Mo Dao Zu Shi – Chapitre 29

Chapitre 28 | Index | Chapitre 30

Traduction par NoirSoleil, correction par Keliane.

Chapitre 29 : Rosée — Partie 2

« Du calme, répondit le serveur. J’allais justement en parler. Tout le monde est mort. Même si j’ai dit qu’il avait survécu, ce fut seulement pendant une courte période. Après quelques années, le chef de clan, Chang Ping, est lui aussi mort. Cette fois, son décès fut encore plus horrifiant. Il a été tué par lingchi avec une épée! Je n’ai pas besoin de vous dire ce qu’est le lingchi, n’est-ce pas? C’est quand la chair d’une personne est tranchée petit bout par petit bout trois mille six cent fois à l’aide d’un sabre ou d’une épée, jusqu’à ce que toute la chair ait disparu et qu’il ne reste rien d’autre qu’un squelette…»

Bien sûr, il était impossible pour Wei WuXian de ne pas savoir ce qu’était le lingchi. Si quelqu’un voulait un livre ayant pour titre Un Millier de Façons de Mourir d’une Mort Atroce, il aurait été l’individu le plus qualifié pour l’écrire. Il leva la main.

« Je vois. Dans ce cas, sais-tu pourquoi le clan Chang a été annihilé?

— J’ai entendu dire que cela avait été planifié par une autre secte de cultivation. C’est évident, pas vrai? Sinon, pourquoi un groupe de personnes capables de cultiver aurait échoué à s’enfuir? Quelque chose ou quelqu’un les a définitivement piégés à l’intérieur.»

Au cas où la conversation se passerait mal, le propriétaire de la boutique avait apporté deux assiettes de cacahuètes et de graines de tournesols. Wei WuXian hocha la tête en remerciement et poursuivit en mangeant les graines :

« Quelqu’un a-t-il trouvé quel était exactement ce “quelque chose” ou ce “quelqu’un”?»

Le serveur rit.

« Jeune Maître, vous plaisantez. Comment des gens ordinaires tels que nous qui essaient simplement de se débrouiller dans la vie, pourraient savoir quoi que ce soit à propos de ceux qui volent dans les cieux? En toute logique, vous autres devriez en savoir plus que moi puisque vous cultivez. J’ai juste entendu de vagues conversations comme quoi ils auraient offensé quelqu’un qu’ils n’auraient pas dû! En tout cas, après ça, personne n’a repris la charge de s’occuper des créatures maléfiques autour de Yueyang.

— Quelqu’un qu’ils n’auraient pas dû offenser? répéta Wei WuXian

— C’est ça. »

Le serveur mangea deux cacahuètes.

« Ces sectes, ou peu importe, ont en effet des rancunes les unes envers les autres. Je pense que le clan Chang a dû être visé par les autres cultivateurs. Le fait de tuer des gens pour des trésors est commun, non? C’est ce que les livres racontent. De même que les contes et les légendes. Bien que j’ignore qui exactement en est le responsable, c’était apparemment lié à un très célèbre malfrat. »

Wei WuXian sourit en portant le bol d’alcool à ses lèvres et en le regardant de biais :

« Laisse-moi deviner. Tu vas dire que tu ne sais pas qui est ce malfrat?

— Détrompez-vous, ricanna le serveur. Je sais très certainement qui c’est. Son nom était quelque chose du style “particulier”… C’est ça, “patriarche”. Le Patriarche de YiLing!»

Wei WuXian s’étouffa, faisant des bulles dans le bol d’alcool dans un éclaboussement.

« Quoi? »

Encore lui?!

« Ouais, c’est bien ça! confirma le serveur. Son nom de famille était Wei. Je crois qu’il s’appelait Wei WuQian 1. Les gens semblent à la fois pleins de haine et de terreur quand ils le mentionnent.

— … »

Wei WuXian y réfléchit et confirma deux choses : premièrement, il n’avait jamais été à Yueyang auparavant, et deuxièmement, parmi tous les gens qu’il avait tué, aucun ne l’avait été par lingchi. Il se dit que tout cela était quelque peu absurde et jeta un regard à Lan WangJi, comme pour lui demander une explication. Ce dernier attendait ce regard depuis un moment déjà.

« Nous partons. »

Wei WuXian comprit immédiatement. Lan WangJi avait quelque chose à lui dire qui ne pouvait être dit dans la boutique d’alcool, sous le nez de tout le monde. Il se leva.

« Dans ce cas, allons-nous en. Combien… Ah oui, ça a déjà été payé. Je laisse l’alcool ici pour l’instant. Je continuerai de boire quand nous aurons fini. Assure-toi que cet alcool soit encore là à mon retour, » ajouta-t-il en plaisantant à moitié.

