The Scum Villain’s Self Saving System – Chapitre 44

Précédent | Index | Suivant

Traduction par Kéliane, correction par Yukiko

Chapitre 44 : Renaissance manuelle

A la frontière –

La brise nocturne était vive et sifflait  entre les maisons éparpillées de la ville minuscule.

Tout le long de la rue, un seul petit salon de thé laissait échapper une lumière chaude, lui donnant un peu de vie.

La « frontière » n’était pas celle entre deux pays ou deux villes, mais plutôt entre le Monde Démoniaque et le Monde Humain.

Les deux races étaient séparées dans des mondes différents. A l’origine, l’Abîme Infini occupait l’espace entre les deux et servait de cloison, mais il y avait toujours quelques points faibles dans la formation qui maintenait les deux mondes séparés, ce qui provoquait un désordre du temps et de l’espace. On trouvait souvent des habitants des deux mondes qui passaient par ces points pour s’enfuir, et des choses comme se faufiler malicieusement de l’autre côté de la frontière étaient également courantes.

Aucune personne normale ne voudrait vivre dans un endroit où la race des démons allait et venait comme une ombre, volant des choses un jour avant de commettre un meurtre et un incendie criminel le lendemain. C’est pourquoi la population à la frontière était devenue de plus en plus rare. Même si c’était autrefois une métropole florissante, beaucoup de gens avaient déménagé lorsque l’espace entre les différents mondes avait commencé à s’amenuiser de plus en plus. Seuls les disciples des sectes venues réparer la frontière étaient restés derrière pour la garder.

Lu Liu versa un bol de vin chaud pour le nouveau venu, échangeant des salutations avec lui et quelques autres personnes alors qu’ils entouraient le poêle.

« Ge, d’où viens-tu ?

— Du sud.

— Oh, de là ? »

Les gens se regardèrent avant d’esquisser des expressions compréhensives.

« Ce n’est pas facile de traverser cette zone en ce moment, n’est-ce pas ? »

Le nouveau venu leva son bol de vin et fronça les sourcils.

« Qui a dit que c’était le cas ? Il y a une bagarre presque tous les jours. Personne ne peut supporter ce genre de souffrance. »

Quelqu’un s’approcha depuis l’angle :

« La montagne Cang Qiong et le palais Huan Hua peuvent tous deux être considérés comme faisant partie des quatre grandes sectes, alors pourquoi ont-ils causé tant de problèmes ces dernières années ? Les disciples des deux côtés ne peuvent pas passer une journée sans se battre s’ils se voient. Pourquoi les deux maîtres de secte ne font-ils pas quelque chose ?

— Combien d’années as-tu passé dans ce lieu maudit et abandonné des dieux ? demanda Lu Liu. Tu es parti depuis trop longtemps. Ces disciples ne se battent si furieusement que parce que ces deux maîtres de Secte ont tacitement accepté ! »

— Pourquoi cela ? Liu-ge, tu devrais l’expliquer un peu.

Lu Liu s’éclaircit la gorge et déclara :

« C’est compliqué à expliquer. Savez-vous qui est l’actuel chef du palais Huan Hua ? »

« J’ai entendu dire qu’il s’agit d’un jeune morveux. »

Lu Liu rit froidement.

« Si Luo Binghe peut être appelé un jeune morveux, alors toi et moi n’avons plus besoin de vivre. Ce n’est pas une tâche facile de parler de ce Luo Binghe. Il est issu de la secte de la montagne Cang Qiong et était le disciple principal de Shen Qingqiu du pic Qing Jing. À l’époque, lors de la Conférence de l’Alliance Immortelle, il était largement en tête du classement. C’était vraiment impressionnant ».

Quelqu’un d’autre s’en mêla, sans être convaincu :

« S’il venait de la secte de la montagne Cang Qiong, alors comment peut-il être le chef du palais Huan Hua ?

— Après la Conférence de l’Alliance Immortelle, Luo Binghe a disparu pendant trois ans, et personne ne savait où il était allé ni ce qu’il avait fait pendant ces trois années. À l’époque, Shen Qingqiu avait déclaré qu’il était décédé, de fait tout le monde croyait qu’il était déjà mort. Qui aurait pu penser que, trois ans plus tard, il reviendrait en tant que figure majeure du palais Huan Hua ? Il a forcé Shen Qingqiu à s’autodétruire à ce moment-là, dans la ville de Huayue.

