How to Survive As a Villain – Chapitre 27

Ch. 26 | Index | Ch.28

Traduit par Prompillon, corrigé par Shizuku

Chapitre 27 : Comprendre la civilisation moderne.


Xiao YuAn avait du mal à se défaire de l’étreinte de Yan HeQing, jusqu’à ce que finalement il puisse lever l’une de ses mains, tremblante, entre eux deux. Il haleta et ferma son poing à l’exception de son index : “J-je veux quand même dire que je ne t’ai pas touché la nuit dernière.”

La main de Yan HeQing reprit sa liberté, pour aller saisir férocement Xiao YuAn, sans faiblir. “Je le sais bien, je n’avais peut-être pas les idées claires, mais j’ai des souvenirs.”

Xiao YuAn se sentit soulagé et commença à se débattre : “ *tousse* Si tu *tousse* as quelque chose à dire, parlons-en calmement. Yan HeQing ! Tu m’étrangles là, as-tu pensé à comment t’en sortir après ça ?”

Une lueur froide brilla dans les yeux de Yan HeQing, ses cheveux noirs couvraient son visage. Avec un sourire triste, il demanda : “M’enfuir ? Et où ? Vers mon pays en ruine ? Ma famille décimée ? Déporté par la force des choses, j’ai été déraciné de chez moi, maintenant nous allons mourir, jade et pierre brûlés ensemble [1]. Et ça même si mon corps est écartelé par cinq chevaux [2]. Je ne regretterai rien.”

Xiao YuAn comprit surtout que Yan HeQing n’avait pas du tout écouté ce qu’il lui avait dit auparavant au Palais Jing Yang !

J’ai dit que je ne te voulais aucun mal ! Et là tu veux mourir avec moi, lâche-moi tu veux ! Yan HeQing, tu es impitoyable, tu es cruel et tu crées des problèmes pour rien !

Xiao YuAn était déjà en train de suffoquer, au point que sa vue commençait à se troubler. Il essayait désespérément de retirer la main de Yan HeQing de son cou. Entre deux râles, il réussit à articuler : “Yan HeQing, je ne te ferai pas de mal !”

Yan HeQing ricanna : “Toi et moi sommes ennemis, pourquoi tu…”

Xiao YuAn rugit et l’interrompit : “Parce que je ne suis pas l’Empereur du Royaume du Nord !!!”

La force sauvage emprisonnant sa gorge perdit en puissance. Xiao YuAn, aidé par son désir de vivre et son expérience en self-défense, en profita pour repousser Yan HeQing loin de lui, repoussant sa main au passage, et poussa avec les genoux au niveau de sa taille pour essayer de le maintenir. 

Xiao YuAn maîtrisa inconsciemment Yan HeQing mais le corps de l’empereur était trop faible, si bien qu’il ne réussit pas à retenir la main de Yan HeQing, qui se libéra.  

Yan HeQing n’avait pas l’intention de le relâcher si facilement, dans un mouvement souple, il tordit le bras de Xiao YuAn dans son dos. Se voyant ainsi emmêlé ensemble, Xiao YuAn s’empressa de crier : “ Stop stop stop !”

Ensuite, tous les deux relâchèrent la pression, chacun à un coin du lit. Xiao YuAn passa sa main sur sa gorge, haletant, il avait pas loin de 10.000 jurons type MMP [3]  en tête. Il se ressaisit et répéta : “Je ne suis vraiment pas l’Empereur du Royaume du Nord…”

Les yeux de Yan HeQing étaient sombres et lugubres, il était très difficile de croire pareille sornette. 

Parce qu’il avait manqué de mourir étranglé, la voix de Xiao YuAn était un peu enrouée et ses mots hachés : “Je sais que cette épingle à cheveux de jade est un souvenir de ta mère, je peux 

le certifier…” 

Yan HeQing demanda avec une voix profonde : “Qui es-tu alors ?” Xiao YuAn réfléchit un moment : “Je suis un ami de ton papa.”