Le serveur, qui avait déjà fini plus de la moitié de l’assiette de cacahuètes, répondit :

« Bien sûr! Notre boutique est honnête envers tous, des plus âgés aux plus jeunes. Laissez ça ici et ne vous inquiétez pas. Nous attendrons votre retour pour fermer notre boutique. Hé, Jeune Maître, vous rendez-vous à la Résidence Chang maintenant? Ouah, c’est plutôt cool : je suis de la région et même moi je n’y suis jamais allé! J’ai seulement osé y jeter un coup d’œil de loin. Vous comptez y entrer tous les deux? Qu’allez vous faire?

— Nous allons seulement y jeter un coup d’œil de loin aussi. »

Le jeune serveur avait une personnalité extravertie, se comportant un peu trop vite de façon amicale avec des étrangers. Ils avaient à peine discuté pendant un petit moment, et déjà il traitait Wei WuXian comme s’ils étaient amis. Il s’approcha et passa un bras autour de ses épaules.

« Est-ce que votre travail à vous deux est dur? Gagnez-vous beaucoup d’argent? Sans doute énormément, pas vrai? Quel métier respectable. Laissez moi vous demander, est-ce difficile de débuter? Je…»

Alors qu’il babillait, il se tut brusquement, regardant de côté nerveusement.

« Jeune Maître, chuchota-t-il, pourquoi celui à côté de vous… me fixe-t-il? »

Wei WuXian suivit son regard pour voir justement Lan WangJi se retourner, se lever et sortir de la boutique d’alcool.

« Oh, lui. Ce bon ami à moi a été élevé sévèrement. Il déteste absolument quand d’autres gens sont trop détendus les uns avec les autres en sa présence. N’est-ce pas étrange?»

Le serveur retira son bras avec gêne, et répondit d’une voix basse :

« Étrange, en effet. Vu sa façon de regarder, on aurait dit que j’avais enlacé son épouse…»

Lan WangJi avait l’ouïe fine, il était impossible qu’il n’ait rien entendu juste sous prétexte qu’il parlait à voix basse. Imaginant comment il devait se sentir à cet instant, Wei WuXian se retint de rire au point d’en avoir mal au ventre. Il dit rapidement au serveur :

« J’ai fini une jarre.

— Pardon?»

Wei WuXian se pointa lui-même du doigt.

« Je suis debout. »

Se rappelant enfin avoir dit “si vous pouvez toujours tenir debout après avoir descendu ça, j’adopterais votre nom de famille” un peu plus tôt, il lâcha :

« Oh… Ohhh! Euh… Ouah! Sans plaisanter, c’est bien la première fois que je vois quelqu’un capable de tenir debout et de parler convenablement après avoir englouti une jarre. Jeune Maître, quel est votre nom de famille ?

— Mon nom de famille… »

Se souvenant brusquement du “Wei WuQian” que le serveur avait mentionné, les coins de ses lèvres tremblèrent. Il continua avec aisance :

« … est Lan. »

Le serveur était lui aussi une personne pleine d’aplomb 2, et annonça sans changer d’expression :

« D’accord. À partir d’aujourd’hui, mon nom sera Lan! »

Sous les bannières rouge vif de la boutique d’alcool, il sembla que, le temps d’une seconde, la silhouette de Lan WangJi chancela légèrement. Avec un sourire espiègle au visage, Wei WuXian le rejoignit les mains derrière le dos et tapota son épaule.

« HanGuang-Jun, pour te remercier d’avoir réglé la note, je lui ai fait adopter ton nom de famille. »

Après avoir quitté la ville, les deux marchèrent en direction de l’endroit que le serveur avait désigné. Le nombre de gens diminuait tandis que le nombre d’arbres augmentait.

« Tout à l’heure, pourquoi ne m’as-tu pas laissé continuer à l’interroger? demanda Wei WuXian.

— Je me suis soudainement souvenu avoir entendu parler de ce qui s’était passé à Yueyang. Il n’y avait pas besoin de continuer à lui poser des questions.

— Avant que tu ne me racontes ça, laisse-moi te demander une chose. Confirme-moi que, euh, l’extermination du clan Chang n’est pas de mon fait, n’est-ce pas? »

En dehors du fait qu’il était mort dix ans auparavant et que son âme était relativement stable, il était impossible qu’il ait tué un clan entier sans qu’il se souvienne de quoi que ce soit!

« Non.

— Oh. »

C’était comme s’il était revenu en arrière, avant sa mort, quand il était pire qu’un rat d’égout, méprisé de tous. Il jouait un rôle dans tout, il était blâmé pour tout. Même quand le petit-fils du voisin ne mangeait pas correctement et avait perdu cinq livres, c’était parce que l’enfant était effrayé par des histoires du Patriarche de YiLing ordonnant au Général Fantôme de tuer des gens.

