Mo Dao Zu Shi – Chapitre 26

Chapitre 25 | Index | Chapitre 27

Traduction par Leaf, correction par Keliane.

Chapitre 26 Malice—Partie 4

« Les détails, je te prie. », demanda Lan WangJi.

Assis, ces paroles polies étaient presque aussi puissantes qu’une menace. Nie HuaiSang entreprit enfin de s’expliquer.

« HanGuang-Jun, tu sais que nous, la secte Nie, somme différents des autres, commença-t-il. Puisque notre fondateur était un boucher, nous cultivons en utilisant des sabres, tandis que les autres utilisent des épées. »

Ce fait était connu de tous, et n’était en aucun cas un secret. Même le motif de la secte du Clan QingheNie était la tête féroce d’une bête qui ressemblait à un chien ou à un porc.

« Comme notre manière de cultiver était différente de celle des autres sectes, et que notre fondateur était à l’origine un boucher, il était naturel que le sang soit versé, poursuivit-il. Les sabres des précédents dirigeants de notre Secte débordaient tous d’énergie hostile et de pulsions meurtrières. Pratiquement tous nos dirigeants ont connu une mort soudaine, due à une déviation de leur qi, qui avait comme explosé. Leur tempérament colérique tenait aussi une part importante dans l’affaire.

Tiens, voilà qui se rapproche drôlement du culte démoniaque, fit remarquer Wei WuXian en haussant un sourcil »

Nie HuaiSang se défendit hâtivement.

« C’est différent ! La cultivation démoniaque se reconnaît à l’usage de vies humaines. Mais, à la différence, les sabres de notre secte utilisent les vies d’esprits et de bêtes maléfiques. Tout au long de leurs vies, ils ont tués de telles choses, alors s’ils ne peuvent plus continuer leur dessein, ils causeront des soucis et dérangeront la Secte. L’âme d’un sabre ne reconnaît qu’un seul maître, n’autorisant nul autre à l’utiliser. Ce n’est pas comme si nous, les générations suivantes, pouvions faire fondre ces armes. Premièrement, ce serait irrespectueux envers nos ancêtres ; deuxièmement, il est possible que les faire fondre ne suffise pas à régler le problème. 

—  Plutôt imbus d’eux-mêmes, non ?  commenta Wei WuXian.

En effet, confirma Nie HuaiSang. Les sabres qui ont combattu et cultivé aux côtés de nos ancêtres ont effectivement de quoi être imbus de leur personne. »

Il continua :

« Plus les générations se succédaient, plus le niveau de cultivation des dirigeants étaient élevé, et plus le problème s’aggravait. Enfin, jusqu’à ce que le sixième chef ne trouve une solution. 

Construire le Château mangeur d’hommes ? demanda Wei Wuxian.

— Non, non, réfuta Nie HuaiSang. Bien qu’ils soient connectés, cette solution n’est apparue que plus tard. Voici ce qu’a fait le sixième chef : il construisit deux cercueils pour les sabres de son père et de son grand-père, puis creusa une tombe. À l’intérieur, à la place de trésors de valeur, il enterra des centaines de cadavres qui étaient sur le point de se transformer 1. »

Lan WangJi se renfrogna légèrement. Nie HuaiSang lâcha immédiatement :

« HanGuang-Jun, je peux tout expliquer ! Ils n’ont pas été tués par notre Secte ! Nous avons dû les rassembler de-ci, de-là ! Nous en avons aussi achetés une flopée à prix élevé. Le sixième chef disait que, si les sabres voulaient se battre avec des êtres démoniaques, alors autant leur en donner avec qui combattre pour l’éternité. Les cadavres en état de pré-transformation ont été enterrés avec les cercueils renfermant les épées, comme s’il s’agissait de biens pour les âmes des sabres. Les âmes des sabres empêchaient les cadavres de se transformer, et dans le même temps, les cadavres apaisaient les envies et la furie des épées. La situation a perduré ainsi, chaque côté gardant l’autre sous contrôle. Ce n’est qu’à ce prix que les futures générations ont pu atteindre la paix.

