Mo Dao Zu Shi – Chapitre 32

Chapitre 31 | Index | Chapitre 33

Traduction par Leaf, correction par Keliane.

Chapitre 32 : Rosée – Partie 5

Cette fois-ci, Wei WuXian ne ferma pas les yeux de la nuit. Les gardant grands ouverts, il parvint à résister jusqu’au lendemain. Une fois sa torpeur passée, quand il sentit que ses muscles pouvaient de nouveau se mouvoir, il ôta calmement sa veste sous la couverture puis la jeta sous le lit.

Il retira ensuite la ceinture de Lan WangJi et réussit à ouvrir à demi les pans de sa veste en tirant d’un coup sec. À l’origine, il voulait la lui ôter entièrement, mais après avoir vu le sceau sous la clavicule de Lan WangJi, Wei WuXian marqua une pause puis s’arrêta. Se remémorant également les cicatrices du Fouet de Discipline sur son dos, il sut qu’il ne devait pas aller plus loin et voulut remettre ses vêtements en place. En raison du temps qu’il mit, Lan WangJi sembla avoir froid. Se tournant légèrement, il ouvrit les yeux en fronçant les sourcils.

À peine l’eut-il fait qu’il tomba à la renverse.

Ce n’était vraiment pas la faute de l’élégant HanGuang-Jun de manquer ainsi de manière après un tel choc. N’importe quel homme qui se serait réveillé avec une gueule de bois le lendemain matin, voyant un autre homme allongé près de lui sans vêtement tout en constatant que sa propre veste était à moitié enlevée, et découvrant qu’ils étaient tous les deux entrelacés peau contre peau dans les mêmes draps, n’aurait eu que faire de l’élégance.

Wei WuXian couvrit une partie de sa poitrine avec la couverture, ne laissant dépasser que ses épaules lisses.

« Tu…, commença Lan WangJi.

Hmm ? ronronna Wei WuXian.

Cette nuit, je… »

Wei WuXian lui adressa un clin d’œil et sourit mystérieusement, son menton reposant dans sa main.

« Tu étais si audacieux cette nuit, HanGuang-Jun.

N’as-tu vraiment aucun souvenir de ce qui s’est passé cette nuit ? » l’interrogea Wei WuXian.

Lan WangJi ne se rappelait vraisemblablement de rien. Son visage était déjà aussi blanc que la neige.

Ce trou de mémoire tombait à pic. Autrement, si Lan WangJi s’était souvenu qu’il s’était faufilé dehors pour invoquer Wen Ning durant la nuit et lui avait demandé des comptes, ni mentir, ni dire la vérité n’auraient arrangé la situation.

Après avoir tant de fois échoué à taquiner Lan WangJi ou à s’être tiré une balle dans le pied en essayant, Wei WuXian retrouva finalement quelques-uns de ses anciens talents. Mais même s’il voulait continuer ce petit jeu qui fonctionnait, Wei WuXian souhaitait aussi amener Lan WangJi à boire de nouveau dans le futur, alors il ne devait assurément pas aller jusqu’à l’effrayer à vie, sinon Lan WangJi serait sur ses gardes, la prochaine fois. Wei WuXian souleva les couvertures et lui montra le pantalon et les bottes qu’il portait toujours.

« Quel homme ! HanGuang-Jun, ce n’était qu’une blague. Je t’ai juste retiré tes vêtements. Ta chasteté est toujours immaculée. Tu n’as pas été souillé. Ne t’inquiète pas. »

Lan WangJi était toujours figé sur place et ne répondit pas. Un bruit de verre brisé se fit entendre au centre de la chambre.

Le son était plutôt familier — c’était déjà la deuxième fois qu’ils l’entendaient. Les Pochettes Qiankun qui étaient sur la table s’agitaient de plus belle, balayant les tasses et la théière au sol. Cette fois, avec les trois parties du corps réunies, c’était encore plus violent. Cette nuit, l’un d’eux était désespérément ivre tandis que l’autre était désespérément tourmenté, alors évidemment, ils avaient totalement oublié leur duo. Wei WuXian s’inquiétait que Lan WangJi soit choqué plus que de raison et ne l’empale accidentellement sur le lit par impulsion.