— Je n’ai jamais pu comprendre cela, intervint le nouveau venu. Ce Shen Qingqiu a-t-il été lésé ou méritait-il de mourir ?

— Qui peut le dire, répondit Lu Liu. La secte de la montagne Cang Qiong s’est définitivement unifiée dans son traitement des étrangers : elle bat tous ceux qui en parlent. Leur secte a toujours été comme ça ; ils reconnaissent la famille, pas la logique. Ils ne permettent même pas aux autres de bavarder sur quelque chose de résolu et définitif comme la défection de Shang Qinghua du pic An Ding vers le monde des démons. Peu de temps après ce qui s’est passé à la ville de Huayue, la position de chef du palais de Huan Hua a changé de mains. Luo Gongzhu a pris sa retraite, et vous ne pouvez désormais même plus croiser son ombre. Luo Binghe est devenu l’autorité dominante, et si quelqu’un venait à en parler, il le tuerait.

— Tout ça à cause d’un mort, murmura quelqu’un.

— Le trouble que cette personne décédée a causé n’était pas petit, répliqua Lu Liu. Shen Qingqiu appartenait à la secte de la montagne Cang Qiong, et il était aussi le Seigneur du Second Pic. Son corps aurait certainement dû être renvoyé au pic Qing Jing pour être enterré avec les précédents Seigneurs du Pic – mais le problème est que Luo Binghe a refusé de restituer le corps.

Tout le monde imagina Luo Binghe faire quelque chose comme fouetter le cadavre et le mettre en exposition, et les poils de leurs corps se hérissèrent.

« S’il refuse de le rendre, pourquoi la secte de la montagne Cang Qiong ne le volerait-elle pas de force ? Le seigneur du pic Bai Zhan est toujours là ».

Lu Liu haussa les épaules.

« Il ne peut pas le vaincre.

— Quoi ?! »

La vision du monde de chacun fut détruite. Dans l’esprit des gens ordinaires, le seigneur du pic Bai Zhan avait toujours été comme un dieu de la guerre invaincu. « Il ne peut pas le vaincre » était quelque chose de… vraiment inacceptable.

« Vous ne savez pas ? reprit Lu Liu. Après la ville de Huayue, Liu Qingge du pic Bai Zhan s’est battu d’innombrables fois avec Luo Binghe, mais il n’a jamais gagné une seule fois ! Et ce n’est pas terminé. Après qu’il a ramené le corps de Shen Qingqiu au palais Huan Hua, quelques jours seulement se sont écoulés avant que Luo Binghe n’enlève personnellement Mu Qingfang du pic Qian Cao.

— Le pic Qian Cao s’est toujours tenu à l’écart des affaires mondaines, en soignant les blessés et en secourant les mourants, fit remarquer quelqu’un d’autre. Comment a-t-il provoqué ce tyran ?

— Luo Binghe l’a traîné au palais Huan Hua et lui a demandé de ressusciter Shen Qingqiu, expliqua Lu Liu en soupirant. Son corps était déjà rigide. Qu’y avait-il à faire revivre ?

— Quand j’ai vu les deux camps se battre, la secte de la montagne Cang Qiong aimait appeler le palais Huan Hua « le laquais de la race démoniaque », reprit le nouveau venu. Pourquoi disent-ils cela ?

— C’est parce que toute la secte de la montagne Cang Qiong, pour une raison quelconque, continue d’insister sur le fait que Luo Binghe est associé à la race des démons. Même si d’innombrables anciens du temple Zhao Hua l’ont personnellement inspecté et ont constaté que l’énergie spirituelle dans le corps de Luo Binghe fonctionnait normalement, la secte de la montagne Cang Qiong persiste toujours à l’appeler ainsi… Ils continuent de chercher vengeance les uns contre les autres, et la haine entre les deux sectes ne cesse de croître. À mon avis, il y aura un jour où tout basculera et où plus personne n’aura besoin de vivre. »

Quand il arriva à la fin, il n’oublia pas de les consoler un peu.

