Cultivation du Langage C – Chapitre 5

Ch. 4 | Index | Ch. 6

Traduit par Metherland, corrigé par Aquila et Ravaille

Chapitre 5 : La boucle infinie, partie 5

« Vous avez absolument raison, grand-père Huo, répondit Wang AnQuan. »

Lin Xun demeura sans voix et, dès que celle de son ami s’éteignit, Zhao JiaGou enchaînait sans attendre :

« Il est exceptionnellement doué en algorithmique alors, bien sûr, sa racine spirituelle est excellente. »

Son niveau de chinois est effectivement très bon s’il peut comprendre la notion de « racine spirituelle ». Lorsque Zhao JiaGou eut fini de parler, Wang AnQuan continua :

« Il y a effectivement du Qi en lui [1] puisqu’il a récemment été en colère contre Lions. »

Les deux hommes étaient complices, ils se comportaient presque comme un duo comique. Cependant, Lin Xun savait que ce n’était certainement pas ce dont leur propriétaire voulait parler. Ce devait être lié à ce robot d’indexation lisible sur son interface. S’il y avait un programme en cours d’exécution dans le vieil homme, alors ce ne devait pas être un vieil homme ordinaire.

Sa barbe était pratiquement dressée. Les yeux sévères, il fixa Wang AnQuan et Zhao JiaGou.

« Garçons ignorants ! Quel non-sens ! »

Il fit ensuite signe à Lin Xun et son ton s’adoucit :

« Petit Lin, viens ici. »

Lin Xun s’avança devant le vieil homme. Le propriétaire Huo amena ses mains derrière son dos et le regarda attentivement de la tête aux pieds.

« Il est difficile de trouver un génie tel que toi par siècle… dit-il en se caressant la barbe. Petit Lin, de quel clan viens-tu ? »

À cela, le doute s’installa sur les visages de Wang AnQuan et Zhao JiaGou.

« Je ne sais pas de quoi vous parlez, répondit Lin Xun.

— C’est impossible ! s’exclama le propriétaire, les yeux soudainement écarquillés.

— Je l’ignore vraiment. »

Le vieux Huo sourcilla.

« Alors… N’as-tu jamais pratiqué ? »

Lin Xun fronça les sourcils en réalisant que ce dont parlait le vieil homme devait avoir un rapport avec son expérience de la nuit précédente.

Peut-être pourrait-il obtenir des informations de grand-père Huo.

« Il y a quelque chose de spécial chez moi ? demanda-t-il précautionneusement.

— J’ai libéré mes sens spirituels et sondé ton corps. »

Lin Xun pensa qu’il avait dû faire une recherche sur lui en utilisant un robot d’indexation.

« Ta racine spirituelle et tes méridiens font de toi un génie rare tel qu’il n’en existe qu’un par génération, continua le propriétaire Huo. Il y a un Qi discontinu dans ton corps, comme si tu l’y avais déjà guidé… Ne sais-tu vraiment rien à ce sujet ? »

Ce discours mi-littéraire, mi-vernaculaire mettait Lin Xun très mal à l’aise. Il comprenait tout de même où voulait en venir le vieil homme et répondit :

« Je n’ai jamais entendu parler de ça. 

— Aucun entraînement et déjà à l’étape du Raffinage ! Tu es un génie ! le félicita-t-il. Tous mes disciples ont cultivé correctement et fondé leurs propres clans. Mes genoux sont libres depuis longtemps. Accepterais-tu de me prendre comme Maître ?

— Vous prendre… comme Maître ? »

Le propriétaire hocha la tête.

« Moi, Huo QingShan, dix-neuvième chef de la secte Wu Ji, aussi connu comme le Véritable seigneur QingShan, suis à l’étape de l’Âme émergente [2]. Jeune Lin, le destin a mené notre rencontre. Si tu deviens mon disciple, ta cultivation progressera rapidement. Je t’en fais la promesse. N’est-ce pas heureux ?

— Attendez un instant, répondit Lin Xun. »

Il prit son ordinateur portable et entra Turbo C dans le moteur de recherche afin d’obtenir une image de l’interface bleue. Il la montra à Huo QingShan.