« Plus sérieusement. Viens, allez ! Commençons par nous occuper de ça. », le pressa-t-il.

Il passa un vêtement autour de ses épaules, sauta du lit, et tendit une main à Lan WangJi, qui venait juste de se relever. Il voulait l’aider, mais donna plutôt l’impression de vouloir lui arracher ses vêtements. Lan WangJi ne s’était toujours pas remis du choc et recula, jusqu’à trébucher sur quelque chose, sous ses pieds. Baissant les yeux, il découvrit Bichen, qui était restée là, sur le sol depuis la veille.

Et, à ce stade, l’une des cordes qui maintenaient les pochettes fermée se délia. La moitié d’un bras cendré rampait déjà hors de l’ouverture étroite. Wei WuXian glissa sa main entre les vêtements à moitié ouverts de Lan WangJi et chercha, jusqu’à en ressortir une flûte.

« HanGuang-Jun, n’aie pas peur, d’accord ? Je ne vais rien te faire. C’est juste que tu m’as pris ma flûte hier soir. Je dois la récupérer. »

Après avoir dit cela, il réarrangea même le col de Lan WangJi avec considération et rattacha sa ceinture proprement.

Lan WangJi l’observa avec une expression compliquée, comme s’il voulait lui demander des détails quant à ce qui s’était passé après qu’il ait bu. Cependant, il avait l’habitude de s’occuper des tâches importantes en priorité, alors, refrénant ses questions, il reprit son air sérieux et sortit le guqin à sept cordes. Sur les trois Pochettes Qiankun, l’une contenait le bras gauche, une autre contenait les jambes, et la dernière contenait le torse. Les trois parties formaient déjà une grande partie du corps. Elles s’influençaient les unes les autres et l’énergie hostile s’en trouvait multipliée, les rendant plus dures à gérer qu’avant. L’agitation ne cessa qu’après qu’ils eurent joué Repos trois fois de suite.

Wei WuXian posa sa flûte. Il était sur le point de rassembler les parties du corps qui avaient roulé sur le sol quand il commenta soudainement :

« Notre cher ami n’a pas oublié de faire du sport ».

La ceinture de la robe funéraire sur le torse s’était desserré. Le col ouvert révélait le corps puissant et solide d’un homme dans la fleur de l’âge. Avec des épaules larges et une taille fine, en plus des muscles abdominaux finement ciselés, c’était le corps masculin qu’un nombre incalculable d’hommes rêvaient de posséder. Le regardant sous toutes les coutures, Wei WuXian ne put s’empêcher de tapoter ses abdominaux une ou deux fois.

« HanGuang-Jun, regarde-le. S’il avait été vivant et que je l’avais frappé, le coup aurait rebondi et m’aurait blessé. Comment diable s’est-il entraîné ? »

L’extrémité des sourcils de Lan WangJi sembla tressauter, mais il garda le silence. Cependant, contre toute attente, Wei WuXian le tapota deux fois de plus. Lan WangJi reprit finalement les Pochettes Qiankun, son visage demeurant inexpressif, et commença à sceller les parties du cadavre en silence. Wei WuXian lui fit de la place sur-le-champ. Peu de temps après, Lan WangJi termina de renfermer les différents morceaux dans les Pochettes, et fit même quelques doubles nœuds à chacune d’entre elles. Wei WuXian n’en pensa pas grand-chose. Il baissa les yeux sur son corps actuel, haussa les sourcils, et rattacha de nouveau sa ceinture, paraissant de nouveau proprement habillé.

