Mo Dao Zu Shi – Chapitre 30

Chapitre 29 | Index | Chapitre 31

Traduction par Leaf, correction par Keliane.

Chapitre 30 : Rosée – Partie 3

Un jour, le chef du Clan Yueyang partit en chasse nocturne avec quelques membres de sa famille, pour une quinzaine de jours. Au beau milieu de la nuit, sans aucun signe précurseur, ils apprirent la mauvaise nouvelle et rentrèrent sur-le-champ. Une fois le temps des pleurs révolu, ils découvrirent que quelqu’un avait volontairement détruit leur sort de protection et permis à un puissant groupe d’esprits démoniaques de pénétrer à l’intérieur. Mais mis à part cela, ils ne savaient rien.

Dans la plupart des cas, seules quelques personnes étaient au courant des tragédies prenant places dans les plus petits clans, mais les circonstances étaient différentes, à l’époque. La Campagne de la Chute du Soleil avait pris fin il y a longtemps, tandis que le siège du Tertre Funéraire s’achevait tout juste. À première vue, la situation semblait plutôt stable. Avec la soudaine révélation de cet événement, l’intégralité du monde de la cultivation fut animée par de bouillantes discussions, certains exagérant au point d’assurer qu’il s’agissait de la revanche du Patriarche de YiLing ressuscité, Wei WuXian. Cependant, il n’y avait aucune preuve, alors trouver le meurtrier s’était révélé impossible. Bien sûr, Xiao XingChen n’était pas resté là sans rien faire. Il se porta volontaire pour être chargé de l’affaire et découvrir la vérité au nom de Chang Ping. Après un mois, le meurtrier fut finalement découvert.

Son nom était Xue Yang 1.

Xue Yang était encore plus jeune que Xiao XingChen, rien de plus qu’un simple garçon. Malgré cela, son jeune âge n’avait définitivement pas adouci sa cruauté. Depuis l’âge de quinze ans, il avait été un délinquant dans la région de Kuizhou, connu aux quatre coins pour son sourire radieux, ses méthodes inhumaines, et sa personnalité dépourvue de pitié. Tout le monde changeait d’expression dès qu’il était mentionné dans la conversation. On racontait qu’il avait développé une haine qui dura des années envers le père de Chang Ping, quand il était un enfant errant dans les rues. Il avait commis ce crime en représailles, et pour quelques autres raisons.

Après que Xiao XingChen ait découvert la vérité, il traversa trois provinces et Xue Yang cherchait toujours joyeusement querelle avec les autres. Profitant de la Réunion de Discussion qui se déroulait à la Tour des Carpes Dorées de la demeure de la Secte LanlingJin, durant laquelle les sectes les plus proéminentes se rencontraient et discutaient au sujet des méthodes de cultivation, Xiao XingChen l’amena, expliqua la situation, et demanda un châtiment sévère.

Avec sa liste franche et directe des preuves, la plupart des sectes n’eurent aucune objection, exceptée pour une—la Secte LanlingJin.

« Protester dans une telle situation équivaudrait à se battre seul contre le monde entier, fit remarquer Wei WuXian. Se pourrait-il que Xue Yang soit un protégé de Jin GuangShan? 

Un disciple invité, répondit Lan WangJi.

C’était un disciple étranger ? À l’époque, la Secte LanlingJin était déjà l’une des quatre plus importantes, n’est-ce pas ? Pourquoi auraient-ils invité un délinquant à rejoindre les rangs de leurs disciples ?

C’est la seconde connexion, » reprit Lan WangJi.

Il fixa Wei WuXian dans les yeux.

« À cause du Sceau du Tigre Stygien. 2 », ajouta-t-il.

Le cœur de Wei WuXian manqua immédiatement un battement.

Ces mots ne lui étaient définitivement pas étrangers. Au contraire, nul autre n’était aussi familier avec eux que lui.

Parmi toutes les armes spirituelles qu’il avait forgé quand il était en vie, c’était la plus effrayante et la plus célèbre.

Quand Wei WuXian l’avait créée au début, il n’avait pas beaucoup réfléchi. À contrôler d’une seule main les cadavres et les esprits, bien sûr qu’il finissait par être parfois fatigué. Se remémorant une rare pièce de minerai de fer qu’il avait vu dans l’estomac d’une bête, il l’utilisa pour en forger le Sceau du Tigre.

Mais, après que le Sceau du Tigre ait été créé, Wei WuXian ne l’utilisa qu’une seule fois avant de découvrir qu’il faisait plus de mal que de bien.

Les pouvoirs du Sceau du Tigre Stygien étaient considérablement plus puissants que ce qu’il avait imaginé. Au commencement, il ne voulait l’utiliser que pour l’assister, mais ses pouvoirs dépassaient presque ceux de son créateur lui-même. De plus, il n’était pas fidèle qu’à un seul et unique maître. Cela signifiait que si d’autres mettaient la main dessus, peu importe qui ils étaient, qu’ils soient bons ou mauvais, amis ou ennemis, ils pouvaient s’en servir.

Une fois le sceau forgé, ce ne fut pas que Wei WuXian ne pensa jamais à le détruire, mais puisqu’il avait été créé avec de grandes difficultés, il aurait été extrêmement dur à briser, lui coûtant à la fois temps et énergie. Et, à l’époque, il avait déjà vaguement compris qu’il n’était pas dans une bonne situation et finirait honni de tous tôt ou tard. Avec une arme aussi épouvantable que le Sceau du Tigre Stygien, les autres n’osaient pas agir impunément, alors il le garda temporairement. Il sépara le sceau en deux moitiés, afin qu’il ne puisse être utilisé qu’une fois les deux parties réunies, et jamais sans y avoir mûrement réfléchi.

