How to Survive As a Villain – Chapitre 31

Ch. 30 | Index | Ch. 32

Traduit par Prompillon, corrigé par Shizuku

Chapitre 31 : Même si tu essayes, tu ne pourras pas piéger le Protagoniste.


Sur le chemin du retour du Palais Jing Yang, Xiao YuAn ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter. Il craignait qu’un PNJ malintentionné n’entreprenne quelque chose, et plus que jamais, il voulait garder Yan HeQing près de lui. 

Du coup, il avait demandé au garde Yang, un garde efficace et excellent, de surveiller le Palais Jing Yang tous les jours, de peur qu’un accident n’arrive. 

Et effectivement, moins d’une semaine plus tard, il se passa quelque chose. 

Xiao YuAn était en plein repas à ce moment-là, mais en écoutant le rapport de Yang LiuAn, il s’était précipité au Palais sans finir son bol. 

Ce n’était pourtant pas l’affaire du siècle, mais ce n’était pas non plus sans importance. 

Un amant avait affirmé avoir vu Yan HeQing s’entraîner à l’épée dans la cour, et avait couru le rapporter à la cheffe du Palais Jing Yang, Hong Xiu. 

Le Palais avait un règlement strict, et s’entraîner à l’épée et aux arts martiaux avait toujours été un sujet tabou. Principalement parce que l’Empereur avait un faible pour les beaux hommes tendres qui savaient où étaient leur place, c’est à dire le servir au lit. 

S’entraîner à l’épée, encore plus quand on était le Prince du Royaume de Yan du Sud, c’était comme crier à tous qu’il projetait d’assassiner Xiao YuAn dans un futur plus ou moins proche.  

Lorsqu’il arriva, Yan HeQing et l’autre amant étaient dans la cour, à genoux devant la maîtresse du Palais Jing Yang. Hong Xiu était en conflit avec ses émotions, et les regardait tour à tour, hésitante. 

Plusieurs esclaves s’échangeaient des regards, tous étaient venus pour voir le spectacle qui allait se jouer. 

Si on se fiait au tempérament que Hong Xiu avait déjà montré auparavant, et si l’affaire présente était avérée, alors ce qui attendait Yan HeQing n’était pas juste une punition physique, c’était carrément une main cassé ou un pied handicapé à vie. 

Pourtant, il y a de cela à peine quelques jours, Xiao YuAn avait répété pour la énième fois à sa femme de chambre son plan, et qu’en gagnant le coeur de Yan HeQing, il aurait plus de résultats qu’en l’agressant. 

En vérité, Hong Xiu ne voulait pas être trop dure avec Yan HeQing, même si elle s’était presque déjà décidée pour une punition à coups de fouet. 

Mais les choses s’étaient compliquées à cause de l’autre amant, qui était réputé pour avoir la langue bien pendue, et adorait jouer les commères. 

Avant même que Hong Xiu n’apprenne la situation, la nouvelle de Yan HeQing qui s’entrainait à l’épée avait déjà fait le tour de tout le Palais Jing Yang. 

Si elle se contentait de quelques coups de fouet, son autorité serait remise en question : cela lui donnerait l’air de protéger Yan HeQing pour lui donner l’opportunité, dans le futur, de tuer l’Empereur. 

Les yeux de Hong Xiu faisaient des allers-retours entre les deux personnages agenouillés devant elle. Finalement, elle se fixa sur l’amant : “Tu dis que Yan HeQing s’entrainait à l’épée, mais as-tu une preuve ?”

Ce concubin releva la tête, et avec tout son zèle, rétorqua sans une once d’hésitation : “Cet esclave n’arrivait pas à fermer l’œil cette nuit, alors je me suis levé tôt ce matin-là pour profiter de la neige. 

De manière tout à fait inattendue, je l’ai surpris en train de danser avec une épée. Je sais bien que je ne dois pas parler sans preuve, alors le lendemain, j’ai appelé Qin Yu et les autres pour venir avec moi en secret. Et comme prévu, il avait encore une épée à la main !”

