Every Day the Protagonist wants to capture me – Chapitre 16

Ch. 15 | Index | Ch. 17

Traduit par Ekatelina, corrigé par Shizuku

Chapitre 16

Après l’intervention de Chu Yu, tous les yeux se tournèrent vers lui pour le regarder soit avec stupéfaction, soit avec dégoût ou dérision. Quelques personnes chuchotèrent :

“Oh, je me demandais qui était si irrespectueux envers Song Shixiong, mais c’était lui…”

“J’ai entendu dire que Chu Yu était solitaire et arrogant, tsk tsk. Les yeux de tout le monde sont sur le disciple en chef. Je pensais qu’on allait simplement éliminer quelques monstres démoniaques de bas niveau.”

Song Jingyi se tourna lui aussi pour le regarder, ses yeux étincelant : “Ainsi voici Chu Shidi. Si Chu Shidi ne veut pas y aller, ce n’est pas une bonne chose. Est-ce à cause du Xie Shidi trop réticent derrière vous ? C’est vrai que ce voyage est très dangereux pour ceux qui sont à l’étape du Raffinement de Qi.”

Chu Yu jeta un coup d’œil au koala collant derrière lui. Il s’apprêtait à préciser que celui-ci était juste paresseux et incapable de voler lorsque Xie Xi leva ses yeux étincelant. Serrant fermement Chu Yu, il dit doucement : “Merci pour votre gentillesse, je veux seulement suivre mon Da Shixiong. Partout où Da Shixiong va, j’irai. »

Song Jingyi ayant été rejeté sans ménagement, son visage s’enlaidit quelque peu : “… Vous êtes alors tous les deux livrés à vous-même, d’accord ?”

Chu Yu sourit et ébouriffa les cheveux de Xie Xi. Il activa Xun Sheng, faisant briller l’épée d’une lumière bleu marine  alors que, dans un bruit sourd, elle s’éleva au-dessus des autres disciples. Et ils disparurent en un clin d’œil.

De toute façon, le Chu Yu original avait un tempérament froid, élégant et prestigieux, alors, il aurait probablement rejeté tous ces gens, incluant le disciple en chef du Pic Yuan Chen.

Lorsque la silhouette de Chu Yu disparut, ceux qui n’avaient pas osé parler devant lui exprimèrent immédiatement leurs pensées : “Juste parce qu’il se trouve à l’étape de l’Établissement des Fondations et qu’il s’appuie sur ses antécédents familiaux, il s’imagine qu’il est une personne formidable ! Chu Yu ? Bah, c’est la même chose qu’un poisson malodorant !” [1]

“Je pense qu’il sera le premier à mourir.”

“Son Shidi est également ingrat et a osé rejeter l’offre d’aide bien intentionnée de Song Shixiong.” 

……

Alors que différentes voix se firent entendre, dans l’ensemble, il y eut beaucoup de jurons. Song Jingyi sourit légèrement et écouta un moment avant de déclarer solennellement : “Nous sommes tous des disciples. Nous ne devons pas parler sur le dos des autres.”

“Shixiong, avez-vous vu Chu Yu ? Il ne vous prend pas du tout au sérieux. Lorsque vous hériterez de la position du maître de secte, sera-t-il capable de vous servir ?”

“Song Shixiong a déjà l’allure d’un maître de secte. Contrairement à ce poisson puant qui ne cracherait pas sur quelqu’un s’il était en feu et qui ne tient pas compte de l’entraide entre disciples.”

Les disciples se dépêchèrent d’encenser Song Jingyi, le flattant tandis qu’ils dénigraient l’autre de façon très vive. Cependant, quelques disciples féminines froncèrent les sourcils et regardèrent de travers Song Jingyi, marmonnant intérieurement.

***

Chu Yu s’était éclipsé rapidement. Naturellement, il n’entendit pas les complaintes indignées des autres, et même si ça avait été le cas, il ne s’en soucierait pas.

