses yeux étaient anormalement rouges.

Shen Qingqiu sentait que demeurer à son côté était très dangereux !

Le seul moyen de briser le rêve était de résoudre les écheveaux de ton propre cœur, ainsi, le rêve se dissoudrait de lui-même. Le poing de Luo Binghe était fermement serré, ses os résonnant ka ka ka, son pouvoir spirituel circulant dans tout son corps.

Shen Qingqiu vit son désir d’attaquer gonfler et lui intima sévèrement :

“Calme ton cœur ! N’attaque pas les illusions ! Les frapper ne fera que te blesser !”

Mais Luo Binghe était déjà incapable d’entendre le moindre de ses propos. Sa main droite levée, le pouvoir spirituel surgit de sa paume et fusa dans les airs, filant droit vers les gens riant bruyamment au sein de l’illusion !

En son for intérieur, Shen Qingqiu poussa un cri d’affliction pour lui-même. Aussi douloureux soit-il, son corps avança adroitement et il prit l’initiative d’aller au devant de l’illusion, utilisant son corps pour bloquer l’attaque féroce.

En cet instant, Luo Binghe était à peine plus petit que lui et le frappa par hasard dans le bas-ventre.

Soudain, Shen Qingqiu crut avoir reçu le coup de pied d’un éléphant, et ses yeux s’assombrirent. Si cela n’avait pas été un rêve, il aurait craint de cracher une gorgée de sang……

Il était indubitablement le protagoniste !

Le visage de Shen Qingqiu était baigné de larmes. Il n’était évidemment encore qu’un jeune disciple, pourquoi pouvait-il attaquer avec un coup aussi puissant……? Il semblait que depuis qu’il avait déverrouillé l’option OOC, non seulement cela n’avait pas été d’une grande contribution, mais il avait dû, à la place, bloquer couteau sur couteau sur couteau et sacrifier continuellement ses propres intérêts pour quelqu’un d’autre en servant de bouclier humain.

Avec cette attaque de Luo Binghe, l’illusion environnante se brisa. Les silhouettes de ces personnes et de ces objets se brisèrent en morceaux comme des éclats de verre. Le lieu sur lequel ils débouchèrent était un pan de forêt, sauvage et isolé. Une lune froide et ancienne pendait au-dessus de leurs têtes, et le ciel était bleu foncé.

Une fois l’illusion éclatée, Luo Binghe retrouva soudain sa lucidité. Tout d’abord, il regarda Shen Qingqiu, incapable de tenir debout, agenouillé sur le sol et muet. Ensuite, il baissa le regard en direction de son propre poing, une trace de pouvoir spirituel y subsistant encore, et se remémora vaguement ce qu’il avait fait plus tôt. Son visage blêmit aussitôt.

Luo Binghe accourut auprès de Shen Qingqiu et lui offrit son soutien, anxieux et plein de regrets.

« Shizun ! Toi, pourquoi n’as-tu pas riposté ? »

Avec le pouvoir spirituel de Shen Qingqiu, il était tout à fait en mesure de le blesser. Si leurs deux pouvoirs spirituels s’étaient attaqués l’un l’autre, non seulement il aurait dissout l’attaque de Luo Binghe, mais il aurait aussi pu la lui retourner.

Shen Qingqiu prononça quelques mots venus du cœur :

« Stupide gamin. »

Il esquissa un faible sourire.

« …… Le but initial était de ne pas te faire mal. Si je riposte et que cela te blesse, cela aurait-il un sens ? »

Luo Binghe écouta la faible voix de Shifu et songea même à se prendre une paume en pleine poitrine et à se tuer lui-même.

« Mais, celui qui est actuellement blessé est Shizun… Ce disciple devrait être mort dix mille fois plus ! »

L’affaire des trois défis du Royaume Démoniaque n’était pas terminée depuis longtemps et il avait déjà laissé Shizun être amoché par sa faute ; cette fois, il lui avait même fait mal directement !

Shen Qingqiu vit le visage de l’enfant déborder d’une culpabilité agonisante, et s’adoucit pour un rare moment afin de le réconforter :

« La cultivation de ce maître est forte, se faire frapper quelques fois n’est pas un problème. »

Luo Binghe aurait préféré que Shen Qingqiu le batte violemment et le gronde avec un sarcasme mordant comme il l’avait fait par le passé. Son cœur se serait senti plus à l’aise. Mais Shen Qingqiu se montrait si chaleureux et ses paroles étaient si douces qu’il resta hébété et bouche-bée, se sentant encore plus impuissant.

Après un long moment, Luo Binghe dit à voix basse :

« Tout est de ma faute. »

N-n-n-n-non, ce n’est pas ta faute. En vérité, à ce stade précoce, tu marches sur la voie de la petite fleur blanche mutilée, adorable, chaleureuse et tendre. Comment pourrais-tu être blâmé ?

Shen Qingqiu pensait que Luo Binghe était tombé dans un enchevêtrement d’auto-réflexion et prit le problème à cœur.

« Ce ne sont pas tes affaires, reprit-il patiemment. Les gens du Royaume Démoniaque ont des méthodes méprisables qui ne peuvent être évitées. Cependant, si tu ne veux pas que quelque chose de semblable se produise à l’avenir, tu ne peux que devenir fort. »

C’était un monde basé ‘sur la loi du plus fort’. Devenir puissant était la seule méthode garantie pour ne pas suivre le courant et ne pas devenir de la chair à canon !