« Connaissez-vous ceci ? »

Ce dernier plissa les yeux en regardant de plus près.

« Qu’est-ce que c’est ? Je ne connais pas. Vous, les jeunes, toujours à jouer avec vos trucs bizarres et retarder votre cultivation ! »

Huo QingShan ignorait ce qu’était l’interface.

Lin Xun ferma l’ordinateur et prit une profonde inspiration.

« Alors, grand-père Huo, vous avez dit qu’il y avait du Qi dans mon corps. Où l’avez-vous vu ? »

Il se disait que seul un « Hello World » se trouvait en lui.

« Ton Qi est évidemment dans ton hypogastre [3], répondit Huo QingShan sur un ton définitif. »

Lin Xun regarda Wang AnQuan et Zhao JiaGou. Eux-mêmes se regardaient, les yeux désemparés. Leur vision matérialiste du monde avait l’air d’être remise en question.

« Donc… Comment puis-je commencer à cultiver ? demanda Lin Xun.

— Tu as déjà conduit le Qi dans ton corps alors c’est simple. Il suffit que tu m’acceptes comme Maître et je t’expliquerai immédiatement par quelle méthode établir tes fondations. Une fois établies, tu entreras dans le monde de la cultivation et tu deviendras immortel. Ton corps cessera d’être quelconque. »

Lin Xun réalisa qu’il était effectivement exposé à quelque chose de contraire à sa vision du monde matérialiste.

S’il n’avait pas pénétré dans cet espace bleu la nuit dernière, il ne croirait pas ce genre de choses et penserait que le propriétaire perdait l’esprit. Cependant, la barre de progression arrêtée à 85 % sans plus augmenter s’imposa à son esprit.

« Bonjour, Maître, déclara-t-il.

— Bon garçon ! Bon garçon ! s’exclama Huo QingShan en riant gentiment. »

Il glissa sa main dans une poche et, d’une manière ou d’une autre, en sortit un livre bleu très usé semblable aux livrets de propagande d’un culte.

« Prends-le et concentre-toi sur l’entraînement ! Quand tu auras mis en place tes fondations, tu deviendras un disciple intérieur de la secte Wu Ji. Selon moi, tu seras certainement capable de le faire en trois ans. Si tu as le moindre doute, contacte-moi ! »

Lin Xun prit le petit livre bleu et s’aperçut que, sur sa couverture légèrement jaunie, étaient écrits six grands mots : « Établissement des fondations en mille jours ».

Tout cela était trop magique. Non seulement sa vision matérialiste du monde était remise en question, mais en plus il se retrouvait sans rime ni raison avec un maître. Lin Xun hésita avant de finalement parler.  

« Merci, Maître. »

Le vieux Huo se mit à rire fortement.

« Je m’en vais ! Je ne m’attendais pas à obtenir un disciple aujourd’hui ! »

Toujours hilare, Huo QingShan oublia de faire l’état des lieux de la chambre. Sans demander à Zhao JiaGou de l’aider, il redressa son dos, sortit et descendit les escaliers. Lin Xun se souvint alors de quelque chose et ouvrit la fenêtre pour lui demander, tandis qu’il sortait du couloir :

« Maître, et notre loyer ?

— Cher disciple, tu as été admis au sein de la secte Wu Ji. Cette vieille maison pourrait aussi bien être un cadeau pour toi.

— Merci Maître ! s’exclama sincèrement Lin Xun. »

Lin Xun ferma la fenêtre en observant Huo QingShan s’éloigner et jeta un coup d’œil à ses colocataires. Ils se regardaient, désespérés et sans voix. En silence, Wang AnQuan prit son téléphone et composa un numéro.

« Bonjour, frère Huo. C’est le jeune Wang, Wang AnQuan, du bâtiment C du quartier Chaoyang.

— […]

— Oui… C’est ça. Votre père est venu pour récupérer le loyer… Oui, mais… est-ce que grand-père Huo… est-ce qu’il a toute sa tête ?

— […]

— Non ? Ah, ça… Frère Huo, quand vous aurez un moment de libre, il vaudrait mieux l’emmener à l’hôpital… »

L’instant suivant Wang AnQuan se tut, puis il rendit son téléphone à Lin Xun.