Regardant sur le côté, il vit que Lan WangJi l’observait toujours après qu’il ait posé les Pochettes Qiankun, ses yeux emplis d’hésitation. Wei WuXian s’exclama exprès :

« HanGuang-Jun, pourquoi me fixes-tu ainsi ? Tu es toujours inquiet ? Crois-moi. Je ne t’ai vraiment rien fait, cette nuit. Bien sûr, tu ne m’as rien fait non plus. 

— … »

Lan WangJi réfléchit quelques instants. Comme s’il avait finalement pris une décision, il baissa la voix.

« Cette nuit, mis à part te prendre ta flûte, je…

Tu ? Qu’as-tu fais d’autre ? Rien de grave, vraiment. Tu as juste dis plein de choses. », répondit Wei WuXian.

La pomme d’Adam s’agita légèrement sur le cou aussi pâle que la neige de Lan WangJi.

« … Quel genre de choses ? l’interrogea-t-il.

Rien de très important. Du genre, mnn, par exemple, tu aimes vraiment… »

Le regard de Lan WangJi se figea.

« Tu aimes vraiment les lapins.

… »

Lan WangJi ferma les yeux et tourna la tête sur le côté. Wei WuXian ajouta, en considération :

« Tout va bien ! Les lapins sont si mignons — qui n’aime pas les lapins? Je les aime aussi, tu sais, dans mon assiette hahahahahaha ! Tiens, HanGuang-Jun. Tu as tellement bu hier soir… Euh, pas vraiment. Tu étais si ivre hier soir, que tu ne te sens probablement pas très bien, maintenant. Tu peux te laver le visage, boire un peu d’eau, puis te reposer un moment avant qu’on reprenne la route. Cette fois, le bras indique le Sud-Ouest. Je vais aller acheter de quoi petit-déjeuner en bas, je ne te dérange pas plus longtemps. »

Alors qu’il était sur le point de partir, Lan WangJi l’interrompit froidement.

« Attends.

Quoi ? », le questionna Wei WuXian en se retournant.

Lan WangJi le regarda fixement.

« As-tu de l’argent ? », demanda-t-il finalement.

Wei WuXian esquissa un sourire narquois.

« Oui ! Tu ne pensais tout de même pas que j’ignorais où tu gardes ton argent, n’est-ce pas ? Je te prendrai aussi de quoi manger, d’accord ? HanGuang-Jun, tu peux prendre ton temps. Nous ne sommes pas pressés. »

Il quitta la chambre et ferma la porte derrière lui. Dans le couloir, il se pencha et rit en silence pendant un bon moment.

Lan WangJi semblait particulièrement choqué. Il resta cloîtré dans la chambre et n’en sortit pas pendant un long moment. Tandis qu’il attendait, Wei WuXian flâna en bas, quitta l’auberge, et se balada dans le coin, achetant quelques collations au passage. Il s’assit sur les marches d’un escalier et profita d’un bain de soleil pendant qu’il mangeait. Après être resté assis là un moment, un groupe d’enfants âgés de treize-quatorze ans traversèrent la rue en courant.

L’enfant qui menait la troupe courait aussi vite que le vent, tenant une longue ficelle dans sa main. Au bout de celle-ci, un cerf-volant dansait dans les airs, virevoltant de haut en bas. Les enfants derrière lui avaient des arcs et des flèches factices, et criaient tout en pourchassant et tirant sur le cerf-volant.

Wei WuXian aimait aussi jouer à ce jeu, quand il était jeune. Le tir à l’arc était une discipline inévitable pour tous les disciples des sectes proéminentes. Cependant, la plupart n’aimait pas tirer sur une cible immobile. Mis à part les êtres maléfiques durant les chasses nocturnes, tirer sur des cerfs-volants était ce qu’ils aimaient le plus. Tout le monde en avait un ; quiconque volait le plus haut, le plus loin, et tirait avec la plus grande acuité était déclaré vainqueur. Ce jeu n’était, à l’origine, populaire que parmi les jeunes disciples des sectes de cultivation. Une fois connu du public, les enfants des familles ordinaires l’aimèrent également, même si, bien sûr, les dégâts qu’occasionnaient l’une de leur petites flèches n’avaient rien à voir avec ceux des talentueux disciples.