Cependant, Lan WangJi poursuivit :

« La tuerie n’est pas de ton fait, mais elle est liée à toi.

— Quel est le lien?

— Il y a deux liens. En premier lieu, une des personnes liées à cette histoire a un passé en commun avec ta mère. »

Wei WuXian s’immobilisa.

Il ne savait pas ce qu’il ressentait à cet instant ni quelle expression son visage arborait. Il marqua une pause avant de répéter :

« … Ma mère? »

Wei WuXian était le fils de Wei ChangZe, un serviteur de la secte YunmengJiang, et de CangSe SanRen 3, une cultivatrice indépendante. Jiang FengMian et son épouse, Yu ZiYuan, étaient tous deux assez proches des parents de Wei WuXian. En dépit de cela, Jiang FengMian n’avait jamais évoqué de souvenirs à propos de son vieil ami devant Wei WuXian, et, de surcroît, Yu ZiYuan n’avait de toute façon jamais discuté convenablement avec Wei WuXian. C’était un coup de chance si elle ne lui donnait pas quelques coups de fouets avant de l’envoyer s’agenouiller dans la Salle Ancestrale pour qu’il se tienne à distance de Jiang Cheng. Ce furent d’autres personnes qui lui racontèrent la plupart des choses qu’il savait de ses parents. Il n’en savait vraiment pas plus que ce qui était connu de tous.

Lan WangJi s’arrêta aussi, et se retourna pour le regarder.

« As-tu déjà entendu le nom “Xiao XingChen”? »

Wei WuXian sonda ses souvenirs.

« Non.

— “Non” est la réponse adéquate. Il était très renommé quand il a quitté la montagne, il y a douze ans. Maintenant, plus personne ne parle de lui. »

Douze ans auparavant, c’était un an après le siège du Tertre Funéraire de YiLing, ce qui signifiait qu’il l’avait raté de peu.

« Quelle montagne? Qui l’a éduqué?

— J’ignore de quelle montagne il s’agit. Il a été éduqué par une cultivatrice. Xiao XingChen était un élève de BaoShan SanRen.  »

Wei WuXian comprit enfin pourquoi Lan WangJi avait dit que cette personne avait un passé en commun avec sa mère.

« Donc, cela signifie que Xiao XingChen est mon shishu 4. »

CangSe SanRen avait aussi été une élève de BaoShan SanRen.

BaoShan SanRen était une cultivatrice qui vivait isolée du reste du monde. La rumeur disait qu’elle était de la même génération que Wen Mao et Lan An. La plupart des héros de cette époque étaient déjà retournés à la poussière, pourtant on disait que BaoShan SanRen était demeurée inébranlable. Si c’était vraiment le cas, elle devait être alors âgée de plusieurs centaines d’années et avoir atteint un très haut niveau de cultivation. En ces temps-là, sous l’influence de Wen Mao, le monde de la cultivation s’était concentré sur l’ascension des clans plutôt que les sectes, et les puissances cultivationnelles liées par le sang fleurissaient comme des pousses de bambous après une pluie de printemps. Sans exception, chaque cultivateur un tant soit peu célèbre avait choisi de fonder une secte. Pourtant, une cultivatrice avait décidé de se retirer dans la solitude sur une montagne après avoir adopté le nom cultivationnel 5 de BaoShan SanRen. Personne ne savait cependant quelle montagne elle avait enlacé 6. D’ailleurs, c’était justement parce que personne ne le savait qu’on parlait de retraite solitaire, sinon il n’y aurait eut aucune raison de l’appeler ainsi.

Elle vivait sur une montagne céleste 7 et recueillait souvent des enfants abandonnés pour en faire ses élèves. Cependant, ces derniers devaient faire le vœu de vouer leur vie entière à la cultivation, sans jamais quitter la montagne ou faire partie de la société humaine. Sinon, qu’importait la raison, ils ne pouvaient plus jamais revenir. Ils devaient alors dépendre d’eux-mêmes pour survivre dans le monde des mortels, et couper tout lien avec leur maître.

Tous louaient BaoShan SanRen pour sa prévoyance en instituant cette règle, car, durant ces quelques centaines d’années, seuls trois de ses élèves avaient quitté la montagne : YanLing DaoRen 8, CangSe SanRen et Xiao XingChen. Sur ces trois personnes, aucune n’avait connu une mort paisible.

Wei WuXian savait depuis son enfance quel destin avaient connu le premier et la seconde élève, aucune explication supplémentaire n’était donc nécessaire. Par conséquent, Lan WangJi lui raconta l’histoire du dernier élève, son shishu.

Quand Xiao XingChen quitta la montagne, il n’avait que dix-sept ans. Lan WangJi ne l’avait jamais rencontré en personne, mais il avait entendu parler de son talent.

