Chun Shu Mu Yun -Chapitre 10

Ch.9 | Index | Ch.11

Traduit par Lilie, corrigé par Jokirl

Quand Nan Ge Er remarqua en revenant que quelques morceaux de poisson avaient été jetés n’importe comment dans le bac de bois, il ressentit inévitablement une vague de rancoeur en son for intérieur.

Bien sûr, il ne pouvait que se plaindre un moment avant de se résigner à prendre les poissons pour les préparer avant de les placer à préserver. Comme il s’activait, il ne cessait de se rappeler de cracher dans le thé de Mo Shu la prochaine fois.

Une fois le solstice d’hiver passé, les jours devinrent encore plus froids. Suivant ensuite, en moins d’un mois, tous dans le pays commencèrent à se préparer pour la nouvelle année.

Bien que Nan Ge Er ait au total vécu seize ans dans ce monde, en vérité, le temps qu’il avait réellement passé à vivre était probablement seulement cette moitié d’année. Ainsi, il n’était pas entièrement ignorant à propos des préparations de la Nouvelle Année, mais ce n’était pas non plus son point fort. Les femmes du comté, qui ne pouvaient supporter de voir ça plus longtemps, finirent par venir lui enseigner ce qu’il devait faire et les objets qu’il devrait se procurer.

En réalité, Nan Ge Er se sentait morose à l’égard de cela aussi. Pourquoi cela se passe-t-il ainsi ? Quand est-ce que les dépenses du gouvernement du pays sont-elles devenues ma responsabilité ? Quand exactement est-ce que les comptables ont-ils commencé à me donner l’argent à gérer plutôt que de simplement le recevoir et le gérer eux-mêmes depuis Zhu Xi ? Même les menus quotidiens me sont donnés par la cuisinière pour approbation… Génial, ils commencent même à m’expliquer les préparations du Nouvel An maintenant… ils essaient clairement de me faire tout gérer !

Il n’avait vraiment aucun intérêt à prendre en charge les tâches quotidiennes de tout le monde, mais, à chaque fois qu’il approchait Zhu Xi pour en discuter, l’homme trouvait toujours une excuse pour changer de sujet…. Quant à Mo Shu ?

Oubliez, à part feuilleter ses documents et emmener les autres chasser dans les montagnes pendant les pauses pour améliorer la qualité de leurs repas, il pensait seulement à des moyens de s’échapper. Donc, comment pourrait-il avoir le temps nécessaire pour s’occuper de cela ? En plus, avec l’habitude de l’homme de dépenser de l’argent, Nan Ge Er n’oserait même pas le laisser gérer les finances. Bien qu’en conflit avec lui-même, après considération, Nan Ge Er n’avait d’autres choix que d’accepter son nouveau poste de majordome… Il ne pouvait rien y faire.

En vérité, Zhu Xi était extrêmement occupé tous les jours. Avant l’arrivée de Nan Ge Er, il devait même s’occuper des comptes et des corvées tout en étant conseiller. Cependant, puisque Nan Ge Er était désormais ici, il était évidemment heureux de pouvoir se reposer un peu plus et il préférerait mourir que de reprendre ces tâches de nouveau. Sans mentionner qu’avec l’existence de Mo Shu, un magistrat inconscient de quelconque danger, c’était un défi que de gérer le ménage du bureau du gouvernement. Les autres ne pouvaient être comptés non plus ; ce serait déjà assez bien s’ils ne vénéraient pas aveuglément Mo Shu. Quant à lui, ce serait une chance qu’il ne sabote rien. C’était une bonne chose que l’argent des comptes était directement donné à nan Ge Er puisque cela lui accordait une plus grande liberté. Cependant… certains facteurs problématiques existaient tout de même, tels que :

”Nan Ge Er.” Mo Shu l’intercepta tenant une large jarre et se pressant vers les cuisines. Il ne restait qu’une dizaine de jours avant le Nouvel An ; divers biens et matériaux n’étaient toujours pas prêts, alors il devait courir tous les jours.