À l’époque où Wei WuXian vivait au Port aux Lotus et jouait à ce jeu avec les disciples de la Secte Jiang, il avait très souvent remporté la première place. Jiang Cheng, quant à lui, avait toujours été second. Ses cerfs-volants s’envolaient soit trop loin pour pouvoir être abattus, ou juste assez proches pour tirer, mais pas aussi éloignés que ceux de Wei WuXian. Leur cerf-volant faisait presque le double de ceux des autres, et ressemblaient à un monstre flottant. Il avait des couleurs vives et extravagantes, une large gueule ouverte, ainsi que quelques queues pointues qui claquaient dans le vent. De loin, il était incroyablement vif et vivant, pas vraiment effrayant, presque absurde. Il avait été fabriqué par Jiang FengMian lui-même, puis donné à Jiang YanLi pour qu’elle le peigne. C’était la raison pour laquelle, chaque fois qu’ils l’emmenaient avec eux pour affronter les autres, un sentiment de fierté les étreignait.

À cette pensée, les lèvres de Wei WuXian s’étirèrent en un sourire. Il ne put s’empêcher de lever la tête pour voir à quoi ressemblait le cerf-volant que les enfants faisaient voler. Il était entièrement doré, une sorte de masse ronde. Il se demanda en son for intérieur, “Quelle est cette chose ? Un pancake ? Ou quelque créature dont je n’ai jamais entendu parler ?”

Soudain, une bourrasque de vent souffla. Le cerf-volant n’était pas si haut que ça pour commencer et l’espace n’était pas ouvert, aussi fut-il immédiatement abattu au sol. L’un des enfants cria :

« Oh non, le soleil est tombé ! »

Wei WuXian comprit sur-le-champ. Ces enfants jouaient sûrement à imiter la Campagne de la Chute du Soleil.

Ils étaient dans la région de Yueyang. Quand la Secte QishanWen était au sommet de sa gloire, elle avait abusé de son pouvoir partout. Et, puisque Yueyang n’était pas très éloigné de Qishan, les gens d’ici avaient dû grandement souffrir, soit de la gêne causée par les bêtes qu’ils avaient relâchées, soit de la persécution de leurs cultivateurs arrogants. Après que la Campagne de la Chute du Soleil se soit achevée, la Secte Wen avait été annihilée grâce aux efforts combinés des autres sectes, et la fondation centenaire s’était instantanément écroulée. Aux alentours de la région de Qishan, beaucoup d’endroits avaient célébré la destruction de la Secte Wen avec des activités, qui s’étaient presque transformées en traditions. Ce jeu était sûrement l’une d’entre elles.

Les enfants stoppèrent leur chasse et, se rassemblant en pleine réflexion, commencèrent à discuter.

« Que faisons-nous ? Nous n’avons même pas abattu le soleil, qu’il est tombé de lui-même. Maintenant, qui est le chef ? »

Quelqu’un leva la main.

« Moi, bien sûr ! Je suis Jin GuangYao. J’ai tué le grand méchant de la Secte Wen ! »

Dans ce genre de jeux, le chef de tous les cultivateurs, LianFang-Zun 1, qui était actuellement le plus accompli de tous, était bien sûr le personnage le plus populaire. Bien que les origines de sa famille soit quelque peu disgracieuses, le fait qu’il se soit par la suite élevé à un tel rang était précisément la raison pour laquelle tant de gens le respectaient. Pendant la Campagne de la Chute du Soleil, il avait infiltré et travaillé pour la Secte QishanWen avec brio, leurrant tous les membres de la Secte Wen au point qu’un nombre phénoménal d’informations avaient été dévoilées, sans que ces derniers ne réalisent rien. Après la Campagne, par ses flatteries, sa présence d’esprit, et un nombre incalculable d’autres méthodes, il était finalement devenu Chef des Cultivateurs, méritant pleinement ce titre. Une telle vie pouvait même être considérée comme légendaire. S’il avait joué aussi, il aurait également voulu essayer d’être Jin GuangYao. Choisir ce garçon comme chef aurait été un choix très raisonnable !

