Every Day the Protagonist Wants to Capture Me – Chapitre 18

Ch. 17 | Index

Traduit par Ekatelina, corrigé par Shizuku

Petit mot de la traductrice : Vous remarquerez quelques petits changements dans la manière dont le texte se présente. Ne vous inquiétez pas, j’ai décidé de présenter ma traduction selon le modèle de présentation européen. Cela vous fera bizarre mais tout ira bien car, concrètement, cela ne change rien au sens.

Chapitre 18 – Bain de Beauté

La nuit, la forêt de la montagne était lugubre et il y faisait sombre partout. Quelque part, un vieux corbeau croassa, misérablement. De temps en temps, deux lumières vertes fluorescentes apparaissaient dans l’obscurité, tel un regard non-humain. Chu Yu pouvait entendre le son léger de ses bottes alors qu’il marchait. Il ne put s’empêcher d’avaler sa salive avant de frotter deux doigts ensemble et d’utiliser un talisman de feu. Un rayon de lumière chaud jaune s’alluma, illuminant les environs. Dans les profondes forêts de montagne, lorsque quelqu’un s’y rendait durant la nuit, les esprits et les monstres sortaient pour causer des problèmes. Chu marcha seulement pendant quelques instants lorsqu’il trouva rapidement ce qu’il cherchait.

Sous un vieil arbre, une femme était assise, légèrement penchée en avant. Elle portait une fine couche de gaze rouge qui la couvrait tout en échouant à cacher son abondante poitrine et ses autres parties intimes. Elle avait de longues jambes et la faible lumière rendait sa peau blanche extrêmement séduisante. Son visage était sensuel et ses manières étaient charmeuses. L’expression dans ses yeux semblait joyeuse quand elle parla doucement à Chu Yu : 

— Monsieur, je suis blessée à la jambe. S’il vous plaît, pourriez-vous escorter cette humble servante chez elle ? Je saurais remercier votre humble personne.

Sa poitrine généreuse se soulevait de haut en bas pendant qu’elle parlait. 

Une fille humaine dans la profonde forêt de la montagne où il n’y avait aucune trace d’humain ? L’escorter chez elle ? Qui essaie-tu de tromper, espèce de p*** sournoise et séductrice !

La main de Chu Yu était sur la garde de Xun Sheng alors qu’il souriait à peine en fixant du regard la queue blanche comme neige se balançant derrière la femme. Il toussota légèrement et lui rappela poliment : 

— Fillette, ta queue.

Son interlocutrice fut étonnée mais, toujours en étant souriante et charmeuse, fit un bond en avant. Chu Yu n’attendit pas qu’elle prononce à nouveau des mots trompeurs et mit un pied sur sa poitrine. Il dégaina son épée, une lumière froide se déversa de son fourreau et il pressa la lame sur son cou.

— Veux-tu vivre ? S’exclama Chu Yu en souriant. 

Il avait dissimulé son niveau de cultivation alors cette renarde pensait qu’il n’était qu’un petit cultivateur à l’étape du raffinement de Qi. Elle ne s’était pas attendue à ce qu’il ait la puissance pour se défendre. Elle eut si peur que son visage devint blanc avant de supplier : 

— Maître, maître… Maître cultivateur, épargnez ma vie s’il vous plaît !

— Il semblerait que tu veuilles vivre, rétorqua-t-il, alors fais-moi une faveur.

Le démon renard ne se trouvait qu’au début de l’étape de l’établissement des Fondations. De plus, ce type de démon n’était pas de bons combattants comme leur talent résidait dans la séduction des gens. Chu Yu n’avait pas été trompé par son charme et, ne pouvant pas le battre, elle fut forcée d’écouter docilement ses ordres. Il bougea son pied, la regarda puis hocha la tête.

—Ne dénude pas ta poitrine comme ça, espèce de démon éhonté. L’admonesta-t-il

Il sortit un ensemble de vêtements de bonne qualité de son anneau de rangement et les lança au démon. La renarde, qui vivait dans une forêt ancienne, n’avait jamais vu un tel trésor. La situation n’était pas si mauvaise si elle recevait des vêtements aussi chers. Elle fut agréablement surprise et se vêtit. Agitant la queue, elle lui dit : 

— Votre servante Mei Er est reconnaissante, Seigneur. Puis-je demander ce que commande ce seigneur immortel ? Cette servante est prête à risquer sa vie et vous aider tant bien que mal.