« On peut aussi considérer que ce n’est pas une si mauvaise chose que nous ayons été envoyés pour garder la frontière, tranquillement et sans rien faire.

— Je ne comprends toujours pas ce qui s’est passé entre ce duo de maître et disciple et les deux sectes, reprit la personne dans l’angle, confuse.

— Une explication possible est une haine aussi profonde que la mer. Mais il reste une autre explication que moi, le vieux Lu, je trouve plus crédible. Laissez-moi vous dire…

Lu Liu était sur le point de poursuivre joyeusement quand, soudain, un bruit de coups retentit contre la porte.

Tout le monde dans la pièce entra instantanément en état d’alerte, et leur épuisement et leur inertie antérieurs furent balayés d’un coup, chacun préparant ses propres armes.

La population à la frontière était peu nombreuse, et elle était extrêmement morne et désolée. C’était la seule équipe stationnée en permanence dans la ville pour garder la frontière, et ceux qui patrouillaient à l’extérieur ne reviendraient pas si vite. Les quelques habitants restants ne venaient pas davantage chercher la mort au milieu de la nuit en se promenant dans les parages.

Personne ne répondit depuis l’intérieur de la salle. Après une longue pause, il y eut deux autres coups sur la porte.

« Qui est-ce ? » demanda Lu Liu avec sévérité.

Soudain, un vent froid souffla, éteignant la lampe à huile et les bougies sur la table. La pièce fut instantanément plongée dans l’obscurité totale, seule la faible lumière rouge du charbon du poêle continua à brûler.

L’ombre d’un homme portant une épée sur son dos se refléta contre la fenêtre en papier de la porte. La personne répondit d’une voix forte et claire :

« Liu-ge, c’est moi. Il faisait trop froid aujourd’hui, alors je suis revenu le premier. Laisse-moi vite entrer que je puisse boire une tasse de vin pour me réchauffer ».

Tous les autres laissèrent échapper les souffles qu’ils retenaient et le réprimandèrent.

« Veux-tu mourir, vieux Qin ? Frapper à la porte sans rien dire – si nous n’avions pas eu de connaissances sur le sujet, nous aurions pensé que tu avais été mangé par un fantôme ! »

La personne à l’extérieur de la porte gloussa. Lu Liu sentait que quelque chose n’allait pas, mais il n’arrivait pas à savoir exactement ce que c’était, alors il répondit « Entre » et ouvrit la porte.

Une rafale de vent froid souffla directement de l’extérieur. C’était complètement désert.

Lu Liu claqua la porte.

« Allumez la lampe ! Allumez la lampe, allumez la lampe ! »

Le nouveau venu se tourna, alluma une flamme avec ses doigts légèrement tremblants, et la lumière dansante du feu projeta leurs ombres. Il n’avait pas encore allumé la bougie qu’il se retourna de nouveau.

« Liu-ge, je… je veux te demander quelque chose, bégaya-t-il.

— Pourquoi perds-tu du temps ? répondit Lu Liu avec impatience.

— Il n’y avait que six personnes dans cette pièce avant, n’est-ce pas ? questionna le nouveau venu. Mais quand je regarde maintenant autour de moi, pourquoi … Semble-t-il y en avoir sept ?

Un silence de mort s’abattit.

Soudain, il y eut une explosion de bruit. Nul ne sut qui bougea le premier, mais les sons des cris et des armes qui s’entrechoquaient se mélangèrent, venant de toutes les directions. Lu Liu cria :

« Lumière ! Lumière ! »

Tout le monde s’empressa de créer des flammes, mais leurs mouvements étaient trop chaotiques : les flammes se mirent à danser sauvagement tandis que leurs ombres tremblaient violemment, oscillant au point de leur donner le vertige. Plus il y avait de lumière, moins ils étaient capables de discerner qui était qui. Chacun craignait de blesser quelqu’un de son côté, par conséquent, ils n’osèrent pas agir sans pitié, laissant la chose qui s’était infiltrée récolter les fruits de leur confusion. Il y avait une griffe par-ci, un couteau par-là, et Lu Liu était en train de maudir le monde entier quand quelque chose s’accrocha subitement à son cou.