— Alors pourquoi avoir construit un château de pierres par la suite ? demanda encore Wei WuXian. Pourquoi les cadavres étaient-ils enfouis dans les murs ?  Et, n’as-tu pas dit qu’il avait bel et bien mangé quelques personnes ?

Toutes ces questions n’en sont en fait qu’une seule et même, répondit-il. Je suppose… On pourrait dire qu’il a bien englouti quelques personnes. Mais il ne l’a pas fait exprès !!! Notre sixième chef a construit les tombes des sabres de telle sorte qu’elles semblent banales, et les générations suivantes ont continué à faire de même. Mais, il y a à peu près cinquante ans, la tombe a été profanée par quelques pilleurs. »

Wei WuXian émit un “oh”, et songea silencieusement : Tu parles de réveiller le lion qui dort!

« Pour un événement aussi important que la construction d’une tombe, qu’importe la prudence et la discrétion exercée par tout à chacun, il est impossible que rien ne se sache, déclara Nie HuaiSang. Les pilleurs ont creusé le sujet et croyaient dur comme fer qu’il y avait une gigantesque sépulture issue des dynasties passées, sur la Crête Xinglu. Ils ont préparé le coup à l’avance, et ne sont pas venus les mains vides. Parmi tous ces gens turbulents, il y en avait bien un ou deux qui avaient réellement du talent, permettant au reste de trouver leur chemin, déjouer le sort d’égarement, et trouver les tombes de nos sabres. Ils avaient déjà vu leur lot de cadavres dans leur vie alors, après avoir creusé un trou et pénétré à l’intérieur, ils n’étaient pas vraiment effrayés par ce qu’ils y ont trouvé. Mais ils ont fouillé chaque recoin à la recherche d’or et de trésors, respirant près des cadavres et, pire encore, parmi eux se trouvaient des jeunes hommes au printemps de leur vie, emplis d’énergie yang. Rappelez-vous, les cadavres qui reposaient-là étaient tous sur le point de se transformer ! »

Deviner la suite n’était pas difficile. Une dizaine de cadavres, au bas mot, s’étaient tout d’un coup transformés.

« Cependant, ces pilleurs de tombes n’étaient pas ordinaires. Dotés de tout l’équipement nécessaire, ils ont en réalité réussi, d’une manière ou d’une autre, à tuer de nouveau les cadavres ambulants ! Après le combat, le sol était recouvert de chair et de sang. Ils avaient fini par comprendre que l’endroit était dangereux et s’apprêtaient à partir. Mais, alors qu’ils étaient sur le point de le faire, ils ont été mangés !

« Le nombre de cadavres mis à l’intérieur des tombes était strictement contrôlé. Il y en avait juste assez pour maintenir l’équilibre avec les esprits des sabres, ni plus, ni moins. Ça aurait été si les voleurs avaient juste provoqué la transformation, puisque qu’après leur départ, les sabres auraient annulé son effet de nouveau. Mais, avec le chaos qu’ils avaient causé, les cadavres étaient tous réduits en pièces, et ainsi, il en manquait soudainement quelques-uns par rapport au nombre d’origine. Pour que le tombeau des sabres s’assure qu’il y ait assez de cadavres féroces et d’esprits de sabres pour se supprimer l’un l’autre, il… il pouvait seulement… se refermer sur lui-même et emprisonner le groupe à l’intérieur, en compensation pour le manque dont ils étaient responsables.

« Puisque le tombeau des sabres était détruit, le chef de l’époque commença à réfléchir à d’autres méthodes. Il choisit un autre endroit sur la Crête Xinglu et construisit un hall des sabres à la place du tombeau. Au cas où des voleurs viendraient à nouveau, il cacha les corps à l’intérieur des murs.

