Chun Shu Mu Yun – Chapitre 13

Ch.12 | Index | Ch.14

Traduit par Lilie, corrigé par Jokirl

Bien qu’il soit un patient en ce moment, le manque sévère de main-d’oeuvre au sein du gouvernement força rapidement Nan Ge Er à entrer de nouveau dans la cuisine…

D’ordinaire, lorsque le travail officiel d’une certaine personne était terminé, celle-ci avait toujours à faire la lessive et nettoyer le bureau, et, dû à cela, le pauvre homme était occupé jusqu’aux petites heures de la nuit. Ainsi, Nan Ge Er comprenait son importance dans le gouvernement — Regardez Mo Shu-xiansheng ; il est trop occupé pour ne serait-ce que prendre une pause !

En parlant de lui, bien que ses pauses quotidiennes soient toujours courtes et qu’il n’ait que deux repas réguliers, il était tout le temps au meilleur de sa forme ; comment même survivait-il avec ça ? …Ugh, d’accord. En vérité, il avait légèrement plus que les deux repas usuels d’une personne typique, comme il sortait occasionnellement quelques collations sucrées pour remplir sa bouche.

Depuis que les standards de vie dans le bureau du gouvernement s’étaient améliorés, Nan Ge Er préparait un tas de nourriture sucrée pour Mo Shu comme en-cas. Après être sorti pour une promenade dans la matinée, il resta dans la cuisine pour passer au tamis des haricots. Suite à un jour de repos, il se sentait bien mieux.

Il n’y avait pas de cacahuètes, de graines de melon, ni rien de ce genre dans ce monde, alors Nan Ge Er décida de faire plus de collations pour le premier mois de l’année lunaire 1. Les haricots avaient en fait été cuisinés quelques jours auparavant, et, puisque quelques jours s’étaient écoulés depuis qu’il s’était évanoui, il était initialement inquiet que les haricots submergés dans le sirop soient trop sucrés. Les goûter après avoir essayé de les tamiser lui prouva qu’il avait tort ; ça n’était pas si mauvais.

Les haricots noyés dans le sirop avaient été cachés au préalable par Nan Ge Er — Ou sinon il ne resterait maintenant probablement pas même une seule goutte de sirop dans le pot.

Ces haricots étaient plutôt gros. Cependant, les locaux les utilisaient rarement dans les plats, comme ils n’étaient pas très savoureux. Ils étaient habituellement mélangés avec du riz à la place. Nan Ge Er en avait eu lorsqu’il était à Fang Jun. Bien qu’il ait déjà senti à cette époque que les façons de les manger pouvaient être améliorées, il n’avait pas vraiment eu le temps d’expérimenter. Peu importe la quantité de nourriture savoureuse qu’il avait mangée à l’époque, il n’en retenait pas une très grande impression. Maintenant qu’il y pensait, celles dont il se rappelait le plus étaient à la place les diverses collations de son ancien monde lointain.

Le sucre brun bouillant sur le dessus du poêle dégageait une odeur parfumée à ce moment. S’apercevant qu’il avait presque fini de fondre, Nan Ge Er arrêta rapidement ce qu’il faisait avant de porter et verser le plat de haricots sautés dans le wok rempli de sirop de sucre brun. Il les mélangea uniformément avec une spatule.

Cela restait un travail plutôt intensif, et l’homme prit donc quelques petites pauses en remuant. En remarquant que c’était presque fini, il porta vigoureusement le wok, le plaça de côté pour refroidir puis passa à un autre lot tout en faisant bouillir de l’eau.

Il n’était pas doué pour la cuisine. Bien qu’il ne puisse être considéré comme un échec en tant que cuisinier, il pouvait seulement préparer quelques plats simples. Et, quant aux repas du dîner de réunion de famille, il avait été dit que Mo Shu en avait déjà parlé avec les autres ; la cuisinière viendrait les préparer le lendemain.