”Huh ?” Nan Ge Er se demandait s’il devait acheter quelques pièces de viande fraîche en plus à conserver en marchant, il continuait de penser qu’il n’y avait pas assez de produits à base de viande prêts.

”J’ai besoin de cinquante wens 1”, dit Mo Shu.

”Ne vous ai-je pas donné cent wens il y a quelques jours ?” Nan Ge Er fronça les sourcils.

C’est vrai, maintenant c’était à lui que le magistrat demandait de l’argent au lieu de demander à Zhu Xi, comme avant.

”Seule une veuve et ses enfants orphelins 2 font partie de la famille Xia et il y a seulement deux anciens dans la famille He. J’ai donné un peu d’argent aux deux pour qu’ils puissent faire des achats pour le Nouvel An,” Répondit Mo Shu vertueusement, “mais quand je leur ai remis l’argent, j’ai réalisé qu’il n’y avait que des veuves dans les familles Zhu et Zheng dans Chengnan 3 et la vie est particulièrement difficile pour elles.”

Ce n’est pas dur pour toi de donner de l’argent, mais ne peux-tu pas voir combien c’est dur pour moi de vivre en grappillant chaque centime ? Monsieur, ton tout petit montant d’argent est à peine suffisant pour te nourrir. De plus, ce peu d’argent est nécessaire pour maintenir le fonctionnement basique du gouvernement… mais tu continues de donner de l’argent de temps en temps… alors comment puis-je gagner assez pour subvenir à ça ?!

Bien que Nan Ge Er lui tienne une terrible rancoeur, il ne s’y opposa pas, ”Pour l’argent, je n’en ai pas. Je vais acheter des objets pour le Nouvel An quand je sortirai plus tard ; vous pourrez les livrer après cela.” Pourtant, il devait répéter — celui dans Guang Tian qui avait le plus besoin d’être aidé était ce Magistrat-daren.

Mo Shu attendait que Nan Ge Er dise ça. Il fit un large sourire, ”Nan Ge Er, tu es vraiment incroyable.”

”Hm ?” L’homme leva la tête et regarda le magistrat — même si tu me flattes, je ne te donnerai pas d’argent. Qui sait si tu ne vas pas le donner à une famille au hasard de nouveau ? Comprenant que le Magistrat-daren voulait visiblement converser avec lui, Nan Ge Er n’avait d’autres choix que de poser la jarre dans ses bras sur le sol et d’écouter ce qu’il avait à dire.

”En installant un étal de thé pendant seulement une saison, tu as été capable de fixer les dépenses de chacun dans le bureau du gouvernement. C’est vraiment remarquable. Juste une saison de travail est suffisante pour fournir une demi-année de nourriture à chacun. Comme c’est incroyable.” Mo Shu plissa les yeux en un sourire, ”Comment as-tu fait ça, Nan Ge Er ?”

