Chevalier, le Dragon a encore enlevé une Princesse ! – Chapitre 1

Index | Chapitre 2

Traduit par Metherland, corrigé par Yukiko.

Chapitre 1 – Devenir un dragon

Euh… Comment dire ?

Comme ça, d’un coup…

Je suis devenu un dragon.

Ah…

Le dragon déplaça son énorme corps et fit des allées et des venues dans la grotte sombre et vide.

Bien qu’il n’ait aucun souvenir, il était certain d’avoir été humain.

Il pensait que sa vie en tant qu’homme avait été réussie. Beau, héroïque et grand, avec une famille, des amis, hem… peut-être même qu’il avait eu un partenaire.

Au lieu d’être un dragon si seul et isolé.

Oh. Non, il n’était pas seul.

Une souris grise surgit de derrière une pierre. Elle eut un sourire flatteur alors qu’elle disait : « Le seigneur Dragon a-t-il quelque chose en tête ? ».

Le dragon inclina la tête et la regarda un moment avant de lui faire signe : « Hé, petite souris, comment vivais-je avant ? Est-ce que je restais dans cette grotte ? 

— Parfois, vous sortiez et vous vous amusiez, répondit le petit animal.

— M’amuser ? Comment ?

— Enlever une princesse, voler une couronne ou un truc du genre.

— Qu’est-ce qu’il y a d’amusant à faire ce genre de choses ? »

La souris secoua la tête.

« Je ne sais pas… Mais seigneur Dragon, c’est ce que vous faites. Vous vous amusez en passant lorsque vous enlevez une princesse, et après l’avoir attrapée, vous pouvez discuter avec elle. C’est également intéressant quand des chevaliers viennent vous trouver pour combattre. Si vous êtes chanceux, un ou deux pourraient être assez idiots pour rester à vos côtés. En bref, tout le processus est plus amusant que de rester dans la grotte. »

Le dragon secoua discrètement la tête. Non, non. Bien que ce dont la souris ait parlé soit intéressant, enlever une princesse… N’était-ce pas du banditisme ?!

Après tout, il restait une personne, et non un grand dragon dangereux et violent.

Cependant, un mois plus tard, le dragon avait découvert que… 

Qu’il n’y avait pas d’autres moyens… Il allait vraiment mourir d’ennui.

L’humain est un animal social. Même s’il était devenu un dragon, il ne pouvait pas rester dans la grotte chaque jour qui passe avec une souris grise pour seule compagnie et ne rien faire d’autre que manger et boire.

Le dragon rassembla ses pattes avec sincérité.

Dieu, s’il vous plaît, pardonnez-le, il ne veut vraiment pas faire des choses mauvaises, il s’ennuie vraiment beaucoup.

Le dragon était vraiment, vraiment, vraiment prêt à partir enlever une princesse.

En tant que dernier dragon qui peut voler, cracher du feu, être robuste, avec une peau épaisse, sans peur d’être abattu, il ne devrait pas être très difficile pour lui de sortir et d’attraper une princesse.

À condition, bien sûr, qu’il sache où se trouvait le palais.

Oui. Il était perdu.

À ce moment, un visage rouge apparut devant lui.

Il s’avéra qu’il s’agissait d’un beau jeune homme en train de tuer des faisans.

Le dragon se dressa et demanda sincèrement :

« Bonjour, je voudrais te demander comment me rendre au palais ? »

L’homme leva les yeux vers ce dragon gigantesque qui, selon la rumeur, était très féroce. Il n’en ressentait aucune crainte. Son regard était plutôt calme et tranquille, un peu comme si un enfant ordinaire lui demandait son chemin.

L’homme cligna des yeux puis demanda lentement : « Pourquoi vas-tu au palais ?

— Je m’ennuie trop alors je vais enlever une princesse.

— Oh. »

L’homme leva la tête, pointa une pile de bois à brûler et utilisa un ton très calme et naturel pour dire : « Aide-moi à allumer le feu. »

L’homme se comportait si naturellement que le dragon oublia un instant qu’il était un dragon et non un briquet.

Alors le briquet, hébété (oh, oui, il était un dragon) hocha sérieusement la tête et répondit solennellement : « D’accord. ».

Le dragon contrôla soigneusement sa flamme et projeta une flammèche sur la pile de bois.

L’homme commença à faire rôtir les faisans.

Le dragon regardait l’homme qui retournait habilement l’oiseau rôti. Il avala inconsciemment sa salive puis, en observant l’homme, dit : « Hem, tu ne m’as pas encore expliqué comment aller au palais ?

— Tu es pressé ?

— Non… »

L’homme hocha la tête, montra l’espace à côté de lui et dit : « Alors, assieds-toi. Tu m’aideras à faire rôtir un sanglier plus tard. »

Ceci étant dit, il sortit tout un tas d’épices de son bagage.

Attendez. Ça n’allait pas, ça n’allait vraiment pas. Il était un dragon. Comment pouvait-il faire des tâches pour d’autres personnes juste comme ça ? Et aussi, pourquoi cet homme n’avait pas peur de lui ?

L’homme prit une poignée d’épices et ses doigts blancs et fins les saupoudrèrent sur l’oiseau rôti. Lorsqu’ils se posèrent sur la peau dorée, ils grésillèrent et aussitôt l’arôme de viande grillée devint plus fort.

Le parfum pénétra les narines du dragon et son cerveau cessa instantanément de penser à autre chose. Il ne pouvait que se débattre intérieurement pour savoir s’il fallait ou non assommer l’homme pour lui voler son repas.

Hum… Il était un dragon.

Il n’y avait rien de mal à faire quelque chose de mauvais, pas vrai ?

Il n’avait pas d’autres solutions. Après s’être changé en dragon, la cuisine était devenue un vrai problème. Chaque jour, tout ce qu’il pouvait manger était de la viande noire et carbonisée accompagnée de fruits aigres et amers incroyablement mauvais.

Cette odeur là était beaucoup plus attrayante et il sentit sa bouche s’assécher.

L’homme à ses côtés découpa soigneusement l’odorant faisan rôti et le son semblait avoir été amplifié des centaines de fois.

Inconsciemment, le dragon déglutit une nouvelle fois.

Il ne pouvait plus se retenir.

Il serra discrètement le poing. 

S’il le frappait, il l’assommerait, pas vrai ?

Mais… Et s’il lui brisait accidentellement le crâne ?

Il frissonna et ramassa une pierre sur le sol.

L’homme leva soudainement la tête et le regarda.

Le dragon, surpris, jeta l’objet derrière lui.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? demanda l’homme.

— Eh bien… »

Il fit un pas en avant, regarda l’homme sans cligner des yeux et répondit piteusement : « Hum… J’ai faim. ».

L’homme resta immobile un instant avant de remettre la totalité de l’oiseau au dragon.

Il regarda fixement le faisan rôti, les yeux pleins de larmes.

Dieu… Comment pouvait-il y avoir une personne aussi bonne dans ce monde !

Le dragon prit l’animal puis baissa la tête avec honte. 

« Je suis désolé… à l’instant, je… j’avais tellement faim et j’allais essayer de t’assommer… pour pouvoir prendre la nourriture… »

L’homme écouta ce que le dragon lui disait mais se contenta d’opiner, indifférent.

« Mange, je vais combattre un sanglier. »

Index | Chapitre 2

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
AruBiiZe
AruBiiZe
3 mois

C’est un dragon entretenu ! xD

J’aime bien ce premier chapitre !! 😀

Merci beaucoup pour ce chapitre ! 😀
<3