Les haricots étaient filtrés et le sirop était mis de côté pour être utilisé plus tard — Il était sûr que même s’il donnait juste une coupe de sirop à Mo Shu, il la laperait quand même joyeusement…

Pendant qu’il se reposait, la porte de la cuisine fut soudainement ouverte d’un coup alors que le conseiller Zhu Xi entrait.

Repérant Nan Ge Er assis près du poêle, Zhu Xi fut également un peu étonné, ”Xiao Nan, pourquoi es-tu ici au lieu de te reposer correctement ?”

”Préparer des choses pour la célébration du Nouvel An.” Sourit Nan Ge Er amèrement, ”Ça a été retardé pour quelques jours, ce sera trop tard si je ne prépare pas tout ça bientôt.”

En entendant cela, le conseiller leva les yeux au ciel, ”Laisse faire, ce Mo Shu les finira.” Fermant les portes, il se promena aux alentours, ”Il était déjà capable de célébrer le Nouvel An sans ton aide dans le passé et je ne l’ai pas vu mourir de faim à l’époque.”

”Le bureau du gouvernement m’a moi maintenant.” rit Nan Ge Er, ”Je n’ai pas vraiment une vitalité aussi forte que Mo Shu.”

”Assez vrai.” agréa Zhu Xi en marchant vers lui et observant les haricots et le sirop puis les haricots enrobés de miel, ”Qu’est-ce que c’est ?” Demanda-t-il alors qu’il levait la main pour toucher.

”N’utilise pas ta main.” Nan Ge Er tenta immédiatement de l’arrêter, se redressant. Ce n’est pas une blague ; que faire si les griffes de ce type les salissaient ? En résultat de se lever trop abruptement, sa vision devint noire et il tomba involontairement.

”Oh !” Zhu Xi l’aida instantanément à se relever.

Au même moment, la porte s’ouvrit sur Mo Shu. Ça n’était arrivé qu’à cause du corps fragile de Nan Ge Er, ainsi, après avoir été rattrapé par Zhu Xi, il recouvra rapidement la vue, tournant la tête vers la porte.

Mo Shu tenait quelque chose de blanc et lui lançait un regard noir en ce moment — plus précisément, il fixait son conseiller d’un regard noir.

Ce dernier observa l’expression du magistrat, ”Qu’est-ce que tu regardes de cette façon, planifies-tu de manger quelqu’un ?”

Mo Shu marcha jusqu’à eux rapidement à grandes enjambées, giflant les mains de Zhu Xi avant d’utiliser les siennes pour aider Nan Ge Er à se redresser, ”Même si je dois mourir de faim, je ne te tuerais que pour m’accompagner dans la mort, à la place de te manger pour combler ma faim.” Plaçant une chose blanche et duveteuse sur Nan Ge Er, il continua, ”Qu’essaies-tu de faire à mon Nan Ge Er et mes sucreries ?”

Le manteau de fourrure autour de ma nuque est de qualité supérieure. Blanc impeccable, sans une once de saleté, exceptionnellement doux et chaud.

Le manteau blanc ne pesait pas lourd, mais, enroulé autour de lui, son corps entier se réchauffait complètement. La matière était confortable, douce comme de la soie. Son ancien lui n’avait même probablement jamais eu un si précieux manteau de fourrure auparavant, il pouvait définitivement être compté comme un trésor sans prix.

En revanche, la richesse toute entière du gouvernement n’est même pas assez conséquente pour acheter ce simple habit, alors où diable Mo Shu l’a-t-il donc obtenu ? Ne me dites pas que ce gars a tué et volé quelqu’un pour l’avoir ?!

Nan Ge Er était inextricablement plongé dans sa propre imagination, et, ainsi, n’enregistra pas du tout ce que Mo Shu disait.

”Ton Nan Ge Er ? Tes sucreries ?” Se moqua froidement Zhu Xi, ”Y a-t-il ton nom sur son corps ? Ou sur tout cela ?” Il pointa les sucreries, ”Ont-elles ton nom dessus ?”