Si je te disais que je l’ai fait juste pour survivre, serais-tu capable de comprendre ? Les lèvres de Nan Ger Er tressaillirent ; il valait mieux pour lui qu’il réponde avec une explication plus facile à comprendre, ”J’ai seulement collecté un peu de capital. Tous les objets achetés ont permis un développement durable.” Après une certaine réflexion, il devina que Mo Shu ne pouvait probablement pas comprendre les termes, alors il expliqua un peu plus en détail, ”Les poules peuvent pondre des œufs, qui vont devenir des poussins. Les poussins pourront à leur tour pondre des œufs quand ils grandiront. Les œufs pondus peuvent être vendus ou couvés, l’argent gagné des ventes d’œufs peut ensuite être utilisé pour acheter des canards. Une part de l’argent gagné de l’étal de thé a été utilisé pour acheter du grain, et une autre part pour diverses graines. Été, automne, hiver ; il y aura des graines qui conviendront à chaque saison. Puisque, de toute façon, il n’y a pas une seule fleur dans le jardin du gouvernement, pourquoi ne pas l’utiliser pour faire pousser des légumes ? Ils ont juste besoin d’être arrosés matin et soir. Il n’y a pas besoin de fertilisants. Des cendres végétales de la cuisine seront suffisantes. Il n’y a pas besoin de prendre soin d’eux exceptionnellement bien puisque l’on n’attend pas de bonne récolte. C’est assez bien si cela fournit suffisamment de nourriture et les légumes restants peuvent être séchés, cuisinés et préparés en collations comme les Ciba. Les gens du voisinage ramèneront des choses en échange. La nourriture facilement gâtée sera gérée et ne sera plus un problème tandis que les articles qui peuvent durer plus longtemps seront stockés dans l’entrepôt. Parfois, vous chassez dans les montagnes et attrapez des poissons dans la rivière. Cela, en plus de votre petit salaire, c’est en quelque sorte assez pour s’en sortir.” Les mots qu’il voulait vraiment dire étaient plutôt : votre salaire n’est vraiment pas si maigre ; si vous, mon seigneur, ne donniez pas librement votre richesse aux autres, vous pourriez vivre de façon assez aisée. 

Mo Shu ne semblait pas comprendre ce que Nan Ge Er disait. Il écouta vaguement avec insouciance avant de hocher la tête, ”Nan Ge Er, tu ne veux pas gagner encore plus d’argent ? Avoir de la nourriture délicieuse, porter de meilleurs vêtements ? Quand tu gagneras assez, tu pourras avoir ta propre famille dans le comté.”

Nan Ge Er n’était pas vraiment sûr de la raison pour laquelle Mo Shu lui disait ça ; il observa intuitivement le visage de l’homme de plus près. Il avait comme toujours un air éthéré ; rien ne semblait sortir de l’ordinaire. Nan Ge Er débattit pendant un moment avant de répondre, ”… Daren, voulez-vous dire que vous pensez que je ne conviens pas à cet endroit ?” Si Mo Shu pense vraiment que je suis une pollution visuelle, alors je devrais faire preuve de tact et dégager ; mais je n’ai nulle part où aller.

Les yeux du magistrat s’écarquillèrent quelque peu, ”Pourquoi dis-tu ça ?” Cependant, il sembla réaliser immédiatement que ses mots avaient probablement été mal compris, alors il s’expliqua, ”Je suis juste curieux, tout le monde ne souhaite-t-il pas vivre une vie confortable et facile ? Je pense que tu devrais être excellent à planifier ce genre de choses.”

Nan Ge Er était quelque peu choqué avant de répondre distraitement, ”… J’ai juste peur de la mort.” Peu importe combien je suis doué pour planifier, à la fin, j’ai quand même fini par atterrir dans un tel endroit, non ?

”Hum…” Mo Shu hocha la tête, ”C’est humain d’avoir peur de la mort.”

Cette expression légèrement approbatrice de Mo Shu fit soudainement rire Nan Ge Er, ”J’ai peur de mourir de faim donc j’ai planifié tout cela. Ça me suffit si je ne meurs pas de faim. De plus, je pense que c’est bien assez si je peux manger correctement et être vêtu chaudement. Je pense qu’il n’y a pas besoin de beaucoup se préoccuper de tout autre aspect. Vouloir plus ? Je n’ai jamais été dans cet état d’esprit. Quand y a-t-il eu un seul moment de détente ici ?” Il pencha la tête, riant, ”Je pense avoir une vie plutôt confortable maintenant, mais, si je dépense toute mon énergie à gagner de l’argent, elle deviendra probablement très difficile.”

La réponse de Nan Ge Er fit lever un sourcil à Mo Shu, ”Tu es un enfant plutôt peu ambitieux.”

”Quel est le problème à ne pas avoir d’ambition ?” Nan Ge Er ne se préoccupait pas beaucoup de l’opinion de Mo Shu, ”Puisque je n’ai rien fait de peu scrupuleux.” Du moins, pour l’instant.

