How to Survive As a Villain – Chapitre 18

Ch. 17 | Index | Ch. 19

Traduit par Prompillon, corrigé par Shizuku

Chapitre 18 : Il y a toujours un protagoniste masculin malheureux.


Comment ça la chambre à coucher a une fuite, et il n’y a nulle part à l’intérieur un endroit au sec ? D’où peut bien venir cette fuite et pourquoi n’a-t-elle pas été rebouchée ? Où est passée la vieille couverture dont personne ne veut depuis tant d’années ? 

Xiao YuAn avait le sentiment d’avoir tout vu aujourd’hui. 

L’endroit où vivait Yan HeQing, qui n’avait de maison que le nom, était clairement un abri à bois. Il n’y avait ni table ni chaise, sans parler du lit et d’un regard, à côté d’un mur fissuré, il y avait un misérable tas de bois à brûler dans un coin du fond.  Xiao YuAn avait peur qu’en levant la tête, il voie du fiel dégouliner depuis les poutres du plafond. 

C’était si pathétique…

Il avait donné son manteau à Yan HeQing. La chambre avait des trous par où s’engouffrait le vent et l’air glacial, faisant trembler de froid tout le monde. 

Yang LiuAn était préoccupé : “Votre Majesté, il fait trop froid, vous…”

Xiao YuAn l’interrompit : “Il fait un peu froid, c’est vrai. LiuAn, rentre au palais et apporte-moi un manteau.” LiuAn s’exécuta, quittant la pièce prestement. 

Xiao YuAn tourna la tête pour regarder Yan HeQing, qui était debout à côté du pilon, du sang perlant encore de sa blessure au front. Xiao YuAn ne put s’empêcher de prendre une profonde inspiration d’air glacé. Qui a osé faire ça ! Que pourrais-je faire si jamais vous lui abîmiez le visage ! 

C’est le visage de celui qui va conquérir le monde !

“Hong Xiu, va chercher de l’eau chaude et quelques médicaments pour soigner sa blessure.” Ordonna-t-il. La servante acquiesça et sortit de la pièce. 

Soudain, le silence emplit l’espace, laissant Xiao YuAn et Yan HeQing seuls à seuls. 

Xiao YuAn fit le tour de la pièce deux fois des yeux et ne trouva pas d’endroit où s’assoir. Il prit donc place sur le tas de bois, et voyant que Yan HeQing était encore debout, l’invita à s’assoir aussi en tapotant la place à côté de lui: “Viens, assieds-toi.”

Yan HeQing ne bougea pas un cil. 

“Ne m’as-tu pas déjà mordu la dernière fois dans la prison ? Approche-toi et mords-moi encore.” Xiao YuAn se leva et tendit sa main vers la bouche de Yan Heqing. 

Ce dernier pinça les lèvres, son expression inchangée. 

“Relax, je n’ai pas ce genre d’intention envers toi. Si j’en avais eu, j’aurais déjà fait ce qu’il faut.” Xiao YuAn retira sa main et se rassit sur le bois. 

Après ça, les yeux de Yan HeQing finirent par bouger, il leva légèrement la tête et fixa Xiao YuAn. 

Il l’encouragea d’un léger sourire, le regard calme.

Après quelques instants, il ouvrit enfin la bouche, et d’une voix rauque, demanda : “Alors pourquoi avez-vous fait ça…?” Xiao YuAn répondit très sérieusement : “Parce que je suis ton plan de secours pour renflouer ton compte.” 

Yan HeQing : “…”

Xiao YuAn, toussa pour se donner une contenance :  “En vrai, c’est par amour, je n’aime pas être triste, donc tout ne devrait être que joie.” 

Il venait de penser tout haut !

L’expression sur le visage de Yan HeQing était quelque peu défaite. Xiao YuAn retint un rire et fit un petit geste de la main. 

“Je blague, je blague, ne te mets pas en colère. Pour la faire courte, je peux t’assurer que je n’ai aucune intention maligne à ton égard. Quant à mes raisons, je pourrais t’en parler plus tard si j’en ai l’occasion, mais pour l’instant, tu peux juste choisir de me croire ou pas.” 