— Et bien…

Chu Yu s’appuya sur un arbre tout en regardant les alentours, et lui demanda : 

— Connais-tu des démons loups ou tigres ou quelque chose de similaire ?

Elle hocha la tête. Chu Yu réfléchit un moment puis se pencha pour lui murmurer quelques mots à l’oreille. Voyant son expression perplexe, il fourra une pilule dans sa bouche. Frappant dans ses mains, il s’expliqua : 

— Pilule de Corrosion pour le Coeur.”

En entendant le nom de l’objet qui était évidemment dangereux, Mei Er se redressa et tapota sa poitrine tout en éclatant en sanglot : 

— Je vais définitivement accomplir cette tâche.

— Donc je te verrais plus tard. Lui dit-il en souriant

Lorsqu’il eut fini de parler, Chu Yu rengaina son épée et pinça ce brin de flamme pour le dissiper. Puis, il retourna au feu de camp.

Le temps que Chu Yu y arrive, Xie Xi était déjà là. Il avait une pièce de fourrure dans sa main qu’il avait terminé de préparer. En se retournant pour voir Chu Yu s’approcher du feu, il avait une expression sur le visage qui donnait  l’impression qu’on lui avait fait du tort lorsqu’il le questionna : 

— Où Da Shixiong est-il allé ?”

Chu Yu s’approcha pour pincer et frotter la joue de Xie Xi. 

— Je suis allé me promener parce que je m’ennuyais. Lui répondit-il sans changer d’expression

M****, il mentait de plus en plus. Heureusement, il ne savait pas pourquoi mais Xie Xi laissa tomber et ne tenta pas d’en savoir plus. Le protagoniste fixa simplement Chu Yu puis l’étreignit et se frotta contre lui.

— Da Shixiong, j’ai sommeil. S’exclama-t-il

Chu Yu tapota le dos du plus jeune. Après avoir étendu la peau de l’animal sur le sol, ils s’allongèrent mais, soudainement, Chu Yu réalisa que quelque chose n’allait pas. Peu importe qu’il ne fasse pas vraiment froid, le fait était que Xie Xi voulait le serrer dans ses bras pour s’endormir ? L’enfant était devenu de plus en plus collant au fil des années. Chu Yu l’avait emmené dans l’auberge des fleurs pour embrasser/câliner les dames douces et parfumées mais il avait refusé. À la place, il aimait tenir un homme rugueux pour dormir.  Chu Yu réfléchit aux erreurs qu’il avait commises avec cet enfant et tapota le dos de Xie Xi en demandant : 

— Shidi, tu dors ?

Le protagoniste émit doucement un son. Chu Yu organisa ses pensées puis il continua, inspiré : 

— Shidi, en tant que cultivateur, notre devoir est d’éliminer les démons et de les soumettre. Il convient également de protéger les faibles. Dans ce monde, il y a des démons faibles qui n’ont jamais fait de mauvaises choses. Si un jour tu vois un tel démon, tu devras lui prêter main forte…

Une faible lumière illumina les yeux de Xie Xi. Il murmura un faible ‘Oh’ paresseux et se frotta contre le torse de Chu Yu, respirant son parfum tandis que ses yeux se plissaient de plaisir. Le plus âgé continua de faire la morale sérieusement mais, lorsqu’il vit l’expression  fatiguée de Xie Xi, il ne put s’empêcher de tapoter la tête de Xie Xi. Ce malheureux enfant ! Que pouvait-il faire ? Maintenant que le protagoniste avait grandi, il ne l’écouterait plus aussi docilement.

En voyant Chu Yu mécontent, Xie Xi hocha rapidement la tête.

— Shidi prend à cœur tout ce que dit Da Shixiong. Le rassura-t-il

Chu Yu ferma les yeux de satisfaction et s’endormit. Au départ, il avait seulement eu l’intention de fermer les yeux et de faire semblant de dormir. Mais Chu Yu ne s’attendait pas à ce que le sommeil le frappe vraiment juste après avoir fermé les yeux et s’endormit en un rien de temps.

Dans les profondeurs de la nuit, le cultivateur fut réveillé par quelque chose. Il ouvrit les yeux, perplexe. Chu Yu pouvait clairement sentir que Xie Xi le serrait fermement, le tenant prisonnier dans ses bras, une jambe pressée contre les siennes, comme s’il enlaçait quelque chose de très précieux. Le problème était qu’il y avait quelque chose qui faisait pression sur son abdomen inférieur. De la sueur froide coula sur son front et il n’osa pas bouger d’un pouce.