”Ne penses-tu jamais à te faire un nom pour toi et apporter honneur à ta famille ?”

”Nope.” Nan Ge Er, à cette question, donna une réponse extrêmement directe.

S’il était encore dans son monde originel, là où il avait des parents aimants, des amis qui pensent comme lui, de telles idées auraient pu germer dans son esprit. Cependant, sa coquille actuelle n’avait pas une telle pression. Dans ce monde, il ne possédait pas vraiment de sentiment d’appartenance depuis le début, et était encore plus indifférent maintenant. De plus… cette coquille avait déjà apporté honneur à sa famille, n’est-ce pas ? Nan Ge Er rit froidement en son for intérieur.

Le seul survivant de la famille du Roi était en fait un ministre traître et déloyal, qui avait en vain tenté de prendre le trône. Y avait-il quoi que ce soit de comparable à ça ? Mo Shu observa le visage sans expression de Nan Ge Er, semblant quelque peu hésitant.

Confus quant à la raison pour laquelle l’homme faisait une telle expression, Nan Ge Er revint à la raison et l’observa, perplexe, ”Daren, qu’est-ce qui ne va pas ?” Est-ce vraiment si étrange pour un homme de ne pas être ambitieux ?

”Oh, ce n’est rien.” Mo Shu pensa un moment avant de sourire soudainement. Il tendit la main et caressa la tête de Nan Ge Er. ”Tu es très bien comme tu es.”

”Huh ?”

“Pas mal.” Mo Shu tapota la tête de l’autre homme d’une manière élogieuse – avec un mouvement semblable à celui de tapoter un melon l’été pour juger s’il est mûr. Nan Ge Er était sans voix.

”Tu es bien, juste comme ça.” Sourit Mo Shu, avant que son regard ne tombe sur la jarre au sol, ”Portes-tu cela aux cuisines ?”

”Ah, oui.” Nan Ge Er était encore confus et répondit donc instinctivement.

”La porter semble être ardu pour toi.” Alors que Mo Shu parlait, il se baissa et prit la jarre sans effort, ”Allons-y.”

”Hah ?” Nan Ge Er devint encore plus confus qu’il ne l’était initialement, mais, comme il pensait au travail gratuit, il s’en fichait. Il le rattrapa rapidement. ”Je dois sortir acheter des haricots plus tard, pourquoi ne m’aidez-vous pas à les porter puisque vous y êtes, Daren ?” Les détaillants de céréales étaient occupés ces jours-ci et ne pouvaient plus livrer à domicile comme avant. Il y avait juste trop de choses qui avaient besoin d’êtres préparées, c’était donc extrêmement difficile de tout ramener avec sa petite taille. Il ne voulait pas non plus dépenser de l’argent pour engager des gens pour le faire. Juste au moment ou il s’inquiétait à propos de ça, Mo Shu lui tombait dessus. Quelle assistance en temps opportuns !

”… Même si tu t’adresses à moi comme ‘daren’, tu n’as plutôt aucune réserve lorsque tu donnes des ordres aux autres.” La bouche de Mo Shu tressaillit en parlant.

”Daren, j’achèterai les biens pour le Nouvel An des familles Zhu et Zheng sur mon chemin.”

”Appelle-moi quand tu sors.” Répondit immédiatement le magistrat.

— Travail acquis.


1 Wen : ancienne devise chinoise.

2 Enfants orphelins : les enfants étaient parfois appelés ‘orphelins’ même s’il leur restait un seul parent.

3 Chengnan : district de Guang Tian.

Ch.9 | Index | Ch.11

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

1 a commenté sur “Chun Shu Mu Yun -Chapitre 10”

  1. Ils font un peu plus connaissance ! J’aime ça !
    Et Mo Shu aussi apparemment ! Héhéhé

    Merci beaucoup pour ce chapitre !
    A très bientôt ! <3

Laisser un commentaire