« Le hall des épées était le fameux ‘Château Mangeur d’Hommes’ des rumeurs. Quand les pilleurs de tombes étaient venus à Qinghe, ils s’étaient fait passer pour des chasseurs. Ils ne revinrent jamais après être allé à la Crête Xinglu et ne laissèrent aucun cadavre derrière eux, alors les gens commencèrent à dire qu’ils avaient été dévorés par un monstre dans la crête. Puis, après que le château de pierre ait été construit, avant que le nouveau sort d’égarement soit mis en place, un passant tomba accidentellement dessus. Heureusement, aucune porte n’était construite sur les châteaux, alors il n’avait pas pu s’aventurer à l’intérieur. Mais, après avoir quitté la crête, il raconta à tout le monde qu’il y avait un groupe d’étranges châteaux blancs sur la Crête Xinglu, et que le monstre mangeur-d’hommes devait résider là. Nous pensions que laisser la rumeur se répandre nous serait profitable, afin que personne n’ose s’aventurer près de l’endroit, alors nous l’avons un peu exagérée et créé la légende du ‘Château Mangeur-d’Hommes’. Mais il peut réellement manger des gens ! »

Nie HuaiSang sortit un mouchoir et une pierre blanche de la taille d’une tête d’ail de ses manches 2. Il utilisa le mouchoir pour essuyer la sueur et leur passa la pierre blanche.

« Vous deux pouvez jeter un œil à ça. »

Wei WuXian se saisit de la pierre. En y regardant mieux, il trouva quelque chose de blanc qui dépassait. On aurait dit… l’os d’un doigt humain.

Il réalisa immédiatement ce qui se passait. Nie HuaiSang finit d’éponger sa transpiration et poursuivit.

« Ce…. Jeune Maître Jin…. a, d’une façon ou d’une autre, créé une explosion qui a fait un trou dans le mur. Être capable de briser un mur si épais signifie qu’il devait transporter beaucoup d’outils spirituel sur lui—mais là n’est pas la question… Ce que je veux dire est que la zone qu’il a faite sauter s’avérait être le premier hall des sabres que nous avions construit sur la Crête Xinglu. À l’époque, nous n’avions pas pensé à utiliser des briques de pierres des deux côtés, et à remplir le milieu avec de la terre afin d’empêcher l’énergie yang de pénétrer, pour éviter que les cadavres ne se transforment facilement. Nous avions simplement mis les cadavres à l’intérieur. Alors, quand le Jeune Maître Jin a créé cette ouverture, il n’avait pas réalisé qu’il avait aussi détruit un squelette qui était enterré là. Il n’a pas fallu longtemps avant qu’il ne soit aspiré dans les murs du château, à la place du cadavre qu’il avait fait sauter… De temps à autre, je vais à la Crête Xinglu pour vérifier si tout va bien. Aujourd’hui, quand j’y suis allé, j’ai trouvé ça. Alors que je venais de me saisir de la pierre, un chien m’a poursuivi. Ah… Le hall des épées est plus ou moins notre tombeau ancestral. Vraiment, je… »

Plus Nie HuaiSang parlait, plus il semblait misérable.

« La plupart des cultivateurs savent que c’est notre territoire, alors ils n’effectuent jamais de chasse-nocturne près de Qinghe. Qui aurait cru que… »

Qui aurait cru qu’il serait si malchanceux. D’abord, le désobéissant Jin Ling n’avait plus eu que la Crête Xinglu en tête, puis, les deux à la recherche de l’endroit pointé par la main fantôme, Lan WangJi et Wei WuXian, étaient venus à leur tour.

« HanGuang-Jun et toi… Je vous ai déjà dit que vous ne deviez parler à personne d’autre de tout ça, ajouta-t-il de plus belle. Ou sinon…. »

Ou sinon, étant donné que la Secte QingheNie était déjà sur les rotules, si jamais l’histoire arrivait aux oreilles du public, Nie HuaiSang deviendrait un pécheur, une disgrâce pour ces ancêtres que même la mort ne rachèterait pas. Il était naturel qu’il préfère être la risée secrète de toutes les sectes plutôt que de se concentrer sur sa cultivation ou oser aiguiser la lame de son sabre. Si sa cultivation atteignait un certain niveau, il deviendrait progressivement de plus en plus colérique et, au final, son ire l’emporterait dans la tombe à l’image de son frère et de ses ancêtres. Même après sa mort, son épée hanterait les vivants et troublerait la paix de tout le clan. Dans ce cas, être un moins que rien semblait encore préférable.