… Ce gamin avait un rêve printanier [1]?

Chu Yu sentait que la situation lui échappait. Il avait besoin de guider  le protagoniste et de l’aider à former son harem dès que possible ! Il suffisait de voir comment cet enfant semblait affamé et assoiffé … Sans avoir rien d’autre à câliner en dehors d’un homme…  Dire que cette personne ne possédait toujours pas son harem qui pouvait galoper sur 3 000 miles d’une manière puissante et impressionnante… C’était vraiment pitoyable…

Chu Yu soupira tristement et silencieusement. Il se tordit pour regarder la forêt sombre au loin et se demanda pourquoi la démone renarde n’était pas encore apparue ? Avait-elle découvert que la soi-disant ‘pilule de la corrosion du cœur’ était seulement un bonbon sucré qu’il avait acheté ? Chu Yu était toujours empêtré dans ses idées alors qu’un faible soupir parvint dans son oreille. En tournant la tête pour regarder, Xie Xi s’était réveillé et ses yeux brillants étaient verrouillés sur son visage. Ce regard était vraiment effrayant. Le plus âgé sentit un frisson remonter le long de sa colonne vertébrale. La chose dans la région du bas-ventre ne s’était pas encore affaissée, il se déplaça alors maladroitement vers l’arrière, ajustant son expression faciale et éclata de rire.

— Shidi, de quoi as-tu rêvé ? 

— J’ai rêvé de Da Shixiong. Répondit Xie Xi en souriant.

Chu Yu ne répondit pas.

Je ne peux plus le supporter ! Pourquoi son petit frère s’est réveillé alors qu’il rêvait ?! Ah !

Xie Xi observa l’expression de Chu Yu, le lâcha doucement et cligna des yeux. Ces derniers furent soudainement couverts d’un voile larmoyant et il murmura, si doucement qu’on pouvait à peine l’entendre : 

— Da Shixiong, je me sens si mal…

Chu Yu jeta immédiatement au fond de son esprit tout ce qui lui était arrivé. Horrifié, il s’exclama avec un ton inquiet : 

—  Quoi ?!

Le plus âgé serra Xie Xi dans ses bras une nouvelle fois et retint sa respiration alors qu’il envoyait un filet de son Qi dans les veines spirituelles du protagoniste. Chu Yu examina minutieusement son corps et le protagoniste ne protesta pas. Il se reposa contre le torse de Chu Yu, un sourire léger se dessinant sur son visage.

L’aîné examina le plus jeune pendant un long moment mais ne trouva rien d’anormal. Il hésita avant de retirer son Qi. En baissant les yeux sur l’adolescent allongé docilement dans ses bras, il demanda : 

—  Shidi, où as-tu mal ?

Xie Xi saisit la main de Chu Yu et, après une pause, la déplaça vers un endroit qui ne pouvait pas être décrite, expliquant d’un ton pitoyable comme  s’il venait de souffrir d’une injustice : 

—  Da Shixiong, je me sens inconfortable ici.

Chu Yu ne répondit pas.

WTF !!! Qu’es-tu en train de faire, héros ? Comment peux-tu insulter ta deuxième arme divine ?!

Les coins de sa bouche se relevèrent légèrement. Chu Yu ferma les yeux et tenta de se contenir alors qu’il était proche de la rupture. Lorsqu’il regagna sa composition, il baissa les yeux et ces derniers furent capturés par le regard pur de Xie Xi. Il pensa soudainement à une possibilité. Peut-être… Probablement. Le protagoniste n’était pas… Mais… voulait-il qu’il l’aide à se branler pour lui apprendre comment se soulager ? Il y avait de quoi s’inquiéter. Cela pourrait-il jeter une ombre sur leur relation ?

Après un moment, Chu Yu sourit et finit par dire, doucement : 

—  Il fait chaud, n’est-ce pas ? Et bien, il suffit d’aller se tremper dans la rivière. Tu as chaud parce que tu as dormi avec Shixiong donc cette nuit nous dormirons séparément.

Les sourcils de Xie Xi se levèrent. Il ne répondit pas et se leva tranquillement, ses yeux fixant Chu Yu alors qu’il pensait à le déshabiller ou a arracher lentement les vêtements de son aîné. L’autre, face à ce regard étrange, sentit inexplicablement ses sens se mettre en alerte. La robe du protagoniste était détachée et le jeune corps élancé se révélait au clair de lune. Chu Yu lui jeta un coup d’œil et toussota en détournant les yeux. Contrairement à ses attentes, le petit morveux avait bien grandi. Il entendit un bruit d’éclaboussure. 