Il ne l’avait employé que deux fois auparavant, et les deux avaient terminé en un gigantesque bain de sang. La première avait été durant la Campagne de la Chute du Soleil. Après l’avoir utilisé pour la seconde fois, il avait finalement décidé de détruire l’une des deux moitiés du sceau. Avant qu’il n’ait pu briser totalement la deuxième, le siège du Tertre Funéraire eut lieu, et il avait depuis lors dépassé ses capacités.

Concernant sa création, Wei WuXian était assez confiant pour dire que même si la secte qui avait mis la main dessus lui construisait un temple, et lui offrait de l’encens tous les jours sans exception, la partie restante du Sceau du Tigre ne serait rien de plus qu’un morceau de ferraille. Cependant, Lan WangJi lui avait dit quelque chose de troublant—il semblait que Xue Yang avait pu reconstituer l’autre moitié !

Bien qu’il était jeune, il était aussi très intelligent, un excentrique étrange. La Secte LanlingJin avait découvert qu’il pouvait utiliser la partie restante du sceau pour assembler à peu près celle manquante. Bien que la version recréée ne soit pas aussi puissante et ne pouvait être utilisée aussi longtemps, elle pouvait facilement causer de terribles catastrophes.

« Les LanlingJin avait besoin de garder Xue Yang afin qu’il puisse continuer à restaurer le Sceau du Tigre Stygien, alors ils devaient le protéger », comprit Wei Wuxian.

Peut-être que la destruction du Clan Chang par Xue Yang n’avait pas pour seul but de se venger de ce qu’ils lui avaient fait, étant enfant. Il s’en était peut-être servi pour tester sur ce clan d’humains bien vivants, l’étendue exacte des pouvoirs de ce Sceau du Tigre Stygien restauré !

Pas étonnant que les rumeurs liaient ce cas à sa personne. Wei WuXian pouvait presque imaginer ces cultivateurs en train de grincer des dents, « Ce Wei WuXian ! S’il n’avait pas créé cela, notre monde n’aurait pas croisé la route de tant de désastres !!! »

Reprenant leur sujet de conversation d’origine, ils continuèrent sur ce qui s’était passé à la Tour des Carpes Dorées.

Bien que la Secte LanlingJin était déterminée à protéger Xue Yang, Xiao XingChen n’en démordit pas non plus. Alors qu’ils étaient dans une impasse, ils surprirent finalement ChiFeng-Zun, Nie MingJue, qui n’avait pas l’intention de participer à la Réunion de Discussion. Il s’était hâté de venir à la Tour des Carpes Dorées depuis très loin.

En dépit du fait qu’il soit plus jeune que Jin GuangShan, il se comportait de façon stricte et refusait de tolérer Xue Yang, peu importaient les conséquences. Après avoir été sermonné avec colère, Jin GuangShan se retrouva dépourvu de mots, et embarrassé. Nie MingJue, fidèle à son tempérament colérique, dégaina son sabre sur-le-champ, avec l’intention de tuer Xue Yang. Même lorsque son jeune frère juré, LianFang-Zun, Jin GuangYao, tenta d’apaiser la situation, il lui ordonna de partir. Après cette dure remontrance, Jin GuangYao se cacha derrière Lan XiChen, n’osant rien dire d’autre. Au final, la Secte LanlingJin ne put que céder.

Depuis que Xue Yang avait été amené à la Tour des Carpes Dorées par Xiao XingChen, il n’avait pas éprouvé la moindre inquiétude. Même lorsque le sabre de Nie MingJue fut pressé contre son cou, son rictus ne quitta pas ses lèvres. Avant d’être emmené, il parla avec affection à Xiao Xingchen, « Daozhang 3, tu ne m’oublieras pas, n’est-ce pas ? Attendons de voir. »

À ce stade, Wei WuXian savait que ce « attendons de voir » coûterait atrocement cher à Xiao XingChen.

La secte LanlingJin était en effet la plus impudente. Alors, qu’à la Tour  des Carpes Dorées, elle avait promis devant toutes les autres sectes que Xue Yang serait exécuté, quand elle fut hors de la vue de Nie MingJue, elle enferma immédiatement Xue Yang dans le donjon et transforma sa décision première en condamnation à vie. Ayant eu vent de ce problème, Nie MingJue fut hors de lui et les pressa de nouveau. La Secte LanlingJin l’envoya promener, refusant de lui donner Xue Yang, peu importait à quel point il s’acharnait. Toutes les autres sectes les regardèrent depuis les coulisses, mais, peu de temps après, Nie MingJue périt d’une déviation de qi.

Il cultivait à un rythme plus soutenu que celui de n’importe quel autre chef de la Secte Nie, et mourut aussi plus tôt que n’importe quel autre.

Maintenant que la personne qui était la plus délicate à gérer n’était plus, la Secte LanlingJin devint de plus en plus téméraire et se mit à imaginer des idées bien pires. Jin GuangShan commença par essayer de toutes ses forces de sortir Xue Yang du donjon, afin qu’il puisse continuer à restaurer et examiner le Sceau du Tigre Stygien.

Cependant, ce n’était pas exactement quelque chose dont on pouvait se vanter. Il lui était impossible de sauver le meurtrier de tout un clan et de le sortir du donjon sans une solide raison.

Alors, ils reportèrent leur attention vers Chang Ping.

De la coercition au harcèlement, au final, la Secte LanlingJin fit pression sur Chang Ping jusqu’à ce qu’il revienne sur ses accusations, invalidant toutes ses déclarations passées. Il annonça que l’éradication du Clan Chang n’avait rien à voir avec Xue Yang.

En apprenant la nouvelle, Xiao XingChen lui rendit visite pour s’enquérir de l’affaire. Chang Ping répondit, impuissant : « Que puis-je faire d’autre, à part cela ? Si je ne l’endure pas, le reste de notre clan ne sera pas en sécurité bien longtemps. Je vous suis vraiment reconnaissant, Daozhang, mais… s’il-vous-plaît, ne m’aidez plus. Désormais, m’aider reviendrait à me porter préjudice. Je ne veux pas que la Secte YueyangChang s’éteigne de sitôt. »

Et ainsi, le tigre fût relâché dans les montagnes.