Le cœur de Luo Binghe était touché et il ne répondit pas. Il releva soudain la tête et ses yeux fixèrent fermement Shen Qingqiu.

Le cœur de Shen Qingqiu sursauta.

Les yeux noir d’obsidienne de Luo Binghe irradiaient d’une lumière plus brillante que celle de la lune et des étoiles.

Ce… … Ce genre de regard !

Le regard du protagoniste était empli d’une ‘volonté déterminée’ et d’une morale à toute épreuve!

Se peut-il que…… je sois déjà devenu l’étoile de la motivation du protagoniste ?

Luo Binghe s’agenouilla devant le corps de Shen Qingqiu et d’une voix retentissante, il affirma :

« Je comprends. »

Attends un instant, qu’as-tu compris cette fois-ci ? Peux-tu ne pas en dire que la moitié à chaque fois ? Dis-moi la suite !

Il n’avait pas remarqué qu’alors que Luo Binghe prononçait ces mots, il ne s’était pas nommé lui-même “ce disciple” 2. Luo Binghe serra fermement son poing et ouvrit de nouveau la bouche, prononçant chacun de ces mots :

« À partir de maintenant, ces choses…… Je ne les laisserai définitivement pas se réitérer. »

Laisser Shizun parer à sa propre faiblesse, laisser Shizun souffrir de blessures pour lui….. ces choses-là ne se reproduiraient absolument jamais !

Shen Qingqiu n’était pas alarmé par la vague montante d’émotions et répondit avec un “Mmh”.

……Que se passe-t-il. Soudain, il y eut une sensation d’être ‘couvert par le réconfort du protagoniste’, quel était le problème avec ça ?!

Réconfort mon cul, cette personne va te découper en bâton humain dans le futur, réveille-toi et retrouve un peu ta lucidité, Shen Qingqiu !

Devenir le professeur de vie 3 du protagoniste permettait un Max de vanité dont Shen Qingqiu était très satisfait, même si ce n’était pas tout à fait à son goût.

Fuck. À l’origine, la conviction de vouloir ‘devenir fort pour protéger des personnes importantes’ aurait dû se former quand le protagoniste se serait confronté à la misérable et charmante femme qui l’aiderait et serait ensuite blessée pour lui. Par la suite, il y aurait eu cette scène modèle d’exclamations tendres. En ce sens; Système, n’es-tu pas en train de m’attribuer toutes les scènes des protagonistes féminines ?


Notes :

1 Tsukkomi : Usage du mot japonais parce que cela vous parle sans doute davantage et que le terme chinois utilisé est une translittération de celui-ci. Le sens est “questionner ou commenter de façon créative quelque chose d’ironique ou de drôle” et est souvent simplifié à l’excès pour signifier “se plaindre, grommeler”

2 “Ce disciple” : En chinois, la façon la plus formelle de parler vous fait vous référer à vous-même comme “ce disciple”, “ce maître”, etc… selon votre poste et selon la personne à laquelle vous vous adressez. En ne se qualifiant pas lui-même de “ce disciple”, Luo Binghe enlève la barrière sociale qui le sépare de Shen Qingqiu xD

3 professeur de vie (人生道路上的導師): Littéralement “professeur du chemin de la vie” ou “professeur pour la vie” mais la traduction anglaise a choisi cette forme pour la différencier de celle d’un professeur ordinaire. Il s’agit précisément de quelqu’un qui vous apprend à vivre – comme vos parents, vos grands-parents, etc…

Chapitre 16|Index|Chapitre 18

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
Archangedenfer1 Popo
Archangedenfer1 Popo
1 année

Merci beaucoup pour ce nouveau chapitre la Team *.* J’espère que votre été se passe bien et que la traduction ne devient pas trop dure sous cette chaleur omniprésente ;p

Bon courage à vous toutes pour vos projets en cours, et merci encore pour cette sortie et tous le boulot qu’elle a demandé <3

AruBiiZe
AruBiiZe
1 année

Faire face à ces propres peurs est très très dure ! :/

Cette scène avec sa mère est très touchante !

Wouah ! Attaquer ‘ces personnes’ c’est s’attaquer soi ! :/

Pourquoi Shen Qingqiu ne le prend pas dans ces bras pour le calmer et le ramener dans le ‘présent’ ?! Rooo

Naannn ! x’D Dans l’entrejambe ! Pas de chance ! x’D Quel charisme à cet instant ! Le système aurait du lui donner des points tiens ! xD

Ouais, Shizun fait un parfait punchball ! xD

« Le cœur de Shen Qingqiu sursauta. »
*yaoiste aux aguets » <3

"Luo Binghe enlève la barrière sociale qui le sépare de Shen Qingqiu"
OH MON DIEU ! <3 Vous m'avez tué là ! xD

Plutôt un professeur de l'amoûrrrr ! xD

J'ai adoré la dernière phrase de ce chapitre ! Parfait !

Merci infiniment pour tous ces chapitres jusqu'à maintenant ! Un pur régale de qualité ! <3
A tout de suite dans le chapitre 18 ! 😀