« Il m’a raccroché au nez. »

Zhao JiaGou se gratta la tête.

« Grand-père Huo a-t-il lu trop de romans de cultivation ?

— Est-ce qu’il en lirait à son âge ? renchérit Wang AnQuan.

— Tu as entendu ce qu’il raconte… »

Lin Xun toussa. Les deux hommes les regardèrent, lui et son livre Établissement des fondations en mille jours à la main.

Lin Xun posa le bouquin sur C Primer Plus et s’assit sur le canapé. Croisant les doigts sur la table, il réfléchit longuement avant de parler.

« Peut-être que grand-père Huo perd l’esprit, ou peut-être pas.

— C’est quoi cette connerie ? répliqua Wang AnQuan.

— Récemment, j’ai moi aussi… rencontré quelque chose d’irréaliste, continua Lin Xun en l’ignorant.

— Comme quoi ? demanda Zhao JiaGou.

— C’est difficile à expliquer. Je n’ai pas encore compris. Quand ce sera fait, je vous le dirai. »

Wang AnQuan se gratta la tête.

« C’est lié à ce qu’il a dit ?

— Un peu, répondit Lin Xun.

» Je vais trouver une solution, dit-il en rangeant les deux livres. Maintenant, oublions ce qu’il vient de se passer.

— D’accord, c’est oublié, déclara Wang AnQuan, les yeux devenus vides.

— J’ai moi aussi oublié, fit Zhao JiaGou en écho.

— Bien. »

Lin Xun alluma son téléphone.

« Je vais appeler Dong Jun pour confirmer le contrat. »

Il était neuf heures du matin. Selon toute vraisemblance, Dong Jun serait déjà dans les locaux de Galaxie sans toutefois être trop occupé. 

Lin Xun alla trouver le numéro de son idéal masculin dans son répertoire. Non pas celui de Galaxie ou celui de l’assistante Ruan, mais bien ses coordonnées personnelles. Il regarda les deux mots, le bout du doigt arrêté en haut de l’écran sans qu’il puisse appuyer. Après un long moment, Lin Xun ne parvint finalement pas à lancer l’appel. Il éloigna ses doigts de l’écran et mit son téléphone de côté en s’adossant contre le canapé. Il commença à s’affaisser et abandonna l’idée d’appeler.

« Regarde-toi, quel lâche tu fais, se moqua Wang AnQuan.

— Quelle différence y a-t-il entre une loque et toi ? demanda Zhao JiaGou.

— Je ne peux pas, c’est tout. »

L’instant d’après, avec une agilité qui ne correspondait pas à sa corpulence, Wang AnQuan récupéra soudainement le téléphone posé sur la table.

« Toi ! »

Il essaya de le récupérer, mais il était trop tard. Son colocataire mit le portable en hauteur et posa son pouce sur le bouton d’appel. Il n’avait plus qu’à appuyer [4].

« Algo, tu es un adulte. La prochaine fois, tu appelleras tout seul. »

Et il appuya avant de remettre le téléphone à Lin Xun.

Ce dernier respira profondément.

« Tu paieras pour ça. »

Dans le combiné, la tonalité retentit le temps de quatre secondes et la voix de Dong Jun résonna à ses oreilles.

« Allô.

— Bonjour, Dong Jun. C’est… »

Il était un peu nerveux et sa voix se coupa un instant.

« Monsieur Lin ?

— Oui, c’est Lin Xun.

— Bonjour. »

Peut-être qu’après le traitement du signal, la voix qui sortait du récepteur était plus douce qu’elle ne l’était réellement.

« Monsieur Lin a-t-il pris une décision ?

— Après en avoir discuté, nous avons décidé d’accepter votre aide. »

Lin Xun s’était légèrement détendu.

« Je suis très heureux de travailler avec vous, déclara Dong Jun. Quand monsieur Lin sera-t-il libre ? Nous devons signer le contrat.

— Je peux venir n’importe quand. À votre convenance.

— Mon agenda est plein cet après-midi. Monsieur Lin peut-il attendre jusqu’à ce soir ?

— Tout à fait.

