Mo Dao Zu Shi – Chapitre 22

Chapitre 21 | Index | Chapitre 23

Traduction par Leaf, correction par Keliane.

Bienvenue à Leaf, notre nouvelle traductrice 🙂 Nous passons désormais à un rythme de deux chapitres par semaine!

Chapitre 22 : Contentement – Partie 4


Le bruit venait de toutes parts.

C’était un océan de murmures, bruissements, et gloussements, venant d’en face et de derrière, au-dessus et en-dessous d’eux. Les voix appartenaient à des hommes et des femmes, vieilles et jeunes, bruyantes et calmes. Wei WuXian pouvait même entendre quelques fragments de phrases, mais elles allaient et venaient, ne lui permettant pas de saisir un mot en particulier.

C’était vraiment trop bruyant.

Wei WuXian continua de presser sa tempe d’une main, et utilisa l’autre pour attraper la Boussole des Flux Maléfiques, de la taille de sa paume, dans le sac qiankun. Les aiguilles tournoyèrent fébrilement deux fois, puis commencèrent à tourner de plus en plus vite. Quelques instants plus tard, elles ne s’arrêtaient plus !

La dernière fois déjà, sur la montagne Dafan, cela avait été étrange que la Boussole ne trouve pas la direction. Cette fois-ci, au contraire, les aiguilles s’affolaient d’elles-mêmes, sans s’arrêter une seule seconde. Cette situation était encore plus incroyable que de voir les aiguilles parfaitement immobiles !

Le pressentiment qui assombrissait le cœur de Wei WuXian se fit plus pressant. Il appela:

« Jin Ling ! »

Ils marchaient dans le château de pierre depuis un moment déjà, mais n’avaient vu personne. Wei WuXian avait crié quelques fois, sans jamais recevoir de réponse. Les premières salles en pierre étaient toutes vides, mais, en avançant plus profondément, ils trouvèrent un cercueil noir au centre de l’une des pièces.

C’était assez étrange pour un cercueil de se trouver là. Cependant, le bois utilisé était d’un noir profond, et la forme était sculptée avec adresse. Voyant cela, Wei WuXian sentit une forte affinité à son égard. Il ne put s’empêcher de le tapoter quelques fois. Le bois était solide et le son était clair.

Il le loua, « Quel beau cercueil! »

Lan WangJi et Wei WuXian se tenaient de chaque côté du cercueil. Après avoir échangé un regard, ils tendirent leur bras en même temps et l’ouvrirent.

À l’instant même où il fut ouvert, le bruit autour d’eux se multiplia soudainement, submergeant les oreilles de Wei WuXian telle une marée montante.

C’était comme si, avant cela, ils étaient secrètement observés par d’innombrables paires d’yeux – leurs propriétaires discutant de chaque mot prononcé, de chaque action effectuée, et s’agitant d’un coup en voyant que le cercueil était sur le point d’être ouvert

Wei WuXian pensa à une douzaine de possibilités, déjà prêt à fendre au travers d’une forte odeur de rancidité, d’une étendue de griffes monstrueuses, d’un flot d’eau empoisonnée, d’une fumée toxique se dispersant rapidement, ou d’attaques de spectres rancuniers.

Évidemment, son plus grand désir était de voir Jin Ling. Malgré cela, rien ne se passa. Rien.

Étonnamment, le cercueil était vide.

Wei WuXian était un peu surpris, mais aussi un peu déçu quant au fait que Jin Ling n’était pas coincé là. Lan Wangji se rapprocha légèrement.

Bichen sortit spontanément  de son fourreau de quelques centimètres, sa lumière froide éclairant le fond du cercueil. Ce ne fût qu’à ce moment-là que Wei WuXian remarqua que ce n’était pas que ce dernier était vide, mais que l’objet qui s’y trouvait était beaucoup plus petit que ce à quoi il s’attendait, caché dans ses profondeurs.

À l’intérieur reposait un long sabre1.

Le sabre n’avait pas de fourreau. La garde semblait avoir été coulée dans de l’or, donnant l’impression d’être assez lourde. Son corps était fin, et sa lame brillait.

Reposant sur une couche de tissu rouge au fond du cercueil, ses reflets s’étaient teintés d’un écarlate sanglant, dégageant une sombre aura destructrice.

Un sabre avait été placé à l’intérieur à la place d’un cadavre. Il n’y avait décidément pas un seul recoin qui ne soit pas étrange dans ces châteaux de pierre de la crête Xinglu, chaque pas les menant vers un nouveau mystère.

