Cultivation du Langage C – Chapitre 6

Ch. 5 | Index

Traduit par Metherland, corrigé par Aquila et Ravaille

Chapitre 6 : La boucle infinie, partie 6

 Après avoir compris ce que voulait Lin Xun, Zhao JiaGou se mit à rire.

« Tu devrais avoir honte.

— La honte ne me fera pas comprendre ce livre, tu me connais. Alors, peux-tu comprendre de quoi il parle ? »

Son colocataire s’assit à ses côtés et prit le livre. Il tourna plusieurs pages et, au bout d’un moment, changea de posture et se redressa.

« Algo, tu peux programmer Luo Shen, tu es le grand Xun, et pourtant ! Il t’est impossible de lire ce livre alors que moi, je peux. Un dicton chinois dit ‘la règle est courte, le pouce a ses avantages’. Cela signifie…

Réalisant ses mots, il se reprit vivement :

« Non, je ne peux pas dire ça, ce serait me maudire ! Je ne suis pas un pouce. [1]

— Là, je commence à douter de ton niveau de chinois.

— Ta provocation est réussie, répondit-il en le regardant droit dans les yeux. Donne-moi quatre heures, conclut-il en fermant le livre. »

Puis il l’emporta et ouvrit son ordinateur portable. Wang AnQuan tendit la main et attrapa l’Établissement des fondations en mille jours. Il tourna quelques pages et regarda Zhao JiaGou avec un air suspicieux.

« Peux-tu le faire ?

— Apprendre une langue est comme déchiffrer un mot de passe, AnQuan. C’est ton domaine, répondit l’étranger.

— Désolé, j’en suis incapable. »

Zhao JiaGou haussa les épaules et commença à faire tourner l’ordinateur. Lin Xun et Wang AnQuan se rapprochèrent de lui, observant ses actions.

Zhao JiaGou avait un étonnant talent pour les langues, un sens aigu de la structure. Cela se voyait à sa maîtrise du chinois. Il alluma le moteur de recherche et alla à la pêche aux classiques. Il sélectionna quelques articles à forte teneur en traditionnel et regarda la couverture d’Établissement des fondations en mille jours. Il ajouta le Livre de la voie et de la vertu. Puis il commença à parcourir ces textes classiques un par un en consultant les explications en langue vernaculaire.

Après l’avoir regardé faire cinq minutes, Lin Xun et Wang AnQuan s’avouèrent vaincus et allèrent s’occuper de leurs affaires respectives.

Zhao JiaGou fredonna un air avant de parler.

« Je dois d’abord connaître leur structure grammaticale.

— Si nous finissons par faire faillite, tu pourras devenir linguiste, déclara Wang AnQuan.

— J’ai peur que ce soit impossible. Je n’ai absolument pas la fibre artistique. Je les observe comme si je craquais un mot de passe. »

Deux heures plus tard, Zhao JiaGou ferma son navigateur et reprit le livre bleu pour commencer à le lire. Sa vitesse de lecture était loin d’être lente. Il semblait lire sa langue maternelle. Après avoir tourné environ cinq pages, il regarda Lin Xun.

« Mon cher Algo, bien que j’ignore en quoi cela t’intéresse, je dois te dire que tout cela n’a aucun sens.

— Je pense également que c’est complètement idiot, répondit Lin Xun. Mais son contenu est susceptible de m’aider… J’augmenterai ton salaire.

— Bon, alors je vais essayer de résumer ce livre avec des mots que tu peux comprendre. »

Une autre heure passa et, quand il fut temps de déjeuner, Zhao JiaGou ferma le bouquin.

« Terminé. »

Puis il fit chanter Lin Xun afin qu’il lui offre un bon repas à emporter et commença à lui expliquer.

« Il s’agit d’un manuel servant à cultiver l’immortalité. Son but est de guider une personne afin qu’elle atteigne un état appelé “Établissement des fondations”. C’est ridicule. Tu sais ce que ça dit ? »

Zhao JiaGou frappa la couverture de la main.