Wei WuXian demeura silencieux.

S’il avait été Chang Ping, il n’aurait eu que faire que la Secte LanlingJin soit renommée ou puissante, ou de la gloire que lui promettait la route qui s’offrait à lui, il n’aurait pas laissé cela passer. À la place, il se serait rendu dans le donjon en personne, aurait coupé Xue Yang en morceau afin qu’il ne soit rien de plus qu’une flaque de sang sur le sol, et rappelé son âme afin de recommencer le processus jusqu’à ce qu’il regrette d’être venu au monde.

Mais, tout le monde n’était pas comme lui, à préférer emporter son ennemi dans sa tombe avec lui. Certains membres du Clan Chang étaient encore en vie. Chang Ping était également encore jeune, célibataire, et sans enfant, ayant tout juste fait ses premiers pas sur la voie de la cultivation. Peu importait qu’on le menace avec les vies des survivants de sa famille ou avec son propre avenir et sa cultivation, il devait y réfléchir à deux fois.

Bien sûr, il n’était pas Chang Ping lui-même. Il ne pouvait pas être énervé ou inquiet à sa place, et ne pouvait porter sa part de tourments mentaux et physiques.

Dès que Xue Yang eut été relâché, il commença à chercher de nouveau à se venger. Cependant, cette fois, il ne visa pas Xiao XingChen lui-même.

Xiao XingChen avait quitté la montagne seul et n’avait pas de famille. Il n’avait qu’un seul ami qu’il avait rencontré plus tard, nommé Song Lan. Song Lan était aussi un cultivateur de cette époque. C’était une personne droite et déterminée, et il recevait une quantité non négligeable de louanges. Tous les deux voulaient bâtir une secte qui estimait les idéaux communs plutôt que les liens du sang, ce qui faisait d’eux les amis les plus proches et les plus semblables qui soient. Les gens de l’époque les décrivaient en ces termes : Xiao XingChen, la lune brillante et la douce brise ; Song ZiChen 4, la neige lointaine et le givre froid.

Xue Yang y ajouta son grain de sel. Répétant la technique qu’il avait déjà employée par le passé, il anéantit le Temple Baixue où Song Lan avait grandi et étudié, et utilisa du poison pour aveugler les yeux de Song Lan.

Cette fois, avec son expérience quant à l’éradication d’une secte, il s’assura de ne laisser aucune trace de son passage. Même si tout le monde savait qu’il était celui qui avait fait ça, à quoi cela les avançait-il ? Il n’y avait aucune preuve. Et, avec la protection délibérée de Jin GuangShan et la mort du violent ChiFeng-Zun, personne ne put rien faire à son sujet.

Wei WuXian trouvait cela un peu étrange. Bien que Lan WangJi donnait l’impression de ne se soucier de rien, de par ses expériences passées avec lui, Wei WuXian savait qu’il ne pouvait absolument pas supporter les méfaits, peut-être même encore moins que le frère de Nie HuaiSang. À l’époque, la Secte LanlingJin empruntait quelques chemins malhonnêtes pour parvenir à ses fins, et Lan WangJi n’avait jamais pris la peine d’être subtil à ce sujet. Même jusqu’à maintenant, il avait toujours refusé de se rendre aux Réunions de Discussion tenues par leur secte. Si deux cruels massacres avaient eu lieu, les nouvelles se seraient probablement propagées à travers l’intégralité du monde de la cultivation et Lan WangJi n’aurait assurément pas fermé les yeux. Pourquoi n’était-il pas allé rendre la monnaie de sa pièce à Xue Yang ?

Alors qu’il était sur le point de demander, il se souvint des cicatrices que le fouet disciplinaire lui avait laissé.

Un coup de ce fouet était déjà assez sévère. Si Lan WangJi avait commis une quelconque erreur grave et reçu tant de coups, il avait probablement été enfermé pour quelques années. Il devait sûrement endurer sa punition, ou attendre que ses blessures cicatrisent, pendant les années durant lesquelles les incidents s’étaient déroulés. Pas étonnant qu’il n’ait dit qu’avoir « entendu » ce qui s’était passé.

Pour une quelconque raison, en son for intérieur, Wei WuXian se préoccupait beaucoup de ces cicatrices. Cependant, il aurait été malvenu de sa part de lui demander directement, alors il devait taire ses pensées pour l’instant.

« Alors, qu’est-il arrivé à ce Daozhang Xiao XingChen ensuite ? », demanda-t-il.

Ce qui s’était passé ensuite était assurément une fin tragique. Quand il avait quitté la montagne et son professeur, Xiao XingChen avait juré qu’il ne reviendrait jamais. C’était un homme de parole, mais puisque Song Lan n’était pas seulement aveugle mais aussi gravement blessé, il brisa sa promesse et porta Song Lan jusqu’à la demeure de BaoShan SanRen, lui demandant de sauver son ami.

En mémoire du temps où ils étaient professeur et disciple, BaoShan SanRen accepta. Ainsi, Xiao XingChen quitta une nouvelle fois la montagne, et plus personne ne le revit jamais.

Un an plus tard, Song Lan quitta à son tour les lieux. À la surprise générale, ses yeux, qui avaient été complètement aveuglés, voyaient de nouveau la lumière. Cependant, ce n’était pas que les talents en médecine de BaoShan SanRen avaient créé un miracle, mais plutôt que Xiao XingChen avait….arraché ses propres yeux et les avait donné à Song Lan, qui avait été uniquement mêlé à tout cela à cause de lui.