À ce rythme, il faudrait environ une quinzaine de jours pour se rendre à la ville de Fang Ye. De toute façon, ils avaient tout leur temps. Les deux jeunes gens volèrent jusqu’en fin d’après-midi puis s’arrêtèrent dans une petite ville. Chu Yu  lissa ses vêtements et ses cheveux, sortit un éventail pliant, magnifiquement peint d’un paysage de montagnes et de rivières de son anneau et l’agita doucement. Une bête habillée à l’image de l’homme.  

Xie Xi fixa Chu Yu sans détourner le regard, pensant seulement que son Shixiong était vraiment beau et qu’il n’y a personne dans ce monde qui soit plus beau que ce dernier.

Faisant preuve de sang-froid, Chu Yu tourna la tête pour regarder Xie Xi. Surpris, il leva un sourcil. Il ferma alors son éventail et frappa sur la tête du plus jeune, s’exclamant : “Qu’est-ce que tu regardes ?” 

Xie Xi se réveilla immédiatement de son hébétement, le bout des oreilles rouge et les lèvres pincées.

Chu Yu se réjouit en regardant le magnifique adolescent en pleine croissance. Il toucha la tête de ce dernier et lui dit gentiment : “Shidi, tu as bien grandi…”.  Il était temps d’apprendre quelques méthodes de séduction afin de collectionner les membres d’un harem.

Il s’arrêta pendant un instant puis sourit : “Il est temps pour toi de voir le monde et d’apprendre de nouvelles choses.”

“Apprendre de nouvelles choses sur… ?” Demanda Xie Xi en inclinant la tête et en regardant Chu Yu.

Le plus vieux se sentit inexplicablement coupable face à ce regard pur comme la neige. Il toussa sèchement et dit : “Viens avec moi.”

Xie Xi suivit docilement Chu Yu dans la ville. Son cœur battait la chamade car il n’avait pas été dans une ville mortelle depuis longtemps. Il regardait à gauche et à droite.

Chu Yu aimait grignoter mais il n’avait pas été capable de le faire depuis qu’il était venu dans ce monde. Maintenant qu’il avait vu des tanghulus [2], Chu Yu en acheta immédiatement deux bâtons.

Xie Xi regarda le visage heureux de son Shizun qui semblait apprécier grandement le snack. Puis il regarda les bonbons dans ses mains. Il cligna des yeux et en prit lentement de petites bouchées.

Voyant que Chu Yu avait presque fini de manger, il lui donna son tanghulu : “Da Shixiong, je n’aime pas ça.”

Chu Yu qui regardait ailleurs ne remarqua pas le stratagème de Xie Xi et laissa échapper un simple “Oh” puis accepta le fruit confit, n’y trouvant rien à redire.

Les yeux du plus jeune brillèrent. Il sourit, faisant s’élever ses sourcils. Son humeur, qui était maussade à cause des chuchotements des autres disciples, s’améliora un peu.

Ils se baladèrent dans la petite ville jusqu’à ce que Chu Yu trouve finalement le bon endroit. D’une main, il guida Xie Xi à l’intérieur en riant : “Shidi, as-tu déjà bu du vin avant ?”

Xie Xi secoua la tête avec franchise.

Chu Yu sourit : “Viens, bois du vin avec ton Shixiong – une soirée arrosée avec quelques femmes.”

En cours de route, Chu Yu avait écouté les gens bavarder et découvrit que dans le quartier rouge, rien ne pouvait surpasser la maison de Yangchun où les femmes étaient aussi charmantes que l’eau, séduisantes et attirantes.

Et ils se trouvaient devant cette dernière.

Chu Yu rangea ses manches puis guida Xie Xi dans la maison Yangchun.

Une fois à l’intérieur, le visage de Xie Xi s’assombrit en regardant la cour remplie de belles dames de nuit.

Son visage continua à s’assombrir lorsque Chu Yu dépensa négligemment de l’argent pour réunir les quatre principales dames de la maison. Puis, elles le conduirent dans une élégante salle. 

Fixant les beautés lui faisant face qui entouraient Chu Yu, Xie Xi avait les yeux remplis de colère. Si sa raison ne le retenait pas, il aurait déjà brûlé cet endroit.

Malgré la colère marquant son visage, quelqu’un qui n’avait pas peur de jouer avec la mort vint le rejoindre.