« Il dit que les gens peuvent intégrer l’air ambiant dans leur corps. Le texte appelle ça du Qi ou un autre truc du genre. Quand tu as du Qi dans le corps, il va aller quelque part dans ton bas-ventre. Ils parlent de “dantian” ou “hypogastre” mais c’est le bas-ventre. Cet endroit est connecté aux vaisseaux sanguins et aux nerfs de ton corps. Il les appelle “méridiens” et là, devine ce que tu dois faire ? Contrôler le Qi qui circule dans tes méridiens pour former un cycle et le laisser se perpétuer dans ton corps jour et nuit !

— Et ensuite ? demanda Lin Xun qui avait bien saisi la notion de cycle. 

— Ce qui suit n’a aucun fondement scientifique. C’est complètement absurde, répondit très rapidement Zhao JiaGou. Ce livre dit que les gens tombent malades à cause d’obstacles dus à la stagnation du Qi dans leurs méridiens. Lorsque tu contrôles sa circulation, tu fais progressivement tomber tous ces obstacles, de sorte que ton corps et tes méridiens deviennent fluides. Lorsqu’ils ont tous disparu, le corps atteint un état de “parfaite santé”. Ce processus prend environ trois ans. C’est pourquoi on l’appelle “Établissement des fondations en mille jours”.

— Une santé parfaite ? Les gens ne sont ni malades, ni gros, ni chauves ? demanda Wang AnQuan.

— Tu ne seras pas malade, tu ne seras pas chauve, mais il est difficile de dire si tu peux ne pas être gros, répondit froidement Zhao JiaGou. Lorsque ton corps est en parfaite santé, on considère que les “fondations sont établies. Tu peux utiliser ce corps parfait et le cultiver autrement. Tout le contenu du livre est dans ce genre-là.

— C’est tout ce que ça raconte ? s’enquit Lin Xun.

— C’est ce dont parle le premier tiers, répondit Zhao JiaGou en ouvrant la deuxième moitié du livre afin de montrer un diagramme du corps humain. Les deux autres tiers sont destinés à apprendre comment le mettre en œuvre. Comme la manière de laisser ce cycle se former, dans quel méridien le Qi doit aller ou des trucs comme ça. Et même t’apprendre quelle sorte de posture adopter pour méditer… Méditer, Algo ! Je pense que ce n’est pas un livre normal. La personne qui l’a écrit devait être cinglée. »

Lin Xun récupéra le livre et réfléchit.

Zhao JiaGou et Wang AnQuan le regardèrent avec beaucoup d’inquiétude. Ils ressemblaient à deux vieux pères craignant que leur fils ne tombe dans le cercle vicieux de cultes.

« Je retourne dans ma chambre un moment. Je dois vérifier quelque chose.

— Tu veux vraiment cultiver ? demanda Zhao JiaGou.

— Au moins, je suis toujours matérialiste pour le moment, répondit Lin Xun en plissant les yeux.

— Alors, s’il te plaît, tiens-t’en à ça.

— D’accord. »

Il s’allongea sur son lit en tenant le bouquin et repensa aux paroles de Zhao JiaGou. Puis il ferma les yeux et se souvint de l’espace mystérieux apparu la nuit dernière. Bien sûr, l’instant suivant, il y était à nouveau. Il se trouvait face à l’immense interface de saisie du langage C bleue.

Le principal objectif du livre était de permettre au Qi de former un cycle dans le corps.

La boucle est une des structures de base du langage informatique. Sa fonction est d’exécuter de manière répétée un algorithme particulier.

Lin Xun mit la main sur le clavier et programma une boucle simple. Elle n’avait qu’une seule couche. Son but était tout simplement de calculer une multiplication allant de un à sept. D’abord, on crée une variable de boucle qu’on nomme “i”, dont la valeur initiale est 1. À chaque fois que la boucle s’exécute, la machine juge si la valeur de i est inférieure à 8 en utilisant l’instruction while (i<8). Si l’énoncé entre parenthèses est vrai, c’est-à-dire lorsque i est inférieur à 8, la multiplication est effectuée et le résultat stocké. Par la suite, la valeur de i est incrémentée de 1 et continue à être jugée. Cette boucle continuera jusqu’à ce que i soit égal à 8. [2]

Bientôt, le résultat tomba : 5 040. La barre de progression ne bougea pas.