À l’origine, Song Lan voulait prendre sa revanche sur Xue Yang. À ce moment, Jin GuangShan était déjà décédé. Jin GuangYao avait pris le contrôle de la Secte LanlingJin ainsi que la position de Chef de Secte. Pour montrer que les choses allaient être différentes, la première chose qu’il fit après son ascension au pouvoir fût de se débarrasser de Xue Yang. Outre le fait de ne plus jamais mentionner le Sceau du Tigre Stygien, il fit amende honorable afin de restaurer la réputation de sa secte, réprimant les rumeurs. Song Lan partit en quête de la localisation de son vieil ami. Au début, les gens entendaient encore parler des endroits dans lesquels il se rendait.. Après quelques temps, il disparut à son tour. De plus, la Secte YueyangChang était un petit clan globalement méconnu. Et ainsi, beaucoup de choses s’estompèrent jusqu’à disparaître.

Ayant fini d’écouter la longue histoire, Wei WuXian soupira doucement. Un sentiment de regret germa en lui, “Rencontrer une telle fin à cause de quelque chose qui n’avait rien à voir du tout avec lui, c’était vraiment… Si Xiao XingChen était né quelques années plus tôt, ou si j’étais mort quelques années plus tard, les choses auraient pu être différentes. Si j’avais été en vie, comment aurais-je pu ne pas prendre part à ce problème ? Comment aurais-je pu ne pas me lier d’amitié avec une telle personne ?”

À peine l’eut-il pensé qu’il rit amèrement de lui-même, “J’aurais fait quelque chose ? Qu’aurais-je pu faire ? Si j’avais encore été en vie à ce moment, peut-être que le cas de la Secte YueyangChang n’aurait même pas eu besoin d’une enquête avant que tout le monde ne décide que j’étais le responsable. Si le Daozhang Xiao XingChen était tombé sur moi dans les rues et que j’avais discuté avec lui, invité à boire un verre ensemble, il m’aurait vraisemblablement frappé avec son fuchen, haha.”

Ils avaient déjà dépassé la résidence Chang en marchant, pour arriver au cimetière non loin. Wei WuXian vit le caractère rouge foncé de « Chang » sur le pailou 5 et demanda :

« Alors, pourquoi Cheng Ping est-il mort par la suite ? Qui a tué les survivants de son clan? »

Avant que Lan WangJi ne puisse répondre, une série de bangs retentirent au sein du crépuscule teinté de bleu.

Le bruit ressemblait beaucoup à des coups sur une porte, mais ce n’était pas ça. Les bangs se suivaient avec force et à un rythme soutenu, sans un moment de répit. Ils semblaient quelque peu étouffés, comme si quelque chose les séparait du reste du monde.

Leurs visages changèrent immédiatement.

La cinquantaine de personnes, ou presque, appartenant à la Secte YueyangChang était actuellement allongées dans leurs cercueils, frappant le couvercle depuis l’intérieur. C’était la nuit qu’ils avaient été effrayés à en mourir—ils avaient frappé contre les portes comme des fous, mais il n’y avait eu personne pour leur ouvrir.

Il s’agissait des coups tapés contre les cercueils dans le cimetière du Clan Chang, dont le serveur de la boutique d’alcool parlait !

Cependant, il avait affirmé que les lieux avaient été hantés il y a dix ans de cela, et que cela avait cessé depuis longtemps. Pourquoi les coups reprenaient-ils de nouveau, avec leur venue ?

Sans échanger un seul mot, Wei WuXian et Lan WangJi avancèrent à pas de loup, en prenant garde de ne pas être trahis par leur respiration, qu’ils firent plus légère.

S’appuyant contre les piliers du pailou, ils virent tous deux que, au beau milieu du cimetière, se trouvait un trou parmi les tombes.

Il était profond, creusé récemment, un amas de terre l’encerclant entièrement. Des bruits indistincts s’échappaient depuis l’intérieur.

Quelqu’un était en train de profaner une tombe.

Ils retinrent leurs souffles, attendant attentivement que la personne au fond du trou sorte d’elle-même.

Avant qu’une heure ait passé, deux personnes sautèrent hors de la tombe ouverte.

Wei WuXian et Lan WangJi pouvaient dire qu’il s’agissait de deux individus uniquement parce qu’ils avaient une bonne acuité visuelle. Ces deux-là étaient aussi soudés que des siamois. L’un portant l’autre sur son dos, ils étaient intimement liés ensemble. Avec des vêtements noirs les couvrant tous les deux, il était extrêmement difficile de dire qui était qui.

La personne qui avait sauté avait de longues jambes et de longs bras, et se tenait dos à eux. Celle qu’il portait semblait inanimée, sa tête et ses membres pendants vers le sol. Rien de plus naturel. Puisqu’elle avait été exhumée de la tombe, elle devait être morte. On pouvait donc s’attendre à ce qu’elle soit inerte.

Tandis qu’il réfléchissait, le fossoyeur se retourna brusquement et les vit.

Une épaisse masse de brouillard noir couvrait la face de l’homme, rendant quiconque incapable de dire à quoi son visage ou ses traits ressemblaient !

Wei WuXian savait qu’il avait dû jeter un genre de sort étrange afin de dissimuler son visage. Lan WangJi avait déjà dégainé Bichen, foncé dans le cimetière, et débuté le combat. La réaction du fossoyeur fût extrêmement vive. Voyant l’attaque de la lame à l’éclat bleuté de Bichen, il signa de ses mains 6 et invoqua à son tour la lueur d’une épée. L’éclat de la lame était semblable à celui de son visage, entouré de brume sombre et compacte, rendant le style et la couleur de l’épée invisibles. Avec un cadavre sur le dos, le fossoyeur se battait d’une façon étrange. Les éclats des deux lames se croisèrent quelques fois. Lan WangJi rappela Bichen et la tint dans sa main, son expression glaciale, comme si une couche de givre avait assombri ses traits.

Wei WuXian savait pourquoi son visage s’était soudainement figé. C’était parce que, pendant le combat, même quelqu’un d’extérieur comme lui pouvait dire que le fossoyeur était plus que familier avec le style d’escrime de Lan WangJi !