Ils remirent le couvercle en place et continuèrent de marcher. Ils trouvèrent d’autres cercueils similaires dans d’autres pièces. À en juger par la texture du bois, ils ne dataient pas de la même époque. Et, à l’intérieur de chaque cercueil, se trouvait un sabre long. Même une fois à l’intérieur de la dernière pièce, ils ne trouvèrent aucune trace de Jin Ling. Wei WuXian replaça le couvercle du cercueil, légèrement inquiet.

Voyant ses sourcils froncés, Lan WangJi réfléchit un moment, posa le guqin horizontalement sur le cercueil, et leva sa main. Une mélodie naquit de ses doigts.

Il ne joua qu’un court extrait, puis écarta sa main droite du guqin. Il fixa attentivement du regard les cordes qui n’avaient pas cessé de vibrer.

Soudainement, celles-ci frémirent, et une note résonna par elle-même.

Wei WuXian demanda : « Interrogation 2? »

Interrogation était un morceau célèbre composé par un ancêtre de la secte GusuLan. Différent d’Évocation, il était utilisé quand l’identité de la victime était inconnue et qu’il n’y avait pas de médiums. Le joueur utilisait les notes du guqin pour interroger les esprits, posant des questions à la victime, tandis que les réponses de cette dernière étaient transformées en mélodies par Interrogation et révélées par les cordes.

Si les cordes vibraient d’elles-mêmes, cela signifiait que Lan WangJi avait déjà attiré un des esprits du château ici. Maintenant, ils allaient pouvoir converser en posant des questions et en y répondant en utilisant le langage du guqin.

Le langage du guqin était une aptitude spéciale, unique à la secte GusuLan. Bien que Wei WuXian connaisse une grande variété de choses, il y en avait encore qu’il était incapable d’apprendre, comme la langue du guqin. Il chuchota, « HanGuang-Jun, aide-moi à demander ce qu’est cet endroit, pourquoi existe-t-il, et qui l’a construit. »

Étant un spécialiste de ce langage, sans aucune hésitation, Lan WangJi joua quelques notes limpides avec assurance. Après quelques instants, deux notes résonnèrent d’elles-mêmes sur les cordes. Wei WuXian s’empressa de demander :

« Qu’a-t-il dit ?

— Je ne sais pas.

— Quoi ? »

Lan WangJi répondit tranquillement :

« Il a dit, ‘Je ne sais pas’. 

— … »

Wei WuXian le regarda, se remémorant soudainement une conversation au sujet de Suibian 3 quelques années auparavant. Touchant son nez, il resta coi, et pensa, Lan Zhan est si intelligent. Il a même appris à me laisser sans voix.

La première question restant sans réponse, Lan WangJi joua une autre phrase. Les cordes répondirent encore, avec les deux mêmes notes qu’avant. Wei Wuxian pouvait dire que la réponse était à nouveau “Je ne sais pas”. Il demanda :

« Qu’as-tu demandé, cette fois ? 

— Comment il est mort.

— S’il a été tué subrepticement dans un moment d’inattention, alors ça expliquerait pourquoi il ne sait pas comment il est mort. Pourquoi ne lui demandes-tu pas s’il sait qui l’a tué ? »

Lan WangJi leva sa main pour jouer une nouvelle phrase. Pourtant, la réponse restait ces deux mêmes notes  « Je ne sais pas. »

C’était un esprit qui avait été piégé ici, cependant il ne savait pas où se trouvait ce lieu, comment il était mort, et qui l’avait tué. C’était également la première fois que Wei WuXian rencontrait un tel défunt. Changeant d’avis, il parla de nouveau :

« Alors, demandons quelque chose d’autre. Demande-lui si c’est un homme ou une femme. Il ne peut pas ne pas savoir ça. »

Lan WangJi fit ce qu’on lui avait demandé. Après avoir éloigné ses mains, une autre corde résonna avec force. Lan WangJi traduisit :

« Un homme.

— Nous avons enfin découvert quelque chose, hein ? Demande encore, si un garçon de quinze ou seize ans est entré ici ou pas.

— Oui  répondit-il.

— Alors où est-il maintenant ? » questionna de nouveau Wei WuXian

Les cordes marquèrent une pause pendant un moment, avant de répondre. Wei WuXian demanda prestement :

« Qu’a-t-il dit ? »

Le visage de Lan WangJi était grave.

« Il a dit, ‘Juste là.’ »

Wei WuXian était abasourdi.