Lin Xun ne broncha pas et modifia l’algorithme. Comme à son habitude, ses mains survolèrent le clavier aussi rapidement qu’il pouvait taper. Il transforma la boucle simple en double et programma une table de multiplication. La multiplication basique de nombres naturels peut être effectuée avec des boucles simples ordinaires, mais si d’autres conditions sont requises, le nombre de boucles peut augmenter. Le programme s’exécuta et l’interface montra une table de multiplication parfaite.

Il vit la barre de progression passer lentement de 85 à 88 %.

Alors, il créa un nouveau fichier et écrivit une triple boucle.

La barre de progression se déplaça à nouveau, atteignant 90 %.

Évidemment que la clef était la boucle !

Quelle était la prochaine étape ? Continuer à augmenter le nombre de boucles ?

Lin Xun pensa que le raisonnement n’était pas juste. La boucle à trois niveaux s’utilisait rarement en programmation. Elle nécessitait une grande quantité de calculs et était très laide. En bref, elle n’avait aucun sens.

La clef de l’établissement des fondations était la circulation du Qi au sein des méridiens, jour et nuit, ininterrompue… Jour et nuit, ininterrompue…

Le doigt de Lin Xun posé sur le clavier tressauta légèrement. Le battement de son cœur s’accéléra. Il avait soudainement une meilleure compréhension de la question !

Il appuya sur la touche “Suppr” et effaça le premier énoncé de la triple boucle ! En position initiale, il entra une commande simple.

While (1)

L’énoncé “while” signifiait que la boucle s’exécuterait tant que la valeur de l’expression entre parenthèses serait vraie. Et, la valeur 1 est toujours vraie, en langage C.

Par conséquent, cette déclaration signifiait que cette boucle s’exécuterait pour toujours et à jamais.

Dans un certain sens, il s’agissait d’un mauvais programme, car il n’y avait aucune condition pour mettre fin à la boucle. L’ordinateur exécuterait les instructions indéfiniment jusqu’à ce qu’il soit interrompu par des interférences extérieures. Mais parfois, les erreurs aussi ont un sens.

Lin Xun appuya sur la touche “Entrée” pour appeler le résultat de l’exécution.

Une interface purement noire apparut sans aucune sortie d’un quelconque résultat. Ce cycle ne s’arrêterait jamais, aussi le résultat ne sortirait jamais.

Il s’agissait d’une boucle infinie.

Lin Xun prit une légère inspiration et ferma les yeux.

Il pensa que cette histoire de cultivation n’était peut-être pas si simple que cela… Après tout, il était facile d’écrire un programme correct, mais lui demander d’écrire un mauvais programme était plus compliqué.

Comme il s’y attendait, la voix artificielle résonna au sein de l’espace dans l’instant qui suivit.

< La boucle est en place. >

< Début de l’Établissement des fondations >

< Durée estimée : >

Dix jours

Lin Xun ouvrit les yeux et vit que la barre de progression se déplaçait lentement, très lentement vers son extrémité. En d’autres termes, dans dix jours, elle serait complète et ses fondations seraient achevées. Alors, il recevrait +50 en trésorerie et +30 en pouvoir spirituel.

Il était fort probable que la trésorerie clanique concerne les fonds de l’entreprise, mais il était incapable de la convertir en véritable unité de la réalité.

Et quel était ce soi-disant “pouvoir spirituel” ? Il n’en avait pour l’instant pas la moindre idée. Lin Xun concentra à nouveau son attention et retourna au monde réel. Il ouvrit les yeux dans son lit.

