How to Survive as a Villain – Chapitre 1

Index | Ch.2

Traduit par Prompillon, corrigé par Shizuku

Chapitre 1 : Ce PDG est vraiment normal.

Xiao YuAn était le PDG d’une grande compagnie. 

Probablement parce que son père et son grand-père étaient tous les deux des PDG tyranniques, sa famille avait toujours voulu qu’il en devienne un lui aussi.  

Un PDG tyrannique doit être agréable à regarder et riche, méchant et arrogant, qui gâte les personnes qu’il aime, et le plus important : il doit être capable d’apprendre par coeur les 300 citations des anciens PDG. 

Malheureusement, Xiao YuAn n’était bon que sur le premier point. 

Mais ce n’était pas grave du tout, la famille Xiao croyait dur comme fer qu’ils pouvaient faire de Xiao YuAn un homme aimé par toutes les femmes et qui rendrait tous les hommes jaloux. Une personne qui répand de fortes phéromones partout ! 

Un ! PDG ! Tyrannique ! 

La famille Xiao avait deux principales devises : 

Il n’y a rien que l’argent ne peut résoudre, et s’il y en a, alors doublez la mise !

Si vous avez de l’argent, vous pouvez faire tout ce que vous voulez !!!

À la lumière de ces deux devises familiales, qui inspirent l’admiration, qui sont passionnées et choquantes à la fois, n’importe qui pouvait comprendre pourquoi la famille Xiao voulait faire de Xiao YuAn un PDG tyrannique. 

Cependant, Xiao YuAn lui-même, n’était pas sûr de comprendre leurs raisons. Il avait l’impression qu’un homme, loyal et chaleureux, était tout aussi bien. 

Sa famille croyait vraiment que la seule raison pour laquelle il était ainsi, était qu’il n’avait juste pas rencontré son véritable grand amour.  

Son vrai amour devait être quelqu’un qui n’était ni riche ni trop beau, et ce serait mieux si elle venait d’une petite ville, et de préférence une employée lambda de la compagnie familiale. Elle ne peut pas être trop jolie donc, mais elle doit être “aimable”. 

Elle doit avoir un halo de déesse, quelqu’un de bienveillant et raisonnable, même face à ses rivales en amour. Elle ne doit pas être trop intelligente, et elle ne peut rien refuser à son partenaire. Et même face à ses rivales, elle ! Ne ! Doit ! Pas ! Chercher ! à ! Se ! Venger ! Ça serait encore mieux si, de temps en temps, elle ramenait un chien ou un chat errant à la maison. Juste parfait !

Ce jour-là, alors qu’il partait de son travail, Xiao YuAn a bousculé une personne comme ça. 

Littéralement. Bousculé. Une. Personne. Comme. Ça !

En fait, c’était sa faute à elle, elle courait dans les couloirs de la compagnie, et lui est rentré dedans. 

La jeune femme était tombée au sol, les yeux pleins de larmes. Le vase qu’elle avait dans les mains avait chuté également, brisé en mille morceaux. 

Xiao YuAn l’avait aidé à se relever : “Je suis désolé, combien coûte ce vase ? Je vais le rembourser.”

En entendant ça, la jeune femme avait fait un signe de main énervé et lui avait crié dessus : “Qui veut de votre argent ! Est-ce que tous les riches croient que l’argent peut tout acheter ? Vous devriez plutôt vous excuser !”

???

Mais je me suis excusé, pensa Xiao YuAn, et c’est toi qui m’est rentré dedans. 

“Je suis désolé.” Avait répété Xiao YuAn, pensant que la jeune femme ne l’avait pas entendu. Et pour exprimer ses excuses les plus sincères, il avait tiré son porte-monnaie de sa poche : “Combien je vous dois ?”

“Mais qui veut de votre argent !” La jeune femme avait donné un coup et fait volé son porte-monnaie, qui était tombé par terre.  

???

Wow, elle n’était pas comme ces femmes, à flirter et prétendre être humble au premier abord, elle était sans prétention.

En tant que PDG tyrannique, c’est ce que Xiao YuAn aurait dû penser. 

Mais il pensa juste qu’il y avait quelque chose qui clochait chez cette femme. Il ramassa son porte-monnaie, et tout en se disant que sa bêtise était probablement contagieuse, il fila aussi vite qu’il pu. 

Après avoir appris cette nouvelle, la famille Xiao pensa que ce n’était pas le genre de femme qui convenait à Xiao YuAn, alors ils ont organisé une fête pour lui. 

À cette fête, il rencontra une jeune dame. [1]

Le nom de cette jeune dame était : Lin MeiDieBingjingZiPoLiYeHuang·Ling

Xiao YuAn ne voulait pas la rencontrer. Il lui semblait qu’une chinoise normale n’aurait jamais un nom aussi imprononçable. 

Mais parce qu’il avait la pression de sa famille, il n’avait pas le choix et dû aller lui parler. 

La première pensée de Xiao YuAn, lorsqu’il avait vu la jeune dame Lin MeiDieBingjingZiPoLiYeHuang Ling, fut : Oh putain ! [2] Il y a donc des gens qui ont assez de cran pour se teindre les cheveux comme des arcs-en-ciel ?

À cette époque, alors que la génération des années 90 commençait déjà à perdre ses cheveux et à devenir chauve à un jeune âge, la dégaine de cette jeune dame était vraiment douloureuse ! 

Trop choquante ! Trop horrible ! 