Quelqu’un d’autre protesta.

« Mais je suis Nie MingJue ! J’ai remporté le plus de victoires sur le champ de bataille, et capturé le plus de gens. Je devrais être le chef !

Mais je suis le Chef des Cultivateurs ! » répondit “Jin GuangYao”

“Nie MingJue” agita son poing.

« Qu’est-ce que ça peut faire ? Tu restes mon frère cadet. Tu devras t’enfuir dès que tu me verras, de toute façon. »

“Jin GuangYao” joua effectivement le jeu, et resta dans son personnage. Les épaules tremblantes, il s’échappa en vitesse. Quelqu’un d’autre éleva la voix :

« Espèce d’idiot éphémère. »

Choisir d’incarner un cultivateur devait signifier qu’ils ressentaient une certaine admiration pour celui-ci.

« Jin ZiXuan, tu es mort encore plus tôt que moi, alors tu es encore plus éphémère ! », ragea “Nie MingJue”.

Quel mal y a t-il à être éphémère ? Je suis classé troisième, répondit “Jin ZiXuan”, sur la défensive.

Même si tu es troisième, ce n’est que pour ton visage ! »

L’un des enfants semblait fatigué après avoir tant couru puis être resté debout. Il se rendit également près des escaliers, et s’assit à côté de Wei WuXian. Agitant ses mains, il servit de médiateur entre les deux.

« D’accord, d’accord. Arrêtons de nous disputer. Je suis le Patriarche de YiLing, donc je suis le plus puissant. Alors, si vous insistez tant, je peux être le chef. »

Wei WuXian, « … »

Il baissa le regard. Il y avait réellement un petit bâton de bois coincé dans la ceinture du garçon, probablement Chenqing 2.

Seuls des enfants naïfs comme lui pouvaient daigner être le Patriarche YiLing, ne prenant en compte que la puissance, sans réfléchir s’il était bon ou mauvais.

Quelqu’un d’autre fit irruption.

« Non. Je suis SanDu ShengShou 3. Je suis le plus puissant. »

Le “Patriarche de Yiling” répondit comme s’il savait tout :

« Jiang Cheng, comment pourrais-tu être meilleur que moi ? Y a-t-il ne serait-ce qu’une fois où tu n’as pas perdu contre moi ? Comment oses-tu dire que tu es le plus puissant ? N’as-tu pas honte ? 

Hmph, je ne peux pas être meilleur que toi? Te rappelles-tu comment tu es mort ? »

Le léger sourire sur le visage de Wei WuXian se fana immédiatement.

C’était comme s’il avait été soudainement piqué par une aiguille empoisonnée. Une douleur floue mais perçante se fit sentir dans tout son corps.

Le “Patriarche de Yiling” assis près de lui tapa dans ses mains.

« Regarde-moi ! Chenqing dans ma main gauche, le Sceau du Tigre dans ma droite, ainsi que le Général Fantôme — Je suis invincible ! Hahahaha… »

Tenant un bâton dans sa main gauche et une pierre dans sa droite, il rit pendant un bon moment.

« Où est Wen Ning ? Montre-toi ! »

Un enfant leva une main derrière la foule et répliqua fébrilement :

« Je suis là… Euh… Je voudrais juste dire… Quand la Campagne de la Chute du Soleil a eu lieu, je n’étais pas encore mort… »

Wei WuXian sentit qu’il avait vraiment besoin de les interrompre.

« Cultivateurs, pourrais-je poser une question ? », demanda-t-il.