Lan WangJi ne disait rien. Les attaques de Bichen étaient de plus en plus profondes, attaquant avec une force phénoménale. Le fossoyeur perdit du terrain plusieurs fois. Comme s’il savait qu’il ne pourrait pas gagner contre Lan WangJi avec une personne morte sur le dos, et que s’ils continuaient à se battre, il serait capturé vivant, il tira soudainement un talisman bleu sombre de sa taille.

Un Talisman de Téléportation !

Ce genre de talisman pouvait téléporter quelqu’un instantanément à des centaines de kilomètres de là, mais il nécessitait de dépenser une grande quantité d’énergie spirituelle. Il fallait alors un bon moment avant que son utilisateur ne retrouve ses forces. Ceux dont l’énergie spirituelle n’était pas assez puissante ne pouvaient pas s’en servir. Ainsi, même s’ils étaient d’une très grande qualité, il était rare que quiconque en fasse usage. En voyant qu’il était sur le point de s’échapper, Wei WuXian frappa hâtivement dans ses mains deux fois, mit un genou à terre, et écrasa son poing contre le sol.

La force de son coup traversa les couches de terre, atteignit les profondeurs du sol, et pénétra à travers les épais couvercles des cercueils, provoquant les cadavres piégés dedans. Avec des bruits crépitants, quatre bras ensanglantés surgirent du sol, se saisissant à la fois des bras et des jambes du fossoyeur !

Celui-ci ne semblait pas s’en soucier le moins du monde. Il envoya son énergie spirituelle vers le bas de ses jambes, faisant sauter les mains des quatre cadavres au loin. Wei WuXian sortit sa flûte en bambou. Une mélodie aiguë et stridente déchira le rideau de ténèbres qui s’étaient abattus. Deux têtes humaines émergèrent du sol, suivies de leurs corps, escaladant le corps du fossoyeur depuis ses jambes et s’enroulant autour de lui tels des serpents. Ouvrant leurs bouches, ils se préparaient à mordre son cou et ses bras.

Le fossoyeur renifla avec mépris, comme pour dire « quel vulgaire tour de passe-passe », et envoya de l’énergie spirituelle dans tout son corps. Pourtant, cette fois, ce ne fut qu’après avoir libéré celle-ci qu’il réalisa qu’il avait été dupé.

Il avait également envoyé voler le cadavre qu’il portait sur son dos !

Wei WuXian rit sans pouvoir se retenir tout en tapant la pierre tombale, tandis que Lan WangJi attrapait le corps flasque d’une main et attaquait avec Bichen de l’autre. Voyant que ce qu’il venait tout juste de déterrer lui avait été arraché, qu’il ne pouvait gagner seul contre Lan WangJi, sans parler de la malice d’une tierce personne, il n’osa pas s’attarder davantage. Il lança le Talisman de Téléportation au sol avec force. Après un bruit assourdissant, des flammes bleues s’élevèrent vers le ciel. Son visage disparut dans le feu.

Wei WuXian savait que le fossoyeur avait un Talisman de Téléportation sur lui, ce qui voulait dire que, quand bien même ils l’auraient attrapé, il aurait toujours eu une opportunité pour fuir. Le cadavre qu’il avait exhumé était déjà un indice, alors il n’avait aucun regret. Il marcha vers Lan WangJi et lâcha :

« Voyons qui il a déterré. »

En y jetant un coup d’œil, il fût quelque peu surpris. La tête du cadavre avait déjà été fendue. De la coupe ne sortait ni sang, ni cervelle, mais une bourre de coton noirci.

Wei WuXian l’arracha avec facilité. Avec cette tête de mannequin réalisée avec soin en main, il ragea.

« Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? Il y a un faux cadavre fait de coton et de chiffons enterré dans le cimetière du Clan Chang ? »

Ayant senti le poids du cadavre quand il l’avait entre les mains, Lan WangJi savait ce qui n’allait pas.

« Il n’est pas entièrement faux. », précisa-t-il.

Wei WuXian palpa le corps de la tête aux pieds et découvrit que, mis à part ses membres affaissés, seuls son buste et son abdomen semblaient fermes et réels. Une fois qu’il eut déchiré les vêtements, comme il s’y attendait, il s’avéra que seul le torse était réel. Toutes les autres parties du corps étaient fausses.

La tête et les membres faits de coton étaient là pour “leurrer” le torse, afin qu’il pense être toujours attaché au corps de son propriétaire. À en juger par la couleur de la peau et l’endroit où l’épaule gauche était coupée, cela devait être le buste du cher ami. Le fossoyeur était là pour ça.

Wei WuXian se redressa et supposa :

« Il semblerait que la personne qui a caché le cadavre ait déjà remarqué que nous enquêtions, et soit venue pour transférer le corps ailleurs au cas où nous le trouvions. Arriver tôt n’est pas aussi bon qu’arriver à temps. Nous venons juste de lui tomber dessus, haha. Mais…»

Avec un changement de ton, il poursuivit :

« Pourquoi le fossoyeur au visage embrumé connaissait-il aussi bien le style d’escrime de ta secte ? »

Il était évident que ce problème tracassait aussi Lan WangJi, le froid sur son visage tardant à s’évanouir.

« Son niveau de cultivation est plutôt élevé, assez pour lui permettre d’utiliser un Talisman de Téléportation, reprit Wei WuXian. Il a jeté un sort sur son visage et son épée. Qu’il en jette un sur son visage est compréhensible—après tout, il n’aurait pas voulu être découvert. Mais la majorité des cultivateurs moins connus n’auraient pas eu besoin de faire de même avec leur épée à moins, bien sûr, qu’elle soit plus ou moins renommée dans le milieu. Il n’aurait alors eu d’autre choix que de la couvrir, car si tout le monde pouvait reconnaître l’éclat de sa lame, son identité aurait été révélée en même temps que son épée. »

Wei WuXian changea de ton et suggéra :

« HanGuang-Jun, suite à ton combat, penses-tu qu’il s’agisse de quelqu’un que tu connais vraiment bien ? »

Il aurait été inconvenant pour lui d’être plus précis, en mentionnant, par exemple, Lan XiChen ou Lan QiRen.