« Là » faisait probablement référence au château de pierre. Mais, avant d’arriver ici, ils avaient fouillé l’endroit de fond en comble, et n’avaient pas vu Jin Ling. Wei WuXian parla :

« Il ne peut pas mentir, pas vrai ?

— Je suis là, alors non. »

En effet, il ne le pouvait pas. La personne qui l’interrogeait était HanGuang-Jun. Sous son contrôle, l’esprit qui était venu était incapable de mentir, et avait assurément dit la vérité. Wei WuXian continua à fouiller la pièce, à la recherche du moindre mécanisme ou pièce secrète qu’il aurait manqué. Après avoir réfléchi pendant un moment, HanGuang-Jun joua quelques phrases de plus. Cependant, après avoir reçu la réponse, son expression changea légèrement. Voyant cela, Wei WuXian demanda,

« Qu’a-tu demandé, cette fois ?

— Quel âge avait-il, et d’où venait-il. »

Ces questions avaient toutes deux pour but d’essayer de découvrir l’identité de l’esprit. Wei WuXian savait qu’il avait sans le moindre doute reçu une réponse des moins conventionnelles.

« Ça a donné quoi ?

— Quinze ans, de Lanling. »

L’expression de Wei WuXian changea à son tour.

L’esprit qu’Interrogation avait trouvé était Jin Ling?!

Il écouta attentivement. Au milieu de tous ces bruits qui semblaient assaillir l’endroit, il semblait vraiment y avoir quelques faibles cris venant de Jin Ling. Ils étaient néanmoins flous et indistincts.

Lan WangJi continua de poser des questions. Wei WuXian savait qu’il demandait l’emplacement exact, alors il regardait les cordes du guqin sans ciller, attendant la réponse de Jin Ling.

Cette fois, la réponse mit plus de temps à arriver. Après qu’il ait fini d’écouter, Lan WangJi dit à Wei WuXian :

« Reste où tu es, tourne-toi vers le sud-ouest, et écoute les cordes. Pour chaque note, avance d’un pas. Quand le son s’arrêtera, tu seras juste en face de lui. »

Sans dire un mot, Wei WuXian se tourna vers le sud-ouest. Derrière lui, sept notes s’élevèrent du guqin, alors il fit sept pas en avant. Cependant, rien n’était apparu en face de lui.

Les notes continuaient, mais les pauses entre elles devenaient de plus en plus longues, et il marchait de ce fait de plus en plus lentement. Un autre pas, puis un autre, et un autre…

Après le sixième pas, le guqin se tût enfin. Plus aucune note ne vibra sur les cordes.

Et, devant lui, ne se trouvait qu’un mur.

Il était fait de briques rocailleuses et grisâtres, solidement assemblées ensemble. Wei WuXian fit volte-face.

« …Il est dans le mur ?! »

Bichen se libéra de son fourreau. Quatre éclairs de lumière bleue jaillirent en un instant devant lui, taillant soigneusement une ouverture rectangulaire dans le mur. Ils avancèrent pour désassembler les briques. Après en avoir enlevé quelques-unes, une épaisse strate de boue noire fut exposée.

Les murs du château de pierre semblaient comporter deux couches, l’espace entre chaque strate de roche dure comblé par de la terre. De ces seules mains nues, Wei WuXian déterra un énorme morceau de crasse. Entouré de boue aussi noire que du charbon, se trouvait un visage humain, aux yeux fermement clos.

C’était le disparu, Jin Ling !

Dès que son visage fut visible, l’air s’engouffra dans la bouche et le nez de Jin Ling, qui avait été recouvert de terre. Il se mit immédiatement à tousser et respirer. Quand Wei WuXian vit qu’il était encore en vie, son cœur se calma enfin. Jin Ling était vraiment passé à deux doigts de la mort. Sinon, Interrogation n’aurait pas attrapé l’esprit encore en vie qui était sur le point de quitter son corps. La bonne chose était que peu de temps s’était écoulé depuis qu’il avait été enterré dans le mur. S’ils avaient mis une minute de plus, il aurait suffoqué jusqu’à ce que mort s’en suive.

Ils se dépêchèrent de l’extirper hors du mur. Cependant, qui aurait cru que, comme la terre qui s’accroche à la carotte que l’on déterre, au moment où la partie supérieure du corps de Jin Ling émergea de la boue, l’épée sur son dos s’accrocha à quelque chose d’autre et l’entraîna avec elle.

C’était l’os grisâtre d’un bras humain !