Le regard de Yan HeQing était dur. “Mais lorsque j’étais en prison…” 

Est-ce que tu peux arrêter d’être si revanchard, protagoniste ? Est-ce que j’ai une épée pointée sur toi, là, tout de suite ?

D’ailleurs, je l’ai rengainée cette fois-là, et depuis je ne t’ai rien fait du tout ! Comment peux-tu encore ramener cette histoire sur le tapis ? 

“C’est parce que j’ai peur de toi.” Xiao YuAn choisit de lui dire la vérité. 

Les yeux de Yan HeQing s’éclaicirent d’un coup, avec une étrange lueur. “Peur de moi ?”

Xiao YuAn ne donna pas plus d’explication, car Hong Xiu entra dans la pièce avec une bassine d’eau chaude dans les mains. Elle tendit un onguent à Xiao YuAn : “Votre Majesté, l’eau est prête.”

Xiao YuAn prit le médicament. “Tu as bien travaillé. Au fait, donne-moi l’épingle à cheveux.”

Hong Xiu reprit avec précaution l’objet qu’elle avait caché dans sa manche et le lui tendit. Dès que Xiao YuAn se retourna, il vit avec quelle intensité Yan HeQing fixait le bijou dans ses mains. 

L’empereur s’avança vers lui et la lui tendit. “Tiens, prends-la.”

Yan HeQing fixa Xiao YuAn pendant un long moment, puis leva sa main pour reprendre son bien. 

Contre toute attente, Xiao YuAn referma la sienne et garda l’objet. Il sourit alors. “Attends, j’ai une condition.”

Yan HeQing referma ses doigts sur du vide, mais n’avait l’air ni inquiet ni contrarié, il regarda Xiao YuAn en silence. L’Empereur dit : “Si tu laves ton visage et que tu utilises la pommade, je te rendrais ton épingle.”

Bien obligé d’admettre que se couvrir le visage avec du charbon était devenu inutile, Yan HeQing s’approcha de la bassine, et se nettoya le visage. Xiao YuAn le regarda faire. 

L’eau de la bassine devient progressivement sale, à mesure que Yan HeQing se lavait le visage et les mains. Puis il leva la tête. 

Il y avait mille montagnes et rivières à l’intérieur de ces yeux, et l’eau scintillait entre ses lèvres, regardez ce clair de lune et ces milliers d’étoiles. Il n’est question que du charme de ce visage. Regardez encore un peu cette montagne, et à celles derrière celle-ci aussi. Une fois encore, tout tourne autour de ce nez si droit.

Xiao YuAn soupira, ému : Ah ! Ces Yeux ! Ah ! Ces sourcils ! Ah ! Ces lèvres ! Ah ! Cette beauté !

Non ! Je dois jeter un oeil encore… 

Ah ! Ces yeux ! Ah ! Ces sourcils ! Ah ! Ces lèvres ! Ah ! Cette beauté !

Yan HeQing s’essuya le visage, et reposa ses yeux sur l’épingle en jade dans les mains de Xiao YuAn. 

Où regardes-tu ? Je ne t’ai rien refusé. Ne me regarde pas avec tes yeux ardents. Je sais que tu vas les utiliser pour attirer tes femmes. 

Xiao YuAn rendit l’épingle à Yan HeQing avec un sourire. “Prends-la, après tout, c’est un souvenir de ta mère.”

Yan HeQing se figea et dévisagea Xiao YuAn, son expression aussi neutre que possible. 

Cette épingle, il n’en avait jamais parlé à qui que ce soit au Royaume du Nord ! 

Ignorant la surprise de Yan HeQing, Xiao YuAn se tourna vers Hong Xiu et lui demanda : “Hong Xiu, peux-tu m’attendre dehors, et ne laisse entrer personne pour l’instant.”

Ch. 17 | Index | Ch. 19

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée, ou sur le salon « erratum » de notre serveur Discord .

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
AruBiiZe
AruBiiZe
6 février 2021 20:49

Ah~~~ Moi aussi je veux voir son visage !
Vite ! Le manhua ! XD

Merci beaucoup pour ce chapitre !
A tout de suite dans le prochain ! (Oui, j’ai beaucoup de retard ! Honte à moi !)