« Non », répondit Lan WangJi avec assurance.

Wei WuXian avait plutôt confiance en sa réponse. À ses yeux, Lan WangJi n’était pas le genre de personne qui se cachait ou fuyait loin de la vérité. S’il le démentait, cela signifiait que cela devait être faux. Il n’aimait pas mentir non plus. Selon Wei WuXian, si quelqu’un demandait à Lan WangJi de mentir, il aurait encore préféré se jeter lui-même un sort de silence et ne rien dire du tout. Ainsi, il élimina d’office la possibilité que le fossoyeur soit l’un de ces deux-là.

Lan WangJi mit le torse dans une autre pochette Qiankun à double épaisseur, et le rangea convenablement. Ils marchèrent pendant un moment et déambulèrent jusqu’à retourner dans la rue de la boutique d’alcool.

Le jeune serveur avait été fidèle à sa parole. La plupart des autres boutiques d’alcool de la rue avaient déjà fermées, mais leur bannière était toujours dressée et les lumières étaient encore allumées. Le serveur était dehors, en train de manger dans un large bol. En les voyant, son visage s’éclaira.

« Vous êtes revenus ! Nous avons tenu notre promesse, hein ? Avez-vous vu quelque chose ? »

Wei WuXian rit tandis qu’il répondait. Avec Lan WangJi, il retourna à la table où ils s’étaient assis durant la journée.

Avec des jarres d’alcool s’accumulant à ses pieds et sur la table, il déclara :

« Alors, de quoi étions-nous en train de parler ? Puisque nous avons été brusquement interrompus par le fossoyeur, je ne sais toujours pas comment est mort Chang Ping. »

Lan WangJi poursuivit l’explication avec des mots simples et concis.

Xue Yang, Xiao XingChen, et Song Lan partirent les uns après les autres. Certains disparurent, d’autres décédèrent. Quelques années après l’incident, un jour, Chang Ping et le reste des survivants des membres de son clan moururent pendant la nuit, par lingchi. De plus, les yeux de Chang Ping avaient été arrachés hors de leurs orbites.

Cette fois, personne ne put trouver qui était le meurtrier. Après tout, tout le monde avait disparu, sauf lui. Cependant, une chose pouvait être dite.

D’après les blessures, il avait pu être vérifié que l’épée utilisée pour effectuer le lingchi sur eux, était celle de Xiao XingChen, Shuanghua.

Le bol d’alcool que tenait Wei WuXian s’arrêta devant ses lèvres. Il était choqué par la tournure des évènements.

« Il a été lingchi-é par l’épée de Xiao XingChen ? Était-ce vraiment lui le coupable, alors? 

Xiao XingChen avait disparu, répondit Lan WangJi. Il n’y avait aucune preuve probante.

S’il ne pouvait être trouvé vivant, quelqu’un a-t-il essayé d’invoquer son âme ? questionna en retour Wei WuXian.

Oui. Rien n’a été trouvé. »

Rien n’a été trouvé. Soit il n’était pas mort, soit son âme s’était dissoute. En tant que personne qui s’était spécialisée dans ce domaine, Wei WuXian se devait de commenter cette affaire.

« Ces choses comme l’invocation des âmes, tu ne peux pas trop compter dessus. Le temps, l’endroit, et la personne jouent un rôle dans tout ça, alors évidemment, parfois, ça ne se passe pas bien. Je suppose que beaucoup de personnes pensaient que c’était la vengeance de Xiao XingChen ? Et toi, HanGuang-Jun ? Qu’en penses-tu ? »

Lan WangJi secoua doucement la tête.

« Tout un chacun devrait s’abstenir de commenter sans avoir vu le tableau en entier. »

Wei WuXian admirait beaucoup cette attitude et ces principes. Souriant en coin alors qu’il buvait une autre gorgée d’alcool, il entendit la voix de Lan WangJi s’élever de nouveau.

« Et toi ? 

Le lingchi est un type de torture, reprit Wei WuXian. Sa signification induit une « punition » de toute façon. L’arrachage des yeux rend aussi difficile de ne pas associer l’affaire avec Xiao XingChen, qui s’est lui-même arraché les siens. Ainsi, il n’y a rien d’étrange à ce que ces gens supposent qu’il s’agissait de la revanche de Xiao XingChen. Cependant…»

Il réfléchit au moyen de formuler sa pensée avant de continuer :

« Je pense que, au début, Xiao XingChen n’a jamais demandé la gratitude de Chang Ping quand il a commencé à s’en mêler. Je… »

Avant qu’il n’ait terminé d’envisager ce qui devait suivre le « Je », le serveur leur apporta avec entrain deux autres plats de cacahuètes. Ayant été interrompu, Wei WuXian n’eut plus besoin de continuer davantage. Il leva les yeux vers Lan WangJi et esquissa un sourire.

« HanGuang-Jun, pourquoi me regardes-tu comme ça ? Je ne dis rien. Tout comme toi, je ne vois pas le tableau en entier, alors je ne vais pas faire de commentaires non plus. Tu as raison. Avant de connaître tous les tenants et les aboutissants, les causes et les effets, personne ne devrait présumer de quoi que ce soit au sujet de quoi que ce soit. Je n’ai commandé que cinq jarres, mais tu en as acheté cinq de plus pour moi, alors j’ai peur de ne pas pouvoir toutes les finir à moi seul. Et si tu buvais avec moi ? Nous ne sommes pas au Repaire des Nuages ici, dans ce cas ça ne viole aucune règle, pas vrai ? »

Il s’était déjà préparé à être rejeté sans ménagement, mais qui aurait pensé que Lan WangJi répondrait:

« D’accord. »

Wei WuXian fit claquer sa langue.