Lan WangJi allongea Jin Ling à plat sur le sol et prit son pouls. Wei WuXian, de son côté, se saisit du fourreau de Bichen, et commença adroitement à donner de petits coups dans la terre, en suivant la longueur de l’os. Après un court instant, un squelette entier apparut devant leurs yeux.

Ce squelette était semblable à Jin Ling quelques minutes plus tôt, enterré debout dans le mur. Avec des os d’une pâleur effrayante entourés d’une boue d’un noir total—le contraste était certain et pourtant esthétique. Wei WuXian creusa un peu plus dans le sol, et dégagea quelques morceaux de briques sur le côté. Après avoir fouillé un peu plus, sans surprise, il trouva un autre squelette non loin de là.

Celui-ci n’avait pas encore complètement pourri. Il y avait encore un peu de chair sur les os, et de longs cheveux emmêlés sur le crâne. À en juger par les vêtements en loques d’un rouge délavé, il pouvait dire que c’était une femme. Cependant, elle était baissée, pas debout… La raison à cela était qu’il y avait un troisième squelette à côté d’elle, accroupi à ses pieds.

Wei WuXian cessa de creuser plus.

Il recula de quelques pas. Le bruit dans ces oreilles était aussi violent et tumultueux qu’un raz-de-marée.

Il pouvait presque en être sûr. L’intérieur des épais murs de ce château de pierre était rempli de cadavres humains.

Au-dessus, en-dessous, sud-ouest, nord-est ; debouts, assis, allongés, accroupis…

Mais bon sang, où est-ce qu’ils étaient tombés?!


Notes de traduction :

1 Sabre : À l’origine, K, d’Exiled Rebels Scanlations, avait traduit ce mot en anglais par « épée », bien que le sinogramme utilisé pour ce mot soit différent. Le sinogramme employé dans la version originale signifie « couteau ». La différence entre une épée et un couteau est que la première attaque en poignardant, tandis que le deuxième attaque en coupant ou tranchant. Cependant, ils ressemblent tous les deux à des « épées » selon les standards occidentaux.

Par la suite, grâce aux commentaires de certains lecteur/ices, elle a changé de traduction et opté pour « sabre », qu’elle juge plus exact.

2 Interrogation : « Inquiry » dans le texte anglais. La traduction littérale est « demander aux esprits »,

3 Suibian : Quand Lan WangJi avait demandé à Wei WuXian quel était le nom de son épée pour la toute première fois, ce dernier avait juste répondu “peu importe”, qui est en fait la traduction littérale de Suibian. D’où la méprise de Lan WangJi, qui pensait que Wei WuXian ne voulait pas lui donner le nom de son épée, jusqu’à ce que celui-ci lui explique. Evidemment, Lan WangJi avait trouvé cela ridicule, contrairement à Wei WuXian qui trouvait ce nom parfait pour s’amuser aux dépends des gens trop sérieux comme lui!

Dans ce chapitre, Lan WangJi vient donc de faire goûter à Wei WuXian son propre médicament, réussissant pour une fois à lui clouer le bec!

Chapitre 21 | Index | Chapitre 23

S’abonner
Notifier de
guest
9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
nightrhea
nightrhea
1 année

Très bon travail ! J’ai bien rit quand Lan Wangji a cloué le bec de Wei Wuxian. Merci beaucoup pour le chapitre !

Agent Ily
Agent Ily
Répondre à  nightrhea
1 année

J’avoue que moi aussi j’en ai bien ris ! (Bon en fait, je riait tellement que ma mère, qui se trouvait devant moi, me regardait bizarrement xD)

Archangedenfer1 Popo
Archangedenfer1 Popo
1 année

Merci beaucoup pour tous votre travail sur cette histoire la Team *.* Et merci de la partager avec nous ^^

Hinata Ran
1 année

Bienvenue à Leaf ! 🙂
Je suis contente de voir que votre équipe s’agrandit au fil de cette aventure ( ͡~ ͜ʖ ͡°).

Je vois que vous avez opté pour « interrogation » (Inquiry) ^^… Je suis mitigée là… Je ne remets pas en doute votre traduction, d’accord ? C’est juste que le fait de l’avoir traduit en français, lui faire perdre son charme originel ^^’. J’ai vu de nombreuses fans songs/fanfics qui parlent d’elle et chaque fois, ça m’était toujours en avant le côté poétique, mystérieux et mélancolique… Surtout qu’elle a une portée symbolique. Et là, c’est si distant…

Hahaha ! Au cours de ses années, Lan Zhan n’a pas fait que « pleurer » la mort de son Wei Ying, il a également appris à contre-attaquer et aussi… bien d’autres choses….