Quand les enfants jouaient à ce jeu, aucun adulte ne s’en était jamais mêlé. Sans parler du fait qu’il ne s’agissait pas d’une remontrance, mais d’une question sérieuse. Le “Patriarche de YiLing” le regarda avec un mélange d’émerveillement et de prudence.

« Que veux-tu demander ?

Pourquoi n’y a-t-il personne de la Secte GusuLan ? l’interrogea-t-il.

Il y en a.

Où sont-ils ? »

Le “Patriarche de YiLing” pointa du doigt un enfant qui n’avait pas pipé mot du début à la fin.

« C’est lui. »

Wei WuXian le regarda. L’enfant avait des traits délicats, l’ébauche d’un charmant, bel homme. Une corde blanche attachée autour de son front lisse, au lieu d’un ruban frontal.

« Qui est-ce ? » demanda-t-il.

Le “Patriarche de YiLing” cracha avec dédain :

« Lan WangJi. »

…Bien. Ces enfants avaient saisi l’essence du personnage. Quelqu’un agissant comme Lan WangJi se devait effectivement de fermer la bouche et de rester silencieux !

Sans raison, un sourire étira de nouveau les lèvres de Wei WuXian.

L’aiguille empoisonnée avait été retirée, et jetée quelque part dans un coin. Toute la douleur s’était instantanément volatilisée. Wei WuXian murmura pour lui-même :

« Comme c’est étrange. Comment quelqu’un d’aussi ennuyant que lui peut-il toujours me rendre aussi heureux ? »

Quand Lan WangJi descendit les escaliers, il vit Wei WuXian qui y était assis. Un groupe d’enfants faisait de même autour de lui, et ils mangeaient des petits pains de viande à la vapeur, ensemble. Wei WuXian mangeait le sien tandis qu’il dirigeait deux enfants qui se tenaient dos-à-dos devant lui.

« …Maintenant, devant vous, il y a des milliers de cultivateurs de la Secte Wen. Ils sont tous lourdement armés et vous encerclent si étroitement que pas même une seule goutte d’eau ne pourrait passer entre eux. Vos yeux devraient être plus durs. Oui, c’est ça. D’accord, Lan WangJi, fais attention ici. Tu n’es pas dans ton état normal. Tu es couvert de sang ! Il y a beaucoup de pulsions meurtrières ! Tu as l’air vraiment effrayant ! Wei WuXian, rapproche-toi de lui. Sais-tu comment faire tournoyer la flûte ? Laisse-moi te voir le faire, d’une seule main. Sois plus cool. Sais-tu comment avoir l’air cool ? Viens là, laisse-moi te montrer. »

“Wei WuXian” répondit et lui donna le petit bâton. Wei WuXian fit adroitement tournoyer “Chenqing” entre ses doigts, causant ainsi un attroupement d’enfants autour de lui, béats d’admiration.

Lan WangJi, « … »

Il marcha silencieusement vers eux. Voyant qu’il était là, Wei WuXian épousseta son pantalon et dit au-revoir aux enfants. Parvenant enfin à se lever, il marcha tout en riant, comme s’il avait ingurgité quelque substance étrange.

Lan WangJi : « … 

Hahahahahaha Je suis désolé, HanGuang-Jun. Je leur ai donné tout ce que j’avais acheté pour ton petit-déjeuner. Achetons-en de nouveau plus tard.

Mnn.

À quoi penses-tu? Ces deux enfants n’étaient-ils pas mignons ? Devine qui celui qui avait une corde nouée autour de son front prétendait-il être, hahahaha… »

Après être resté muet un moment, Lan WangJi ne put finalement pas se retenir davantage.

« …Qu’ai-je réellement fait d’autre, hier soir ? »

Ce n’était définitivement pas aussi simple que cela. Sinon, qu’est-ce qui aurait pu faire tant rire Wei WuXian jusqu’à maintenant ???

Ce dernier agita rapidement ses mains.