Ainsi, le plus âgé en profita pour se faufiler furtivement dans la forêt pour aller trouver la démone renarde. Elle avait accepté de prétendre d’être poursuivie par un loup démoniaque afin que le protagoniste puisse jouer la scène classique du ‘héros sauvant la beauté’ afin de l’instruire… Avait-elle déserté la bataille ? Chu Yu tenta de s’enfoncer dans les bois mais, à peine avait-il fait un demi-pas qu’il y eut soudainement une bourrasque de vent. L’instant suivant, le cultivateur fut écrasé contre le tronc d’arbre, pris au dépourvu. L’arrière de sa tête heurta le bois avec force, faisant naître des larmes dans ses yeux. Il était sur le point de dégainer son arme lorsqu’une voix claire et familière retentit dans ses oreilles : 

—  Où allait Da Shixiong ?

Chu Yu resta silencieux pendant un instant. Il eut des sueurs froides alors qu’il levait la tête et sourit à contrecoeur.

—  … Shidi. Murmura-t-il

Quand l’enfant s’était-il approché sans qu’il le remarque ?

Qu’est-ce qu’il y avait avec cet arbre kabedon ? [2]

Xie Xi n’avait pas un seul habit sur lui. Ses cheveux noirs mouillés étaient collés sur son cou et ses épaules tandis que l’eau s’écoulait sur son torse, lui donnant une espèce de beauté indécente. Les yeux de Xie Xi s’assombrirent et une flamme froide semblait brûler en eux alors que, les lèvres closes, il se rapprocha de Chu Yu en lui demandant : 

— Da Shixiong essaie de retrouver la démone renarde ?

Chu Yu était étonné.

—  Tu…

Avait-il était suivi par Xie Xi auparavant ? Ah… À cause de ses expériences durant son enfance, le protagoniste était plus sensible qu’une personne moyenne. La performance de Chu Yu était trop suspecte. Pour le plus jeune, ne pas le suivre pour voir ce qui se passait serait étrange.

Le plus âgé était pétrifié. Dans la faible lumière,  le visage de Xie Xi était extrêmement sombre. Il supposa qu’il était en colère à cause du comportement de Chu Yu.

—  Je suis désolé… S’excusa Chu Yu en touchant soigneusement Xun Sheng. 

La situation était mauvaise mais il ne devait pas s’enfuir sans essayer de s’expliquer.

—  En réalité, je le faisais pour ton bien.

Pour être qualifié maître de harem, les capacités de ses femmes devaient être activées… Ce *** de roman n’était pas comme les autres romans de harem où il était écrit que les filles se jetaient sur le protagoniste dès qu’elles le voyaient. Cependant, il ne dit pas cela à voix haute. Ce n’était pas grave. Quant au cœur de Xie Xi, il était froid. Il avait patiemment enduré ça. Ses mains sur les épaules de Chu Yu se resserrent soudainement. L’expression sur son visage changea de façon imprévisible alors qu’il serrait les dents en disant : 

—  Je ne comprends pas.

Il prit une profonde inspiration avant de dire en colère : 

—  Je ne comprends pas ! Puisque Da Shixiong est conscient de mon regard, pourquoi me pousser vers d’autres femmes ? Si Da Shixiong n’aime pas Shidi alors dites à Shidi de s’en aller !

……

—  … Hein ?

Quel regard ?


Notes :

[1] :  Expression pour désigner un rêve de type sensuel/sexuel

[2] : Il s’agit d’une expression désignant une personne posant sa main contre le mur devant lequel se trouve une autre personne. Dans ce cas, c’est un arbre au lieu d’un mur. 

Ch. 17 | Index

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée, ou sur le salon « erratum » de notre serveur Discord .

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
Coco
Coco
11 mars 2021 12:18

Merci pour ce nouveau chapitre ^^ ! ça va devenir tendu ! et on adore xD

AruBiiZe
AruBiiZe
16 mars 2021 17:55

Ohlalala ! Ça devient chaud par ici ! XD

Des quiproquos à l’horizon ! x)

Merci beaucoup pour ce chapitre boulant ! XD
Bon courage pour la suite ! 😉