— Je vous enverrai le lieu et l’heure plus tard.

— D’accord.

— Si monsieur Lin a des exigences ou des avis concernant le financement, qu’il les présente. »

Sur le coup, Lin Xun voulut répondre qu’il n’avait aucune opinion, mais un regard vers Wang AnQuan et Zhao JiaGou lui faisant des clins d’œil désespérés le poussa à se raviser.

« Je vais y réfléchir.

— Alors je ne dérangerai pas monsieur Lin plus longtemps. Heureuse collaboration.

— Heureuse collaboration, répéta Lin Xun. »

Après avoir raccroché, il remarqua que les yeux de ses colocataires étaient fixés sur lui.

« Je peux venir n’importe quand, fit Wang AnQuan en minaudant.

— À votre convenance, continua Zhao JiaGou.

— Tout à fait.

— D’accord.

— Je vais y réfléchir.

— Heureuse collaboration.

— Des choses à exprimer ? demanda Lin Xun, le visage blasé.

— J’aimerais qu’un jour le grand Xun puisse me parler ainsi, répondit Wang AnQuan.

— Si tu étais capable de développer un langage comme Glax, je te parlerais comme ça tous les jours, répliqua-t-il. »

Son colocataire resta sans voix.

Le sujet clos, ils commencèrent leur journée de travail. Wang AnQuan et Zhao JiaGou ouvrirent leurs ordinateurs portables.

Lin Xun regarda ses deux livres. Il prit celui donné par Huo QingShan et l’ouvrit. Au premier regard, le texte en chinois classique semblait ennuyeux à mourir. Il vérifia qu’il s’agissait de chinois simplifié et qu’il était écrit horizontalement [5]. Pourtant, même ainsi… il n’y arrivait pas.

Il commença à lire la première ligne, mais devint somnolent après quelques autres. Lin Xun releva la tête et regarda Wang AnQuan. Cependant, il chassa l’idée de lui demander de l’aide dans la seconde qui suivit. Ils avaient le même niveau en littérature et son ami avait pas mal régressé après des années de codage.

« Zhao JiaGou… Viens voir, décida-t-il finalement. »


[1] Qi (气) : en chinois, « colère » se dit 生气. Wang AnQuan fait donc un jeu de mots.

[2] Âme émergente  : À force de cultiver, le pratiquant pourra créer une sorte d’alter ego spirituel à partir de son jindan (noyau d’or/doré). Cet alter ego transcende l’existence physique.

Explication (Sol) : Même si l’enveloppe charnelle meurt, l’âme naissante/émergente peut continuer à exister. Elle peut également servir de projection astrale. (N’existe pas dans tous les xianxia)

[3] Dantian  : littéralement « champ de cinabre » ou « champ d’élixir », bas ventre ; hypogastre (Région médiane inférieure de l’abdomen)

Désigne la partie du corps où le qi est concentré, située à une distance de trois fois la largeur d’un doigt sous le nombril et deux fois la largeur d’un doigt sous la surface de la peau (techniquement il existe trois dantian dans la médecine traditionnelle et l’alchimie chinoise, mais les romans de cultivation simplifient généralement le concept en ne prenant en compte que le dantian inférieur).

[4] Puisque ça ne semble clair ni pour la correctrice ni pour la bêta-lectrice, ce sera le cas pour d’autre alors : il semble s’agir d’un téléphone tactile avec au moins une touche mécanique pour lancer l’appel (certains téléphones en ont trois : une pour revenir en arrière ou raccrocher [à gauche], une pour ouvrir le menu [centrale], et une pour décrocher ou valider [à droite]).

[5] Le chinois traditionnel s’écrit de droite à gauche verticalement. Le chinois simplifié se lit de gauche à droite horizontalement (comme le français).

Ch. 4 | Index | Ch. 6

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée, ou sur le salon « erratum » de notre serveur Discord .

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
AruBiiZe
AruBiiZe
13 mars 2021 23:33

Chapitre très intéressant !

Il a un nouveau maître !

Et Dong Jun ! Hihihihi Vivement le soir ! XD

Merci infiniment pour ce chapitre !
A tout de suite dans le prochain ! 😀