« Non, non, non. Tu n’as vraiment rien fait. Je suis juste ridicule, hahahahahaha… D’accord. Ahem. HanGuang-Jun, je vais te parler sérieusement maintenant.

Parle. », l’invita Lan WangJi.

Wei WuXian prit un air impassible.

« Les bruits de coups contre les cercueils du cimetière du Clan Chang s’étaient éteints depuis dix ans. Qu’ils reprennent soudainement, ce n’est définitivement pas une coïncidence. Il doit y avoir une autre raison à ça.

Que penses-tu que ce soit ? le questionna Lan WangJi.

Bonne question. Je crois que c’est dû à l’exhumation du cadavre.

Mnn. »

Son expression était si concentrée qu’elle rappela à Wei WuXian à quel point il avait eu l’air sincère tandis qu’il tenait ses doigts, la nuit dernière, alors qu’il était ivre. Se retenant douloureusement de rire, Wei WuXian poursuivit avec sérieux.

« Je pense que le démembrement du corps n’était probablement pas une simple recherche de vengeance et un épanchement de haine, mais une forme malveillante de répression. La personne qui a coupé le cadavre a intentionnellement choisi ces endroits hantés par des êtres maléfiques pour placer les parties du corps.

Combattre le feu par le feu. Ils s’équilibrent et se contiennent mutuellement.

C’est ça, confirma Wei WuXian. Puisque le fossoyeur a déterré le corps hier, il n’y avait plus rien pour réprimer les esprits rancuniers du Clan Chang, alors ces bruits de coups frappés contre les cercueils ont repris. C’est exactement comme le Hall aux Épées de la Secte QingheNie qui réprimait les esprits des sabres et des murs emplis de cadavres. Peut-être même que cette technique dérive du Hall aux Épées de la Secte QingheNie. Il semblerait que cette personne soit connectée à la fois à la Secte QingheNie et à la Secte Gusu Lan. J’ai bien peur que nous ayons affaire à un adversaire redoutable.

Il n’y a que peu de personnes correspondant à ces critères.

Ouaip. La vérité se dévoile peu à peu. Et, puisque notre adversaire a déjà commencé à déplacer les parties du cadavre, ça veut dire qu’il a, ou qu’ils ont, commencé à devenir nerveux. Ils se mettront bientôt de nouveau à l’œuvre, c’est évident. Même si nous n’allons pas les chercher, ils viendront à nous. Tandis qu’ils fouillent les alentours, ils laisseront d’autres indices derrière eux à coup sûr. Mais nous aurons probablement besoin d’accélérer le rythme, nous aussi. Il ne reste que la main droite et la tête. Après ça, nous devrons aussi arriver avant qu’ils ne le fassent. »

Ils voyagèrent en direction du Sud-Ouest. Cette fois, la main fantôme indiquait Shudong, un endroit renommé pour son brouillard épais.

C’était une ville maudite que personne, dans la région, n’osait approcher.


Notes de traduction :

1 LianFang-Zun : C’est le titre honorifique de Jin GuangYao, le chef actuel de la Secte LanlingJin, et de tous les cultivateurs, ainsi que le frère juré de Lan Xichen.

liǎn signifie retenir/dissimuler

fāng  signifie parfum

zūn est un suffixe honorifique (qui donnera le fameux -kunくん japonais, bien que le sens ne soit pas le même, zūn étant plus respectueux).

A noter que Jin GuangYao est composé de 金jīn (doré, argent) guāng (lumière) et   yáo  (jade précieux).

Son nom de naissance est  Meng Yao :Mèng (aîné, grand/éminent, premier mois d’une saison) Yáo (jade précieux).

Vous pouvez aller voir le Guide des Sectes et des Noms pour plus d’informations.

2 Chenqing : La « flûte fantôme » de Wei WuXian, quand il était encore le Patriarche de YiLing.

3 SanDu ShengShou (三毒圣手 Sāndú shèngshǒu) : Littéralement, « Maître des Trois Poisons », le titre honorifique de Jiang Cheng. Les Trois Poisons (avarice, colère, ignorance) sont considérés comme étant la source de tous les maux dans le bouddhisme.