Il n’y a pas dire Lan Zhan et Wei Ying sont complémentaires. Deux personnalités dans un même corps 🙂
Merci beaucoup pour ce chapitre :).

Leaf
Leaf
Répondre à  Hinata Ran
1 année

Merci pour ton accueil!

Alors, en vérité, je suis assez d’accord avec toi pour la traduction d’Inquiry, qui nous a donné du fil à retordre.
Je ne suis pas complètement satisfaite, donc si certain(e)s ont des propositions, n’hésitez pas!
Pourquoi avoir choisi  » Interrogation  » ?
En fait, on s’est tout simplement basé sur la version chinoise, pour ce mot. Les deux sinogrammes formant ce mot signifient littéralement  » interroger les esprits « . Après délibération avec NoirSoleil et Xiao-Shimei, qui parlent mandarin, ont est tombé d’accord sur  » Interrogatoire  » ou « Interrogation  » plutôt « qu’Invocation »,  » Requête » ou « Supplique », afin de coller au texte original. Et en écrivant « Interrogatoire « , j’avais l’image d’un Lan WangJi en mauvais flic qui braquait une lampe sur un esprit pour le faire parler, tandis que Wei WuXian jouait le bon flic. Impossible de ne pas hurler de rire, j’ai donc tranché pour  » Interrogation « .
De plus, cette tchnique a été crée par un des ancêtres de la secte Gusu Lan: donc, même si elle a une portée symbolique extrêmement forte (ceux qui ont lu la version anglaise d’exiled rebels sauront à quoi je fais allusion, mais évitez les spoilers dans les commentaires pour ceux qui ne sauraient pas, s’il-vous-plaît 😉 ), elle reste néanmoins une tchnique « neutre » qui n’appartient pas qu’à Lan WangJi ( c’est pour ça qu’on a choisi de rayer  » Supplique  » des traductions possibles).

Voilà, en espérant avoir pu t’éclairer un peu! Mais encore une fois je le répète, je comprends tout à fait ton point de vue et le partage en partie! : )

J’espère pouvoir continuer à vous faire profiter de cette histoire le mieux possible, et je te dis à bientôt pour un prochain chapitre!

Hinata Ran
Répondre à  Leaf
1 année

Je te remercie pour ces explications (J’ai bien rigolé en lisant ta comparaison de WangXian moderne en flics 😂) 😄. C’est vrai que c’est compliqué de garder au maximum « l »essence » d’un mot. Vous faîtes un superbe travail là 😉.
Je m’excuse également pour avoir spoiler certains passage du roman. Ce n’était pas intentionnel 😓.
A l’avenir, je ferais très attention dans mes commentaires 😅.

Leaf
Leaf
Répondre à  Hinata Ran
1 année

Ah non, non, tu n’as rien spoilé! (enfin, pas que je sache). Pardon, je me suis mal exprimée, c’était plus pour dire en général d’éviter les spoils dans les commentaires, c’est un réflexe, je ne te visais pas (je ne visais personne en fait) C’était plus une sorte de « clin d’oeil » en mode « ceux qui savent verront où je veux en venir mais chut pour les nouveaux~ » Mais tu n’as rien spoilé, n’aies crainte!

Agent Ily
Agent Ily
1 année

Merci pour ce merveilleux chapitre !
Le coup des cadavres dans les murs m’a bien fait flipper :’)
(Ce chapitre est comme une montagne russe, au début, tu ris de l’altercation de Lan WangJi et de Wei WuXian, puis tu commence à flipper à cause des cadavres sinistres dans les murs x’D)

arubiize
arubiize
1 année

Cette histoire a un côté comique (grâce en partie à Wei WuXian et Lan WanJi) tout en ayant un côté sinistre (de part le faite qu’il y est des cadavres qui bougent, et de tous ces morts… 😮 ). Entre côté enfantin et mature. C’est un mélange parfaitement harmonisé qui donne un charme et une originalité agréable et rafraichissante. 🙂

Si Wei WuXian avait vécu (et n’aurait pas fait certaines choses), il serait devenu un super oncle ! 😀

Je souhaite la bienvenue à Leif qui apporte avec elle, double chapitre donc double bonheur ! xD
Merci beaucoup pour votre travail fabuleux dessus ! Bon week-end !