« HanGuang-Jun, tu as vraiment changé. Auparavant, j’avais bu une petite jarre devant toi, et tu avais vu rouge. Tu m’avais même jeté du haut du mur et frappé. Maintenant, pourtant, tu caches des jarres de Sourire de l’Empereur dans ta chambre et bois en secret. »

Ajustant son col, il répondit d’une voix calme :

« Je n’en ai jamais touché une seule. 

Pourquoi les as-tu caché si tu n’en bois pas une goutte ? Tu les gardes pour moi ? Bien, bien. Tu ne les as pas touchées. Je vais te croire, d’accord ? Parlons d’autres choses. Allez ! J’ai vraiment envie de savoir combien de coupes il me faudra pour rendre un abstinent disciple de la Secte GusuLan ivre. »

Il versa un bol à Lan WangJi. Sans réfléchir, Lan WangJi le prit et but. Wei WuXian était étrangement excité, fixant son visage pour voir quand il virerait au rouge. Pourtant, même après l’avoir fixé pendant un moment, ni la couleur du visage de Lan WangJi ni son expression ne changèrent, l’observant calmement de ses yeux clairs. Il n’y avait absolument aucun changement !

Wei WuXian était extrêmement déçu. Alors qu’il s’apprêtait à l’exhorter à boire une autre jarre, soudain, Lan WangJi fronça les sourcils et se frotta légèrement entre. Après quelques instants, avec une main supportant son front, il ferma les yeux.

… Il s’était endormi ?

… Il s’était endormi !

La majorité des gens, après avoir bu beaucoup d’alcool, devenait en général d’abord ivre, puis s’endormait. Comment Lan WangJi pouvait-il sauter l’étape de l’ivresse et s’endormir immédiatement ?!

« Ivre » était la partie qu’il voulait voir !

Wei WuXian agita sa main devant Lan WangJi, dont le visage demeurait sérieux même après qu’il se soit endormi, puis les claqua près de ses oreilles. Il n’y eut aucune réaction.

Lan WangJi était, étonnamment, le genre à s’évanouir après un seul bol.

Wei WuXian ne s’attendait pas du tout à ce genre de situation. Réfléchissant alors qu’il agitait ses jambes, il passa le bras droit de Lan WangJi autour du sien, et le tira hors de la boutique d’alcool.

Il avait déjà pris l’habitude de récupérer des choses sur lui. Après s’être saisi de la pochette contenant l’argent, il trouva une auberge et demanda deux chambres. Il porta Lan WangJi dans l’une d’elles, lui retira ses bottes, le borda, et se fondit dans la nuit.

S’arrêtant dans un coin désolé, Wei WuXian prit sa flûte qu’il portait à la taille, la porta à ses lèvres, et joua une mélodie. Une fois fait, il attendit en silence.

Ces derniers jours, Wei WuXian et Lan WangJi avaient passé leurs nuits et leurs journées ensemble. Il n’avait pas eu la moindre minute à lui, alors il n’avait pas pu invoquer Wen Ning. En plus de cacher son identité au début, il y avait une autre raison à cela.

Wen Ning avait tué des membres de la Secte GusuLan, par le passé. Même si Lan WangJi traitait bien Wei WuXian, il ne pouvait pas invoquer Wen Ning devant lui. Ou, peut-être, que c’était parce qu’il le traitait bien qu’il n’osait pas appeler Wen Ning en sa présence. Peu importait à quel point il était impudent, ce n’était pas le moment pour montrer qu’il ne perdait pas facilement la face.

En moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire, le son inquiétant et tintant résonna à nouveau.

Avec sa tête baissée, le visage de Wen Ning sorti des ombres du mur de la ville, devant lui.

Il était vêtu de noir, se fondant dans les ténèbres qui l’entouraient. Seuls ses yeux vides étaient d’un blanc brillant et hideux.

Wei WuXian mit ses mains dans son dos et se mut lentement autour de Wen Ning.

Wen Ning se déplaça, comme s’il voulait suivre ses pas et tourner en rond lui aussi. Wei WuXian ordonna :

« Tiens-toi correctement. »

Il obtempéra et cessa de bouger. Il donnait l’impression que ses traits délicats étaient encore plus abattus.

« Ta main », demanda Wei WuXian.

Wen Ning tendit son bras droit. Wei WuXian attrapa son poignet et le souleva, examinant attentivement la menotte de fer et la chaîne qui y était accrochée.

Ce n’était pas une chaîne ordinaire. Quand Wen Ning perdait son sang-froid, il devenait extrêmement violent, capable de réduire l’acier en poussière, alors il ne pouvait pas le laisser traîner comme ça. Cette paire de chaînes avait probablement été créée spécialement pour restreindre Wen Ning.

Réduit en cendres ?

Alors qu’elles essayaient de restaurer le Sceau du Tigre Stygien de toutes leurs forces, il était évident que certaines sectes salivaient à l’idée de mettre également la main sur le Général Fantôme. Comment auraient-elles pu vouloir le réduire en cendres ?

Avec un rire amer, il se tint au côté de Wen Ning. Après l’avoir examiné pendant un moment, il commença à presser ses doigts dans ses cheveux.

La personne qui l’avait gardé et restreint devait l’avoir empêché de penser par lui-même. Afin de le faire obéir aux ordres de quelqu’un d’autre, la raison de Wen Ning avait dû être détruite, ce qui voulait dire qu’elle avait dû planter quelque chose dans sa tête. Comme il s’y attendait, après avoir tâté de ses doigts à quelques reprises, Wei WuXian trouva une pointe dure sur un point de pression, sur le côté droit de sa tête. Il plaça son autre main sur le côté gauche et trouva la même chose, semblable au bout d’une aiguille.

Wei WuXian pinça les deux bouts de l’aiguille en même temps et sortit progressivement deux longs clous noirs du crâne de Wen Ning.