Cette dame Lin·MeiDieBingjingZiPoLiYeHuang·Ling était irréprochable et grande, elle avait eu un doctorat à l’âge de 14 ans, était une pianiste doué et excellait aux échecs et en calligraphie. Elle avait dessiné un Lycoris rouge sur son front [3][4], et quand elle a rit…

Oh, heureusement que les pétales ne tombaient pas de son visage lorsqu’elle souriait [5], sinon, tous les penseurs matérialistes seraient tous en train de pleurer aux toilettes. 

Face à une telle jeune femme, vive, belle et intelligente, Xiao YuAn lui avait juste adressé deux mots : 

“Au revoir”. 

Les membres de la famille Xiao était découragés, souffrant comme s’ils avaient tous une angine de poitrine, une douleur sourde près du coeur.  [6]

Même ce genre de femme ne te plaît pas. Quel type de femme aimes-tu, Xiao YuAn ? 

Soudain ! 

La famille Xiao réalisa quelque chose !

Merde, Xiao YuAn, il…

Il ! était ! Peut-être ! Gay ! 

Xiao YuAn aurait voulu dire qu’il aurait aimé quelqu’un de normal au possible, mais comme toute la famille Xiao était parvenue à cette conclusion, il avait vite laissé tomber l’idée de les contredire. 

Parce qu’il n’avait jamais aimé ni une femme ni un homme. 

Il était peut-être bien gay. 

Comme par hasard, il rencontra un Shou [7].  

___________________

[1] 大小姐 dà xiǎo jie; Une femme d’une famille fortunée, qui en général a une image courtoise et élégante. Parfois, on l’utilise de manière sarcastique pour décrire une femme avec un complexe de princesse. 

[2] 卧槽 wò cáo; C’est une expression d’argot chinoise, qui se prononce pareil que 我操 wǒ cāo (fuck you/fucking). C’est utilisé de cette manière car à cause de la censure en ligne et sur internet de certains mots, l’expression ressemblerait juste à ****, les gens ont donc trouvé des moyens détournés, et commencé à utilisé des a-peu-près “auditifs” pour jurer en ligne. Cela peut signifier “putain”, “mais putain” “merde”. Dans ce contexte, le sens est plus pour exprimer un sentiment de surprise / frustration. 

[3] Lycoris Radiata (Lycoris Rouge) soit Higanbana ou Manjushage. 

En langage des fleurs : Ne jamais se rencontrer à nouveau / Mémoire perdue / Abandon

Notre dame a donc sur le front une fleur qui veut dire “au revoir / à jamais”. 

https://cdn2.bigcommerce.com/server2700/461a8/products/306/images/770/2881018825_82b91762b0_1___33649.1306243830.1280.1280.jpg?c=2

[4] Dans la chine ancienne, il n’était pas rare de voir les femmes se maquiller, en particulier en ajoutant un motif au milieu du front (Xiehong), et donc ici une fleur. C’est lié à la légende de la princesse Shouyang, qui un jour a fait une sieste au pied d’un arbre. Un pétal de fleur était tombé sur son front, et comme elle a trouvé ça joli, elle s’est baladée avec pendant plusieurs jours. Toutes les femmes de la cour l’avaient rapidement imitée. 

Il semblerait que notre mademoiselle Ling ait voulu orner son front d’une fleur, en particulier un Lycoris. 

Image/illustration : https://i.pinimg.com/originals/4b/f9/92/4bf9927ee0851d633836f3ed7ca74ade.jpg

Lien vers un site explicatif : https://chine.in/guide/legendes-autour-maquillage_3372.html

[5] 这位林·魅蝶冰晶紫魄离夜凰·灵小姐,她冰清玉洁,她高高在上,她十四岁拿到了博士学位,她精通琴棋书画,她额头有彼岸花的的印记,她笑起来……Lorsqu’elle riait, la fleur ne fanait pas : c’est une image associée souvent à la beauté en chinois: plus une personne est belle, plus elle a de chance de faire faner/pâlir les fleurs autour d’elle.

[6] 心绞痛 xīn jiǎo tòng : Type de douleur thoracique causée par une diminution de l’apport sanguin au cœur.

[7] Shou = Uke / Bottom / Dominé. Pour ce récit, on va garder le mot chinois.

Index | Ch.2

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
Agent Ily
Agent Ily
12 septembre 2020 12:08

J’avais déjà commencé à lire le novel an anglais après avoir lu le manhua, mais bon, lire en anglais n’est pas un jeu d’enfant x’D

Et quand j’ai vu que vous le traduisiez, j’ai eu envie de pleurer de joie.

Ce roman est assez hilarant (enfin, de ce que j’ai pu comprendre de l’anglais), mais je sens que je vais me taper des crises de fou rire XDDDDD

Mille merci pour le traduire x3 !

AruBiiZe
AruBiiZe
17 octobre 2020 20:12

Le ! Pauvre ! XD
Pas de chance, franchement. Sa famille est plutôt comique du point de vue extérieur. lol

Par contre, j’avais envi de baffer l’autre qui l’a agressé verbalement et physiquement aussi, tiens !
Sérieux ! Elle court dans les couloirs avec un vase fragile. C’était sûr qu’il y allait arriver ‘un truc’ (pour être polie)… Tssss

J’ai hâte de découvrir le suite ! xD
Merci beaucoup pour cette nouvelle histoire dont j’avais vraiment hâte de lire en roman ! <3
Merci, merci, merci ! <3
A tout de suite dans les prochains chapitres ! 😀