”Tout ce qui est dans mon domaine m’appartient,” Répondit Mo Shu de façon détachée. ”Même toi, tu m’appartiens.” Il lui lança un regard oblique avec un air arrogant, ”Peux-tu même le nier ?”

Nan Ge Er ne saisit que ces quelques mots quand il reprit ses esprits. Ils le frappèrent comme un éclair soudain, le rendant confus et semant le désordre dans son esprit.

… Alors ils ont ce genre de relation, hein ? Pas étonnant que Zhu Xi parle avec tant de désinvolture à Mo Shu. Parce qu’il lui appartient ? Oh mon dieu, non, non, je suranalyse probablement trop. Est-ce que cela signifie que, normalement, quand Mo Shu et Zhu Xi sont ensembles, ils font cela, et ça, et ensuite cela ? Ugh, non non non, c’est définitivement juste moi qui réfléchis trop.

Nan Ge Er secoua inintentionnellement la tête, se prévenant lui-même intérieurement de stopper ses pensées avant qu’elles ne s’emballent trop. Cependant, il réalisa que cet avertissement n’avait aucun effet sur elles, qui se déchaînèrent… Comme attendu, ai-je réellement été contaminé par la mentalité de commérage de Guang Tian ? Nan Ge Er se sentit quelque peu déprimé en son for intérieur à cette pensée.

Ce n’est qu’après avoir fini de se disputer que les deux se rendirent compte que la source de ce conflit les regardait étrangement et secouait même la tête de confusion de temps en temps.

”…” Mo Shu et Zhu Xi se regardèrent.

”Qu’est-ce qui ne va pas ?” Ne put s’empêcher de demander le conseiller.

”… Ugh, rien,” bégaya quelque peu Nan Ge Er en parlant.

”… C’est très suspicieux.” Zhu Xi le jaugea solennellement.

”Ce n’est vraiment rien.” Répondit Nan Ge Er sévèrement — Il sentait que ce serait mieux s’il feignait l’ignorance concernant quelque chose qu’il ne devrait pas savoir.

Il changea de sujet après cela, demandant à Mo Shu, ”Mo Shu-xiansheng, ceci.” Pointant le manteau sur ses épaules, il leva la tête, regardant l’homme, ”Pour quoi faire ?”

”Pour toi.” Mo Shu lui donna une courte réponse, avant de se retourner vers Zhu Xi et d’ordonner, ”Retourne travailler s’il n’y a rien d’autre.”

”Tch,” se moqua grossièrement le conseiller, se retournant pour ouvrir la porte et partir.

”Pour, pour moi ?” Nan Ge Er écarquilla les yeux sous le choc, ”Où l’avez-vous obtenu ?” Sa première réaction n’était pas de demander pourquoi c’était pour lui, mais, à la place, de savoir où est-ce que Mo Shu avait récupéré un si beau manteau de fourrure — puisqu’il connaissait trop bien la situation financière de l’homme.

”Chassé.” Mo Shu parla d’un ton factuel, donnant même une expression de ‘n’as-tu-pas-vu-cela-par-toi-même’ à Nan Ge Er.

Bien qu’il ait de nombreuses suppositions dans sa tête, la réponse du magistrat le sidéra tout de même un peu.

”Chassé ?” Répéta Nan Ge Er, abasourdi.

”Ce jour-là pendant l’hiver, la viande rôtie venait de cet animal.” Expliqua l’autre homme, ”Le manteau de fourrure a été fait après que l’animal a été écorché, et il n’a été achevé qu’aujourd’hui.”

”Cette viande vraiment dure !” Se rappela Nan Ge Er. L’impression la plus significative qu’il avait eue à propos de la nourriture ce jour-là était qu’elle était dure — même après qu’il était revenu à la viande qui ne contenait pas de poudre durcissante.

”Mn, la viande à laquelle on a ajouté de la poudre durcissante.” Conclut Mo Shu.

”Oh…” En effet, cet animal était une blanche et géante bête qu’il n’avait encore jamais vue auparavant. Près de deux mois s’étaient écoulés depuis le solstice d’hiver.