Les deux clous profondément enfoncés faisaient à peu près deux centimètres et demi de long, et étaient aussi épais que les cordes rouges utilisées pour les pendants en jade. Dès que les clous eurent quitté sa tête, les traits de Wen Ning frémirent faiblement. Une série de lignes noires semblables à des veines de sang se propagea dans le blanc de ses yeux. Il semblait essayer d’endurer la douleur.

Comme cela était étrange que, bien que déjà mort, il puisse encore expérimenter la sensation qu’était la « douleur ».

À en juger par les lignes complexes gravées sur les clous, ils devaient provenir d’un même endroit. Leur créateur était plutôt doué. Cela prendrait du temps avant que Wen Ning ne récupère complètement. Les mettant de côté, Wei WuXian baissa le regard vers les chaînes des poignets et des chevilles de Wen Ning, pensant en son for intérieur qu’il serait un peu gênant si elles pendaient ainsi et faisaient du bruit. Il aurait besoin d’utiliser une épée de cultivation pour les trancher.

La première à laquelle il pensa fût bien sûr celle de Lan WangJi, Bichen. Bien qu’il était quelque part peu approprié d’utiliser l’épée d’un membre de la Secte Lan pour briser les chaînes de Wen Ning, c’était la meilleure épée de cultivation sur laquelle il pouvait mettre la main. Il ne pouvait vraiment pas laisser Wen Ning traîner tant de choses pesantes derrière lui.

Wei WuXian pensa intérieurement, “Très bien. Je vais d’abord retourner à l’auberge. Si Lan Zhan est réveillé, dans ce cas je ne ferais rien. S’il dort toujours, j’emprunterais rapidement Bichen pour un instant.”

Ayant pris sa décision, il se retourna. Cependant, il ne s’était pas attendu à ce que Lan WangJi se tienne juste derrière lui.


Notes de traductions :

1 De gauche à droite :

image1.jpg

      Xue Yang (illustration de l’audio drama)                 Song Lan et XiaoXingChen (manhua)

2 Sceau du Tigre : C’est un sceau ayant la forme d’un tigre, traditionnellement utilisé pour diriger des troupes, une moitié restant dans les mains de l’empereur, et la seconde dans celles du général. Le général ne peut commander les troupes que lorsque les deux parties sont réunies.

Sceau, aussi appelé Fu, de la période Han (Wikipédia)

image4

3 Daozhang : Honorifique employé pour s’adresser à un prêtre qui pratique le Dao (la Voie) avec respect, ou simplement aux cultivateurs d’une façon générale. Le hanzi Dao signifie « la Voie », tandis que Zhang signifie « chef ». Fait intéressant : Daozhang sonne mieux quand le seme est plus jeune que le uke, comme c’est le cas de Xue Yang, ici. C’est l’une des premières raisons pour lesquelles beaucoup de gens ont commencé à les shiper.

(Note de NoirSoleil : à mon humble avis, il y a beaucoup plus de raisons de shipper notre doux Daozhang avec Song Lan qu’avec l’autre XD)

4 Song ZiChen : Son nom de naissance est Song Lan (Xiao XingChen l’emploie car ils étaient proches), tandis que Song ZiChen est son nom d’usage. Ne vous en faites pas. Je sais ce que vous êtes tous en train de penser, « ça ne peut pas devenir plus compliqué que ça », mais si, ça le deviendra. Heureusement, il existe un guide des personnages et des sectes en cas de perte de mémoire ! Mais étant une personne diabolique (précision de Leaf : ceci sont les propos de K — précison de NoirSoleil : j’ai fait assez de pub pour notre merveilleux guide pour que la terre entière soit au courant de son existence, allez-donc y jeter un œil sur le site!), je refuse de vous mettre le lien car je pense que vous devriez exercer votre mémoire, en préparation de ce qui vous attend plus loin dans l’histoire. Triste/en colère parce que ce n’est pas pratique ? Vous devriez exercer vos cœurs aussi, car je ne suis pas sûre que vous soyez prêts pour ce qui vous attend (précision de Leaf bis: je confirme. Vous n’avez pas idée. Soyez fort(e)s, je crois en vous !)

5 Pailou : C’est tout simplement un porche de style chinois.

6 Signe de ses mains : Aussi appelé « mudrā», un terme sanskrit qui désigne une position codifiée et symbolique des mains d’une personne ou de la représentation artistique d’une divinité(Wikipédia). Oui, c’est à peu près les gestes qu’ils font dans Naruto (attendez, vous pensiez que ça venait du japon ?)

image2

Le « signe de ses mains », ici, est utilisé par le fossoyeur pour contrôler son épée.


Désolés pour cette attente prolongée : des choses en entraînant d’autres, on a pu vous offrir qu’un seul chapitre cette semaine, mais dès ce lundi, on reprend normalement le rythme de publication habituel !

Chapitre 29 | Index | Chapitre 31

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
Archangedenfer1 Popo
Archangedenfer1 Popo
1 année

Hihihi, prenez votre temps les filles *.* On saura être patiente pour pas trop fatiguer nos bosseuses ;p

Merci à vous pour ce nouveau chapitre ^^

arubiize
arubiize
1 année

Waouh ! Ce méga chapitre ! Hihihi xD Il était très intéressant !
Avec celui-ci, nous avons officiellement rattraper le mahnua (version anglaise) ! Bravo à vous ! 😀

C’est vraiment un bel act « d’amour » qu’à fait Xiao XingChen pour Song Zichen en lui donnant ces yeux ! 😉

Wei WuXian a une grande estime pour Lan WangJi ! J’ai hâte de voir leur évolution ! xD

Merci beaucoup pour ce chapitre !!! Bon courage pour les futurs ! 😉
Bonne semaine ! :3

Agent Ily
Agent Ily
1 année

Merci pour cette formidable traduction !
J’imagine déjà la frayeur de Wei WuXian quand il a vu Lan WangJi juste derrière lui alors qu’il était avec Wen Ning 😂