Ton papa est en réalité l’auteur. Son ami étant un lecteur. C’était tout ce que Xiao YuAn avait trouvé à répondre.

Yan HeQing fronça les sourcils : “Papa ?”

Xiao YuAn : “Oui !”

J’ai failli mourir étranglé, pourquoi ne prendrais-je pas l’avantage de la situation ? 

Yan HeQing demanda : “… C’est quoi papa ?”

Xiao YuAn soupira : “Le mystérieux pouvoir de la civilisation moderne.”

Yan HeQing : “…”

Xiao YuAn se frotta la nuque : “Je sais ce que tu vas me demander, –Comment as-tu fais pour prendre la place de l’Empereur du Royaume du Nord.- Tu peux penser que je suis fou, ou bien stupide, que je joue avec le feu, mais je ne dis que la vérité. Je suis mort dans ma vie précédente, et je suis devenu l’Empereur dès que j’ai rouvert les yeux. Je n’y peux rien, mais je ne suis vraiment pas lui.”

Yan HeQing regardait fixement le visage de Xiao YuAn comme s’il voulait le transpercer des yeux. 

Ils se regardèrent ainsi pendant un long moment, les yeux de Yan HeQing avaient par moment des éclats de lueur froide difficiles à percevoir, comme de la glace, une lame aiguisée, sous la lumière froide, on pouvait sentir une terrible envie de meutre. 

Xiao YuAn avait à présent l’impression que c’était son cœur qu’on étranglait. Tous les os de son corps tremblaient de peur, des frissons couraient le long de son dos, se répandant dans tous ses membres. 

Yan HeQing ne croyait pas un mot de ce qu’il venait de lui avouer !

Et dans ce cas-là, comment une excuse aussi minable peut avoir un peu de crédit ? Il va falloir réfléchir à une autre stratégie.

Tous les deux en même temps se remirent à bouger. 

Xiao YuAn sauta hors du lit mais fut immédiatement saisi. Tiré en arrière brutalement, il fut ramené sur le lit, son épaule maintenue fermement. 

Le bois du lit fit un bruit assourdissant. Xiao YuAn prit une profonde inspiration alors que ses yeux étaient rempli de douleur. 

Yan HeQing s’en prit à nouveau sans pitié à la gorge de Xiao YuAn. Les yeux de ce dernier clignèrent très vite, et d’une main, il retint celle de Yan HeQing et la tordit avec toute sa maigre force. Yan HeQing se figea sous la douleur, sa main perdit son élan mais son genoux frappa Xiao YuAn à l’abdomen. 

Cette partie basse du ventre n’est protégée par aucun os et était même la partie la plus vulnérable du corps humain, et Yan HeQing y avait mis toute sa force. 

Le cou de Xiao YuAn était tendre et fragile, et un filet de sang s’échappa du coin de sa bouche, tremblant de douleur, il réalisa soudain une chose. 

Yan HeQing veut réellement me tuer ! 

Si je le laisse faire, je vais mourir ici !


[1] 玉石俱焚 yù shí jù fén : C’est un idiome chinois : il signifie “la destruction du bon et du mauvais tout pareil”. Tiré de《尚书·胤征》(shàng shū·yìn zhēng); “Livre des classiques – Yin Zheng”. L’un des Cinq Classiques de Confucius.

[2] 五马分尸 wǔ mǎ fēn shī : Une forme de mise à mort dans la Chine ancienne, où 5 chevaux tirent chacun un membre en plus de la tête chacun de leur côté pour écarteler le condamné.

[3] MMP : C’est un juron, un gros mot dans le dialecte du Sichuan, équivalent à “Ta mère est une p_te”ou “Fils de p_te”.

Ch. 26 | Index | Ch.28

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée, ou sur le salon « erratum » de notre serveur Discord .

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
AruBiiZe
AruBiiZe
6 février 2021 21:39

Ah ouais, c’est violent ! O.O Il veut vraiment te tuer !

Il faudrait qu’il prouve ce qu’il dit… Pas facile !

Merci beaucoup pour ce chapitre !
A tout de suite ! 😉