“Ce jeune homme semble vraiment malheureux. Où as-tu mal ? Laisse cette servante jeter un coup d’œil. »

En disant cela, une paire de petites mains osseuses s’approchèrent de sa poitrine et se glissèrent lentement dessus.

C’était aussi dégoûtant que d’être touché par un serpent, Xie Xi en fut dégouté et ne put le supporter. Il repoussa la femme en vociférant, le visage froid : “Sortez toutes !”

Chu Yu avait bu quelques verres de vin, pensant que la tolérance de son corps à l’alcool n’était pas mauvaise, mais maintenant, il était un peu étourdi. En entendant la voix furieuse de Xie Xi, ses sourcils se levèrent et il dessaoula un peu instantanément.

Il fit un signe de la main, leurs signalant à toutes de sortir. Xie Xi frappa sur la table, fixant Chu Yu d’un regard rempli de colère. Il grinça des dents en s’écriant : “Da Shixiong, pourquoi sommes-nous venus dans un lieu de débauche aussi honteux et obscène !”

… Pour t’éveiller.

Chu Yu ouvrit la bouche mais n’osa pas parler à voix haute. Ses pensées étaient quelque peu embrouillées à ce moment-là. Après l’avoir regardé avec confusion pendant un instant car il y avait plusieurs images de Xie Xi devant lui, il fit un signe de la main et lui demanda : “Shidi… Viens-là.”

Xie Xi regarda Chu Yu, le visage rouge et les yeux ivres. Il s’arrêta et sa colère se dissipa un peu alors qu’il s’approchait de son shixiong.

Chu Yu vit plusieurs Xie Xi alors qu’il essayait de lui donner un verre de vin en souriant : “Shidi, ne sois pas en colère… Viens, bois du vin…”

Xie Xi fixa longuement le Chu Yu souriant stupidement. Après un long moment, il soupira et fut sur le point de prendre le verre lorsque, soudainement, celui-ci tomba au sol dans un bruit sourd, et se brisa.

Xie Xi : “… Da Shixiong, tu es ivre.”

Chu Yu fronça les sourcils et regarda la table mais il ne trouva aucun autre verre. Alors, il tendit simplement la main et versa le vin dans la paume de celle-ci. Il se pencha avec insistance vers Xie Xi et lui demanda : “Viens, Shidi… Bois ce vin…”

La paume de jade blanche se trouvait maintenant face à lui, le vin clair s’ écoulant par petites vagues. Xie Xi fixa du regard la texture délicate de la paume se trouvant devant son visage. Après un long moment, les commissures de ses lèvres se courbèrent en un sourire mystérieux et il baissa lentement la tête, buvant le vin dans la paume de Chu Yu.

Le léger parfum frais et délicat de Chu Yu s’attarda. Mélangé avec le bouquet odorant du vin, l’odeur était vraiment enivrante. Xie Xi finit de boire la petite poignée de vin. Son visage était quelque peu cramoisi et ses yeux étaient brillants.

Chu Yu était sur le point de rétracter sa main lorsque, soudainement, Xie Xi l’a retint. Ce dernier leva les yeux vers son aîné et sourit. Il baissa à nouveau la tête et embrassa presque avec révérence la main de Chu Yu, du bout des doigts jusqu’au poignet, ne laissant pas un centimètre de peau intouché.

Tenant toujours le poignet de Chu Yu, Xie Xi inclina la tête et le regarda. Il sourit : “Merci beaucoup pour ton hospitalité, Da Shixiong. Ce vin est vraiment savoureux.” 

Chu Yu hocha la tête, confus et innocent comme un bébé. Il plissa les yeux, essayant de voir clairement Xie Xi mais n’y parvint pas. Il sentit qu’on le soulevait et passa inconsciemment ses bras autour du cou du plus jeune.

Tout en lui hurlait. Une étreinte de princesse ! C’est une étreinte de princesse  ! Protagoniste, peux-tu ne pas porter une méchante chair à canon comme une princesse, s’il te plaît !

Xie Xi porta Chu Yu jusqu’à son lit et fixa le visage paisiblement endormi de ce dernier. Comme ils dormaient ensemble depuis trois ans, il avait eu d’innombrables opportunités pour observer attentivement ce beau visage.