Hong Xiu avait une migraine affreuse qui revenait souvent, et dont l’origine était Qin Yu. Et 

justement, il était aussi à genoux là, avec sa voix de saccharose et son sourire de machiavel : 

“Hong Xiu-jiejie [1], je peux témoigner que tout ce qu’il a dit est vrai. Quand on y réfléchit, à quoi cela peut-il bien servir de manier l’épée, si ce n’est pour blesser l’Empereur ?” 

Hong Xiu acquiesça et appela devant elle les autres témoins de la scène, qui comme prévu, avaient tous la même déclaration. 

L’opinion publique est assez robuste pour tordre le métal [2], et diffamer une personne pouvait la faire tuer [3]. Yan HeQing, lui, ne bronchait pas. 

Hong Xiu se tourna vers lui. Quand elle le vit si indifférent à son sort et l’absence de peur dans ses yeux, elle le pressa : “N’as-tu rien à dire ?”

Regardant droit devant lui, sa seule réponse fut un long silence.

Tous les concubins agenouillés les uns à côté des autres échangèrent des regards, et même de légers sourires, juste assez pour relever légèrement le coin des lèvres des uns et des autres. 

“Très bien.” Hong Xiu se décida : “Que quelqu’un l’amène à…”

Avant qu’elle ne puisse terminer sa sentence, un esclave déboula dans la cour, paniqué : “Sa Majesté arrive !!!”

Dès qu’il posa un pied dans la cour, l’ensemble des gens présents posa un genoux à terre devant Xiao YuAn. Ce dernier fixa son regard sur Yan HeQing et poussa un soupir de soulagement. 

Au fait, pourquoi vous êtes tous à genoux !!! Si vous vous agenouillez encore une fois, vous allez tous me faire vieillir de dix ans d’un coup !!!

“Levez-vous, allez, levez-vous tous !” Ordonna Xiao YuAn, en levant sa main. 

Hong Xiu se releva et salua Xiao YuAn : “Votre Majesté, à ce sujet…”

“Yang LiuAn m’a déjà tout dit.” La coupa Xiao YuAn. Il se retourna et s’avança vers Yan HeQing, un sourire amical sur les lèvres. “Étais-tu vraiment en train de t’entraîner à manier une épée ?”

Yan HeQing n’avait pas commencé à répondre, qu’il fut interrompu par l’amant qui l’avait dénoncé : “Votre Majesté ! C’est vrai, si vous ne me croyez pas, vous pouvez demander à …”

Hong Xiu le gifla sans ménagement, lui imposant le silence. 

Xiao YuAn attendit avec patience la réponse de Yan HeQing. Ce dernier regardait l’Empereur dans les yeux, aussi calme qu’un lac de montagne, et hocha la tête lentement. 


[1] 姐姐 jiě jie: suffixe pour une personne féminine plus âgée que soi-même. Plutôt amical et familier.

[2] 众口铄金 zhòng kǒu shuò jīn : Idiome chinois

Signifie que la croyance de la foule/ du plus grand nombre peut altérer la vérité. 

Tiré de  《国语·周语下》(guó yǔ zhōu yǔ xià), “Mandarin: The Complete Dialect” / “Mandarin : Dialecte Complet”.

[3] 积毁销骨 jī huǐ xiāo gǔ : Idiome chinois. La rumeur peut faire tuer quelqu’un / lorsque tout le monde se ligue contre une personne, cette personne peut se sentir lasse et déprimée, voir suicidaire et abandonner sa propre défense, quitte à passer à l’acte. 

Tiré de《史记·张仪列传》(shǐ jì·zhāng yí liè zhuàn), “Historical Records: A Biography of Zhang Yi” / “Récits historiques : la biographie de Zhang Yi”. Ecrit par (司马迁 sī mǎ qiān) Sima Qian [145-86 Av. JC], historien de la dynastie des Han de l’Ouest [206 Av. JC-8 Ap. JC], aussi connu comme le père de l’historiographie chinoise. 

Ch. 30 | Index | Ch. 32


Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée, ou sur le salon « erratum » de notre serveur Discord .

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Tous les commentaires