La lumière du soleil de midi passa par la fenêtre et se répandit sur lui. Cette chambre avait un bon éclairage pendant la journée. Le vieil homme vivant au premier avait, il y a plus de dix ans, planté deux aubépines dans la cour devant le bâtiment. Aujourd’hui, ces arbres faisaient la hauteur de trois étages. Ils filtraient ce qu’il fallait de lumière du soleil en bloquant les fenêtres de Lin Xun.

Il regarda dehors et fut soudainement stupéfait.

Il s’occupait d’ordinateurs depuis qu’il savait lire et était depuis longtemps habitué aux écrans. Bien que ses habitudes de vie soient bonnes et que sa vue se maintienne, il restait un peu myope. À un degré certes inoffensif. Il n’avait pas besoin de porter de lunettes et cela n’affectait pas du tout sa vie de tous les jours. Cependant, les objets éloignés finissaient par devenir un peu flous lorsqu’il les regardait.

Mais, à cet instant précis, il voyait clairement sur la cime de l’aubépine deux feuilles vertes qui venaient de bourgeonner !

Il n’avait jamais vu ça aussi clairement !

Lin Xun se frotta les yeux et regarda à nouveau. C’était toujours aussi clair.

Il descendit du lit et se dirigea vers la fenêtre. Il examina soigneusement l’aubépine de la cime aux racines, puis jeta son dévolu sur différents bâtiments au loin.

Sa vision était aussi claire qu’après une remise à neuf. Tout était vif.

La brise soufflait dans les feuilles qui bruissaient. Le bruit de deux feuilles se heurtant résonna légèrement dans ses tympans.

Réfléchissant à ce qu’il venait de se passer, une pensée émergea lentement de l’esprit de Lin Xun.

Désolé, JiaGou. Ma vision matérialiste du monde est sur le point de s’effondrer.


[1] Le pouce (unité de mesure) se dit 寸(Cùn). Or, 寸 signifie que vous êtes malchanceux.

[2]

i = 1;

res = 1;

while (i < 8) {

res = res * i;

i++;

};

Le but de la boucle, c’est d’obtenir le résultat de la multiplication successive des chiffres allant de 1 à 7 (donc faire 1x2x3x4x5x6x7)

– On démarre avec une valeur i qui est initialisée à 1 (donc i = 1)  (+ et on imagine une valeur res pour stocker le résultat de tout ça)

– comme on automatise le truc, au lieu de devoir écrire à la main 1x2x3x4x5x6x7, on utilise une boucle qui s’appelle while (= tant que) à laquelle on doit appliquer une condition pour qu’elle arrête de s’exécuter

– comme on veut la multiplication des chiffres allant de 1 à 7, la condition d’arrêt du while sera « tant que i est inférieur à 8 » (ça veut dire que la boucle va s’effectuer jusqu’à ce que i = 8)

– à l’intérieur de la boucle, on va donc pouvoir faire notre multiplication : comme on a besoin de stocker le résultat de chaque multiplication, il faut stocker le résultat pour qu’il puisse être réutilisé pour la boucle suivante donc : res = res * i; (ça veut dire que le résultat d’une boucle sera égal au résultat de la boucle précédente multiplié par la valeur de i)

– comme on veut la multiplication de tous les chiffres de 1 à 7, il faut incrémenter le i pour pouvoir avancer dans la condition d’arrêt de la boucle (si i = 1 au tout début, i = 2 lorsqu’il passera dans la boucle la première fois, puis i = 3, et ainsi de suite jusqu’à i = 8, ou la condition de la boucle (i < 8) ne sera plus valide -puisque 8 n’est pas strictement inférieur à 8-

– et à la fin de tout ça on obtient 5 040 (le résultat de 1x2x3x4x5x6x7)

Ch. 5 | Index

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée, ou sur le salon « erratum » de notre serveur Discord .

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
AruBiiZe
AruBiiZe
13 mars 2021 23:53

Hiii ! A la place de 3 ans, il fera tout en 10 jours alors ?
Que va penser Dong Jun quand il le verra ?! J’ai hâte de les revoir ensemble !

Merci beaucoup pour ce chapitre qui a du demander beaucoup de travail !
Bon courage pour la suite, à bientôt ! 😉