Il regarda fixement les longs sourcils obliques, le coin de ses yeux légèrement rosie, le délicat pont de son nez et ses lèvres d’un rouge pâle comme des fleurs de pêcher.

Xie Xi tendit la main et traça doucement le contour du visage de Chu Yu. Quand son doigt toucha les lèvres de son shixiong, il ne put s’empêcher de faire une pause et sa respiration s’accéléra légèrement.

Du bout de son doigt, il toucha cet endroit  – rose, doux et souple. Elles étaient un peu humides. Elles s’ouvraient et se fermaient légèrement. Xie Xi les fixa du regard un instant puis murmura : “Da Shixiong ?”

Chu Yu, toujours étourdi, entendit quelque chose et voulut répondre “Shidi” mais sa bouche ne voulait pas obéir.

Xie Xi se pencha pour embrasser ces douces lèvres tant convoitées. Il sentit soudainement son corps se raidir et se réchauffer. Il ne put s’empêcher d’enlacer Chu Yu tout en l’embrassant plus profondément. Puis le jeune homme se roula sur le lit, s’attardant et incapable de s’extraire.

Dans la confusion, il entendit soudainement une voix froide dans son oreille marmonnant : “Shidi.”

Xie Xi se réveilla tout d’un coup puis posa ses grands yeux ouverts sur Chu Yu. Il relâcha ce dernier et roula hors du lit. S’asseyant sur le sol, il avait le souffle coupé. L’ivresse présente dans son regard se dissipa un peu.

La tête de Chu Yu heurta le coussin de porcelaine dans un bang et il grogna de douleur. Xie Xi se leva avec hâte, frottant l’arrière de la tête de son shixiong en douceur. Puis, avec les lèvres pincées, le jeune garçon lui enleva ses bottes et le couvrit d’une couverture.

Fixant son visage, il repensait à ce qu’il venait de faire et resta silencieux pendant un long moment. Levant soudainement la main et sans ménagement se donna une gifle.

“Scélérat sans gêne !”

Une autre claque.

“Ingrat !”

S’étant giflé le visage deux fois, les joues de Xie Xi étaient légèrement gonflées. Il ferma les yeux et son expression devint sérieuse alors qu’il touchait ses joues endolories.

Son cœur était clair et, à cet instant-là…. Il était clairement sobre.

***

Chu Yu se réveilla avec une gueule de bois, et bien que sa tête ne soit pas douloureuse, il n’était pas de bonne humeur.

Il se redressa avec un visage rempli de regrets et se recoucha subitement à nouveau. Il ferma les yeux et fit circuler son Qi pour faire disparaître les séquelles du vin sur son corps.

Qu’avait-il fait après s’être saoulé hier soir ?

Il ne pensait pas qu’il avait fait quoi que ce soit qui sorte de l’ordinaire, n’est-ce pas ? Le protagoniste ne devait pas être trop en colère, n’est-ce pas ? S’il était trop en colère, Chu Yu n’aurait pas été capable de se réveiller.

Le visage indéchiffrable, accroupi sur le côté et longtemps ignoré, Xie Xi ne put finalement pas s’empêcher de parler plus fort : “… Da Shixiong ?”

Soudain, un bruit fit sursauter Chu Yu. Il resta figé, en état de choc pendant un instant avant de tourner la tête pour regarder son shidi. Il allait réprimander l’enfant, mais lorsqu’il vit par inadvertance la rougeur enflée sur son visage qui n’avait pas encore disparu, les yeux de Chu Yu s’élargirent soudainement.

… Bordel !!!

Pas moyen !!!

La nuit dernière, il avait dû être rendu fou par l’alcool ! Était-ce le premier propriétaire de ce corps ?! Le Chu Yu original ? As-tu battu le protagoniste ?!


Notes :

[1] Jeux de mot comme le ‘Yu’ de Chu Yu signifie poisson.

[2] Il s’agit de sucreries composées de fruits confits, notamment les fruits d’aubépine chinoise, enrobés de sucre sur un bâton.

Ch. 15 | Index | Ch. 17

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée, ou sur le salon « erratum » de notre serveur Discord .

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Tous les commentaires