Ses yeux roulèrent vers le haut alors que ses pieds quittaient lentement le sol, incapables de voir ce qui l’étouffait. Juste au moment où il pensait que sa vie allait s’arrêter sur-le-champ, la porte s’ouvrit brusquement et un vent violent pénétra. Une figure humaine se précipita à l’intérieur.

Sans le voir exécuter de mouvements particuliers, Lu Liu entendit un cri étrange près de son oreille, qui semblait provenir de la chose qui l’étouffait. Par la suite, l’emprise de celle-ci autour de sa gorge se relâcha.

Les six personnes à l’intérieur de la pièce étaient encore très secouées, et certaines étaient déjà couchées sur le sol. La personne claqua des doigts, et toutes les lampes à huile de la pièce s’allumèrent en même temps.

Il se pencha un instant pour inspecter ceux qui reposaient à terre avant de se lever et de dire :

« Indemnes. Ils se sont juste évanouis ».

Cette personne était couverte de boue noire et avait l’air tout droit sortie d’une tombe. De plus, son visage était couvert d’une barbe, qui dissimulait ses traits de façon très dense. Sa silhouette était clairement mince, mais son visage donnait l’impression qu’il s’agissait d’un grand homme costaud avec des favoris. Lu Liu réussit finalement à arrêter de tousser, et il le regarda de haut en bas durant un moment avant de placer ses mains en coupe et de lui dire :

« Tous… Tous mes remerciements à votre Excellence d’avoir chassé ce démon à l’instant même ! »

La personne plaça une main sur son épaule.

« Il y a quelque chose que je souhaiterais vous demander. »

— Faites, je vous en prie.

— En quelle année sommes-nous ? demanda l’autre.

Lorsque Shen Qingqiu avait roulé et rampé jusqu’au bas de la montagne, complètement recouvert de boue, il avait vraiment voulu détruire Airplane Shooting Towards the Sky plus de dix mille fois. Détruire son âme, ou détruire son fondement, les deux convenaient.

À l’époque, la méthode de sauvetage qu’il avait le plus envisagée avait été de simuler sa mort.

Mais quel était l’intérêt de faire cela ? Il pouvait trouver une marionnette ou quelqu’un qui lui ressemblait pour mourir à sa place afin de pouvoir s’éclipser et s’échapper, mais les dramas avaient déjà surutilisé ce trope !

Par conséquent, la méthode qu’il avait utilisée était en fait de mourir réellement.

Ce jour-là, il s’était honnêtement, véritablement autodétruit, et il avait accompli une bonne action en partant, en drainant une grande part de l’énergie folle et incontrôlable du corps de Luo Binghe. Il n’était même pas exagéré de dire que ses veines spirituelles avaient été réduites en poussière.

Face à la mort, il ne pouvait que se battre pour survivre.

Le surnom de la Graine de Fleur de Rosée du Soleil et de la Lune, « Graine de Chair », prenait tout son sens littéral. Même si cette graine n’était pas très utile à la cultivation, elle était quand même issue de la synthèse de l’énergie spirituelle du monde et de l’essence du soleil et de la lune. Si sa graine était plantée et cultivée dans un endroit abondant en énergie spirituelle, méticuleusement moulée et vigoureusement arrosée, elle était capable de faire pousser un corps humain vivant au moment de sa maturation. Néanmoins, bien que le corps humain puisse être cultivé, il n’y avait aucun moyen de créer une âme en utilisant cette méthode. En d’autres termes, ce qui était cultivé était une coquille vide, sans âme, et ne pouvait pas être plus adaptée pour servir de vaisseau.

Ce n’était plus seulement un rêve de « planter un petit Shen au printemps et récolter un grand Shen à l’automne » !

Mais ce n’était pas comme si la Graine de Rosée était un gros chou blanc que l’on pouvait faire pousser si l’on se contentait de l’arroser d’un peu d’engrais. Shen Qingqiu avait ruiné plusieurs pousses de Graine de Chair avant d’en faire finalement pousser une qui n’était pas malformée.