À l’époque, la Campagne de la Chute du Soleil s’était achevée à peine quelques années plus tôt et le siège du Tertre Funéraire de Yiling venait de finir. Toutes les sectes proéminentes recrutaient des cultivateurs qualifiés de toutes parts pour les intégrer à leurs rangs. Xiao XingChen avait quitté la montagne dans l’espoir de sauver le monde. Grâce à son talent exceptionnel et à son professeur compétent, durant sa première chasse nocturne, un fuchen 9 dans une main et une épée longue dans l’autre, il entra seul dans la montagne et remporta la première place, devenant ainsi célèbre du jour au lendemain.

Les sectes voyant un cultivateur si brillant et doué à un âge aussi jeune, elles l’invitèrent toutes à les rejoindre. Pourtant Xiao XingChen refusa toutes leurs offres. Il disait qu’il ne voulait dépendre d’aucune secte, mais qu’il désirait, avec un ami proche, en fonder une nouvelle qui n’attacherait pas d’importance particulière à la lignée.

Il avait une personnalité douce mais un cœur fort, tendre en apparence mais déterminé en son for intérieur. Chaque fois que quelqu’un rencontrait une difficulté, sa première pensée était de requérir son aide. En tant que personne d’une grande intégrité morale, il ne refusait jamais non plus, c’était la raison pour laquelle les gens parlaient en général de lui avec estime.

Ce fut environ à cette période que l’extermination du clan Yueyang se produisit.


Notes :

1 Wei WuQian : jeu de mots, la sonorité étant similaire à Wei WuXian, mais là où “WuXian” signifie “sans jalousie”, “WuQian” signifie sans argent.

2 “une personne pleine d’aplomb” : littéralement “quelqu’un avec un visage épais”.

3 SanRen : littéralement “personne détachée/indépendante”, et fait donc référence au fait d’être un cultivateur indépendant.

4 shishu : de la même façon que shidi/shixiong ou shimei/shijie équivalent respectivement à “frère” et “sœur”, shishu équivaut à “oncle”, soit le shidi/shixiong d’un père/mère/maître.

5 nom cultivationnel : un autre type de nom… mais pas d’inquiétude, je vous vois déjà paniquer en mode “mais ils ont déjà trois ou quatre noms chacun, ils en ont pas assez?!!” ; ce n’est pas très important vu qu’on n’en entendra plus parler dans le reste de l’histoire.

6 “quelle montagne elle avait enlacé” : le nom “BaoShan” signifie littéralement “enlacer une montagne”.

7 montagne céleste : ou “montagne spirituelle”, un lieu où les cultivateurs peuvent absorber davantage d’énergie.

8 DaoRen :  littéralement “personne (qui suit) la Voie/le Dao”, un terme désignant tout simplement les cultivateurs.

9 fuchen : ou fouet à queue de cheval. C’est un type d’arme dite “douce”, dans la mesure où il n’est pas vraiment en mesure de blesser très gravement.

Dans certains arts martiaux, le fuchen a plus une portée symbolique qu’autre chose. En gros, dites-vous que ça donne à Xiao XingChen une apparence douce et sereine plutôt qu’aggressive/guerrière.

Chapitre 28 | Index | Chapitre 30

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
Archangedenfer1 Popo
Archangedenfer1 Popo
1 année

Comme toujours, merci beaucoup pour tout votre travail de traduction et pour ce partage les filles <3 Bon courage à vous toutes pour la suite ^^

arubiize
arubiize
1 année

C’est dommage qu’il ne détaille pas l’histoire des parents de Wei Wuxian. J’aurai voulu en connaître davantage. :O
Peut-être plus tard dans le roman ! 😀

Wei Ying a vraiment besoin d’une taloche derrière la tête pour son incompréhention envers Lan Zhan ! Alalala ! Pourtant il est intelligent ! Il est plutôt doué en interaction social mais Lan WangJi est une exeption apparement ! Il devrait le connaître depuis le temps, ils se connaissent depuis leur jeunesse ! Mais nan ! Ce bênet ! CES bênets ! x)

Détectivre Wei et Lan mènent l’enquête ! On se croirait dans une série policière ! xD C’est rigolo !
Ils forment vraiment un bon duo !

En tout cas, merci beaucoup pour ce chapitre qui nous a ammené le soleil ce week-end ! 😀

Agent Ily
Agent Ily
1 année

Je VEUX le livre « Un Millier de Façons de Mourir d’une Mort Atroce » (écrite exclusivement par Wei WuXian, sinon c’est pas drôle).

Cette fois, c’est un terrible Lan WangJi jaloux (et sauvage) qui apparaît XD !

En tous cas, merci pour cet excellent chapitre :3 !