Son nom de courtoisie est WanYin : wǎn  (nuit) yín  (chant), c’est à dire 晚吟 : chant nocturne.

Son nom de naissance est Cheng ( chéng – clair)


Avertissement de Leaf à propos de l’arc à venir :

Sur ce, toute l’équipe et moi-même vous souhaitons une agréable visite de la région et un heureux séjour. Afin que votre voyage se déroule dans les meilleures conditions possibles, nous vous recommandons d’éloigner de vous tout ce qui pourrait vous blesser, comme des sentiments ou votre sensibilité. Pour votre première visite, nous sommes heureux de vous fournir ce kit de survie, comprenant du chocolat, et un doudou.

Chapitre 31 | Index | Chapitre 33

S’abonner
Notifier de
guest
11 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
Archangedenfer1 Popo
Archangedenfer1 Popo
1 année

Merci pour ce nouveau chapitre les filles *.*

Aralorn
Aralorn
1 année

Super chapitre qui fait parfaitement suite au précédent ! Je l’ai lu avec un sourire au lèvres en me rappelant de Lan Wangi ivre.

Félicitations à toute la team et un énorme merci!

AruBiiZe
AruBiiZe
1 année

Ce Lan WangJi qui se pose des questions est vraiment trop adorable !! *câlin câlin*

Et Wei WuXian qui tate le torse d’un mort… Ahahaha mon dieu ! Dans quelque monde vivent-ils ?

J’ai fondu comme une guimauve sur un feu de bois devant cette « réflexion »:
« Comme c’est étrange. Comment quelqu’un d’aussi ennuyant que lui peut-il toujours me rendre aussi heureux ? »
*Kya Kya*

Merci beaucoup poue ce chapitre ! 😀
Je suis parée pour les prochains ! Je vous attends ! x)

Dathkhean
Dathkhean
1 année

J’ai tout dévoré en une journée tellement je suis à fond dedans, ça m’as bien amusé ces deux derniers chapitres ! J’ai jamais vu quelqu’un ivre de cet manière, c’est vraiment drôle et encore plus le lendemain ahaha !
Vous faites un travail génial ! ♥

PS : Par contre ce chapitre n’apparaît pas dans l’index >u<

Dathkhean
Dathkhean
Répondre à  NoirSoleil
1 année

Grâce à vous je lis des passages ou des pensées qu’on as pas forcement eu dans l’anime et je n’en suis que plus ravis ♥ Et puis vu la quantité qui reste, on a de quoi lire et ça, ça m’enchante 8)
Et de rien o/

Agent Ily
Agent Ily
1 année

Merci pour ce chapitre !

« Tout va bien ! Les lapins sont si mignons — qui n’aime pas les lapins? Je les aime aussi, tu sais, dans mon assiette hahahahahaha ! »
« Il ne put s’empêcher de lever la tête pour voir à quoi ressemblait le cerf-volant que les enfants faisaient voler. Il était entièrement doré, une sorte de masse ronde. Il se demanda en son for intérieur, “Quelle est cette chose ? Un pancake ? »

C’est moi ou Wei WuXian à un lien très fort avec la nourriture x) ?

(Et merci pour le kit XD !)

Aralorn
Aralorn
1 année

Avez-vous une petite idée de quand sortiront les prochains chapitres ? Merci par avance

Aralorn
Aralorn
Répondre à  NoirSoleil
1 année

Vous faites vraiment un super travail😁. J’ai conscience du temps que cela demande 🤗 . J’avais juste peur que le projet soit mis en suspens en voyant que le trailer de la saison 2 de l’anime est sorti récemment 🙄.

Nectarine
Répondre à  NoirSoleil
1 année

L’IRL a la priorité, tout le monde le comprend !
Vivement que vous puissiez vous y remettre !
Bon courage.