Shang Qinghua et lui avaient calculé diverses coordonnées bien à l’avance et mis en place des opérations à distance. Ils avaient installé un sort de téléportation sous le plus haut bâtiment de la ville de Huayue, et lorsque la lumière du soleil avait été à son paroxysme, Shang Qinghua avait dressé un sceau de propulsion vers la montagne Cang Qiong. Une fois que l’âme de Shen Qingqiu avait quitté son corps, elle avait été transportée vers la Graine de Rosée mûre qu’ils avaient profondément enterrée depuis longtemps dans les montagnes de la frontière.

Trois lieux, trois sceaux. Lorsqu’ils étaient connectés, ils formaient la forme la plus équilibrée, celle d’un triangle équilatéral. Cela aurait dû être complètement stable, complètement fiable.

Le seul défaut résidait dans une certaine personne.

Grand Dieu Airplane Shooting Towards the Sky était beaucoup trop fiable.

Même si les erreurs que Shen Qingqiu redoutait ne s’étaient pas produites, comme « ses bras et ses jambes n’ont pas fini de pousser » ou « une partie essentielle de son corps a oublié de pousser », une Graine de Fleur de Rosée du Soleil et de la Lune qui avait été contrainte à mûrir trop tôt en utilisant des engrais chimiques présentait effectivement quelques effets secondaires.

Quand il s’était tout d’abord éveillé, Shen Qingqiu avait attendu tranquillement pendant un certain temps, mais il n’avait pas entendu cet abominable bip de Google Traduction.

Son cœur s’était déchaîné de joie : Le système ne se pointe pas, hahaha le système ne se pointe pas ! J’ai changé de matériel, je ne suis pas prêt de réinstaller ton logiciel virus hahaha ! Même s’il n’avait été que temporairement mis à l’aise, il n’avait pas pu s’empêcher de danser de joie… Danser de joie, son cul.

Son corps entier était encore enseveli dans la boue, incapable de bouger !

Il était resté enterré toute une journée, accumulant des forces d’abord dans ses doigts jusqu’à ce qu’il puisse contrôler ses membres. C’était seulement après cela que Shen Qingqiu avait pu sortir en tremblant.

Au moment où il s’était libéré de la saleté, il n’avait pas encore profité de l’air pur et frais de la liberté qu’il était tombé la tête la première. Ah, son corps ne l’écoutait plus. Il s’était retrouvé couché sur le sol.

Pendant toute une journée, il s’était retrouvé à faire des exercices d’échauffement tout en marchant, et ce n’était qu’une fois la nuit tombée que sa posture avait semblé être celle d’une personne normale. En tout cas, il ne marchait plus avec le même bras et le même pied en avant.

Il avait basé l’apparence de ce corps sur celle que lui, Shen Yuan, avait à l’origine dans sa vie passée. Ce n’était pas aussi bien que l’attitude immortelle de Shen Qingqiu, mais on pouvait quand même considérer qu’il s’agissait d’un assez beau corps. La seule chose, c’était qu’il dégageait un sentiment de découragement, comme s’il s’agissait d’un joli garçon assis en attendant la mort. Mais comme ils avaient utilisé un peu de son sang pour faire pousser la Graine de Rosée, cela devait quand même avoir un certain effet, quoi qu’il arrive. Lorsque Shen Qingqiu s’était roulé au bord du ruisseau et avait utilisé le bord tranchant d’une pierre pour se raser la barbe et jeter un coup d’œil, il avait pu constater que ce visage ressemblait encore à trente ou quarante pour cent à celui de Shen Qingqiu. Il avait repris sa barbe en silence et l’avait recollée sur son visage.

Après cela, il avait finalement réussi à descendre de la montagne et à attraper quelqu’un sur le bord de la route pour l’interroger – Bordel de merde, cinq ans avaient déjà passé !

Il pouvait comprendre que la raison pour laquelle son corps n’était pas coordonné ou refusait occasionnellement de bouger après son réveil tenait au fait qu’un certain temps était nécessaire pour s’adapter et se reconfigurer, mais comment se faisait-il qu’il soit resté enterré pendant cinq ans avant de se réveiller  ?

Il n’eut de cesse de se plaindre, mais en fin de compte, ce corps… débordait tout simplement d’énergie spirituelle !