Était-ce en fabrication depuis ce jour-là ? Comme il y pensait, Nan Ge Er sourit inconsciemment, caressant délicatement la douce fourrure, ”Merci.”

… Bien qu’il porte un manteau si extravagant tout en travaillant sur les collations dans la cuisine, il savait que, pour Mo Shu, le seul but de ce manteau était de le garder au chaud, loin d’être précieux.

Ainsi, il répondit également à la requête de Mo Shu, en portant la fourrure blanche, frottant sur le poêle noir de charbon et puis servant les haricots égouttés, ”Voulez-vous les goûter ?”

Les yeux de Mo Shu pétillèrent, un peu joyeux alors qu’il répondait, ”Oui.” Après cela, il utilisa les baguettes près de la marmite pour apporter un haricot à sa bouche. Levant les sourcils, il en prit un autre. Et un autre, et un autre, et un autre, et un autre…

”Assez.” Le stoppa Nan Ge Er à temps, ”Si vous en consommez encore, il n’y aura plus rien à manger lorsque nous resterons éveillés 2 durant le réveillon du Nouvel An après-demain.”

”Rester éveillés pendant le Nouvel An ?” Mo Shu, qui avalait le haricot dans sa bouche, était perplexe au début, avant d’observer un instant Nan Ge Er. Ensuite, comme si une soudaine réalisation le submergeait, il dit, ”… C’est vrai, tu seras là aussi.”

Son expression rendit Nan Ge Er quelque peu confus.

”Mn, gardons-les pour le Nouvel An.” Cette fois, le magistrat était surprenamment facile à persuader. Il replaça rapidement ses baguettes avant de tendre la main pour tapoter la tête de Nan Ge Er, ”Je vais travailler.”

… Pourquoi es-tu plein d’enthousiasme tout à coup ? Nan Ge Er lui jeta un regard perplexe à son départ. La porte fut de nouveau fermée.

”Oh, en y pensant, Mo Shu était ici pour livrer le manteau, mais pourquoi Zhu Xi est-il venu ?” marmonna-t-il.

Dans la pièce d’étude du gouvernement, Zhu Xi rugit avec regret, ”… Pourquoi suis-je revenu juste à cause des mots de ce Mo Shu, j’ai si faim !”


1 Le calendrier chinois traditionnel est luni-solaire. Les mois sont lunaires et commencent lorsque c’est la nouvelle Lune. (Plus d’informations : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Calendrier_chinois )

2 Rester éveillé pendant le Nouvel An (de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvel_An_chinois ) : une tradition qui consiste à aller au lit tard lors du réveillon du Nouvel An, ou même rester éveillé toute la nuit et le matin, connu comme shousui (守岁), est pratiquée par les chinois, dans la croyance que cela permet d’augmenter la longévité d’un parent. C’est compliqué à traduire donc nous avons préféré « rester éveillés », on pourrait dire « attendre » ou « regarder arriver », cela reste juste dans l’idée qu’il ne faut pas dormir afin de le célébrer correctement, comme le veulent les traditions.

Ch.12 | Index | Ch.14

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

1 a commenté sur “Chun Shu Mu Yun – Chapitre 13”

  1. Je voulais vous remercier pour toujours prendre soin de faire des cherches plus poussées pour nous facilité la compréhension des histoires ! Vous êtes super ! Merci ! <3

    C'est cool avec cette histoire, nous avons des recettes de cuisine à essayer ! xD

    "lui lançait un regard noir en ce moment — plus précisément, il fixait son conseiller d’un regard noir."
    Il est jaloux, il est jaloux !! Oui !!!!!

    Mo Shu est tellement attentionné pour son Xiao Nan ! XD
    Et celui-ci qui se fait des films ! XD Il me fait rire !

    Oui, il sera là aussi pour le Nouvel An. Hmm, bizarre la réaction de Mo Shu ! lol

    Et le pauvre Zhu Xi ! Donnez lui à manger ! xD

    Merci infiniment pour ce chapitre ! 😀
    A très vite ! 😉

Laisser un commentaire