C’était  un problème on ne peut plus insolvable. Et qui perdurait, inchangé, depuis l’époque du fondateur de la Secte Nie. Bien sûr, cela ne signifiait pas que les futures générations devraient renier la voie et les bases que le fondateur avait forgées. Tous les clans de culte excellaient dans un domaine qui leur était propre. Tout comme le clan GusuLan était doué pour la musique, la violence et la puissance des âmes des sabres du Clan QingheNie étaient ce qui leur permettait d’éclipser les autres sectes. S’ils abandonnaient les idéaux de son fondateur et repartaient de zéro, à la recherche d’une nouvelle voie, qui sait combien d’années cela leur prendrait, ou même s’ils réussiraient ? De plus, Nie HuaiSang n’oserait jamais trahir la secte Nie et cultiver une autre voie. À cause de cela, son seul choix était d’être un bon-à-rien.

S’il n’avait pas été un chef de clan et avait passé sa vie entière à faire l’idiot, comme il le faisait au Repaire des Nuages à l’époque, il aurait certainement été dans une situation plus confortable que celle dans laquelle il se trouvait présentement. Mais, maintenant que son frère était décédé, peu importe à quel point cela lui était pénible, il devait porter le poids de la responsabilité sur ses épaules et aller fébrilement de l’avant.

Nie HuaiSang partit après leur avoir répété encore et encore de ne rien révéler, et Wei WuXian fixa le vide, un moment. Soudain, il sentit Lan WangJi marcher vers lui. Il posa une jambe à terre pour s’agenouiller devant lui, et entreprit de retrousser son pantalon avec un visage sérieux. Wei WuXian s’écria hâtivement :

« Attend, encore ? 

Il faut s’occuper de cette Marque d’abord, répondit Lan WangJi. »

En l’espace d’une seule journée, HanGuang-Jun s’était déjà agenouillé de la sorte tant de fois devant lui. Bien que Lan WangJi ait l’air assez sérieux, les yeux de Wei WuXian ne pouvaient vraiment pas supporter ce spectacle.

« Je vais le faire moi-même », dit-il.

En retroussant rapidement la jambe de son pantalon, il put voir que la Marque Maudite recouvrait toute la moitié basse de sa jambe, passait son genou, et grimpait le long de la moitié supérieure. Wei WuXian y jeta un coup d’œil.

« Ça a déjà dépassé mes cuisses. »

Lan WangJi détourna la tête et ne répondit pas. Wei WuXian trouva cela quelque peu étrange.

« Lan Zhan ? »


Notes de traduction :

1Se transformer : Cela fait allusion à la transformation d’un cadavre normal en « cadavre ambulant », ou « cadavre féroce ».

2Les manches : Dans la Chine Antique, il y avait des ouvertures à l’intérieur des manches afin d’y stocker des choses.

Chapitre 25 | Index | Chapitre 27

2 commentaires sur “Mo Dao Zu Shi – Chapitre 26”

  1. Mille merci pour avoir traduit ce chapitre !
    Nie HuaiSang est vraiment trop généreux ! Être un bon à rien plutôt que de cultiver pour éviter que son sabre hante les vivants est un acte aussi héroïque que de combattre des monstres.

    Tient, un Lan WangJi embarrassé apparaît XD !

  2. Tellement hâte de voir le prochain chapitre !!!! xD

    J’ai trouvé que Nie HuaiSang était très brave. Il a choisi de vivre et passer pour un idiot que d’être cultivateur ‘professionel’ et de mourir.
    Il a un caractère doux et peut-être naïf. Il ne veut pas blesser les personnes autour de lui, tout en faisant face à ces nouvelles responsabilités depuis la mort de son frère. Oui, il est vraiment courageux !

    Hmm, je viens de penser. à un truc.. Du coup, la marque démoniaque a été faite par les sabres ou les cadavres autour ?… Suspence ! Nous aurons bientôt les réponses ! 😉

    Nous commençons doucement à rattraper le manhua (anglais) ! C’est super ! 😀
    Merci beaucoup pour ce travail acharné ! Au prochain chapitre ! 😉

Laisser un commentaire