Si le corps du Shen Qingqiu original n’avait pas eu de « Sans Traitement » causant occasionnellement des problèmes, alors il aurait tout aussi bien pu être considéré comme ayant une énergie spirituelle abondante. La seule différence était que s’il la comparait à la sensation qu’il avait présentement, cela revenait à comparer deux barres de batterie (encore suffisantes pour être utilisées) à une barre de batterie pleine (tout juste débranchée après qu’elle a fini de se charger). Ou, en d’autres termes, on pouvait tout simplement le qualifier de générateur !

Pouvait-on considérer que c’était comme se débarrasser de son ancien soi et le remodeler complètement ?

Était-ce le signe que sa vie de protagoniste allait aussi commencer ?!

Après de nombreuses années, c’était la première fois que Shen Qingqiu avait l’impression d’avoir gagné un peu de dignité en tant que réincarné, la première fois qu’il sentait que l’incompétent qu’il était ne traînait plus dans la longue lignée des personnes âgées qui s’étaient réincarnées avant lui !

Lorsqu’il se reconcentra, Lu Liu parlait toujours sans s’arrêter.

« Le problème de l’invasion de la race démoniaque ces dernières années est devenu de plus en plus sérieux. Toutes sortes de monstres se sont déversées dans le Royaume Humain, et je crains qu’une énorme bataille ne soit sur le point de… Oh, je n’ai toujours pas demandé le nom de votre Excellence ? »

Le « Haha Je suis l’Épée Xiu Ya Shen Qingqiu, Seigneur du Pic Qing Jing de la secte de la montagne Cang Qiong des Plaines Centrales » de Shen Qingqiu n’atteignit même pas sa gorge avant d’exécuter un virage brusque. De justesse, de justesse, il avait failli utiliser son ancien nom. Il ne put momentanément pas penser à un autre, et il hésita une seconde avant de cracher résolument deux mots, « Peerless Cucumber ». Son passé partit en fumée. À partir d’aujourd’hui, il sortirait des sentiers battus et utiliserait cet ID qui avait balayé les sites de critiques de livres pendant d’innombrables années.

Après avoir fini de parler, Shen Qingqiu s’éclipsa, laissant derrière lui une salle pleine de gens figés.

Une longue pause plus tard, le nouveau venu murmura :

« Est-ce qu’il vient de dire… Peerless… qu’est-ce que c’était ?

— Peerless… Chrysanthemum ? supposa Lu Liu. (黄花 ‘huang hua’ sonne comme 黄花 ‘huang gua’ : concombre en chinois).

— N’était-ce pas Peerless Crown ? (皇冠 ‘huang guan’, même chose).

— Non, non, non, on aurait dit que c’était Peerless Wild Flower ! (狂花 ‘kuang hua’, ils s’éloignent de plus en plus xD).

Shen Qingqiu s’était éloigné de plusieurs mètres lorsque son pied manqua de se dérober.

Peut-être devrait-il y repenser plus tard et changer de nom…

Naturellement, le premier pas vers le début de sa nouvelle vie devait commencer avec l’objet dont Shen Qingqiu était le plus familier. Le premier accessoire dont il avait besoin était un éventail pliant.

Un éventail avec une base en soie blanche et recouvert d’un paysage d’encre.

Shen Qingqiu l’ouvrit dans un bruissement, l’agitant devant sa poitrine, faisant voler ses longs cheveux et sa barbe. Il ne paraissait probablement pas très beau, car il n’était pas vraiment raccord avec son accessoire, mais cela n’avait pas d’importance. Avec un éventail pliant à la main, il avait maintenant l’outil dont il avait besoin pour paraître prétentieux.

Shen Qingqiu posa un pied sur la roche de la montagne et dit :

« Crache le morceau. Avec quelles intentions exactement vous faufilez-vous dans le monde des humains ? »

Précédent | Index | Suivant

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

3 commentaires sur “The Scum Villain’s Self Saving System – Chapitre 44”

  1. Merci encore pour la traduction de scum villain , au bout d’un moment après la mort de shizun je n’ai rien compris du tout en anglais les faits étaient mélangés 😅

    1. Contente de savoir que notre traduction t’a éclairée. J’espère que tu prendras plaisir à découvrir les prochains chapitres 😀

Laisser un commentaire