The Scum VIllain’s Self Saving System – Chapitre 50

Ch.49 Index | Ch.51

Traduit par Keliane, corrigé par Yukiko

Chapitre 50 : Vision du monde complètement détruite

Lorsqu’il réalisa tout à coup la vérité, Shen Qingqiu fut à moitié horrifié et agité, à moitié blessé et indigné. Il leva immédiatement son pied pour porter un coup !

Luo Binghe ne se déroba ni n’esquiva pas. Il reçut directement le coup de pied, mais ne recula pas d’un pouce. Il refusa même de lâcher prise et maintint Shen Qingqiu, l’air à la fois fâché et contrarié tout en demandant :

« Je ne peux même pas le faire en rêve ? »

Dépêche-toi de te réveiller ! Même si tu es en train de rêver, je ne suis pas le produit de tes rêveries, d’accord ?!!!

Je ne peux pas le gifler pour le réveiller, mais je ne peux pas non plus le laisser continuer ce somnambulisme confus !!!

C’est vraiment ce qu’on appelle « se trouver entre le marteau et l’enclume » !!!

Shen Qingqiu cherchait encore quoi rugir pour calmer son humeur lorsque, pris au dépourvu, son dos se heurta au bambou vert et se retrouva poussé contre celui-ci. Luo Binghe baissa la tête et pressa de nouveau ses lèvres contre les siennes.

Ce n’était pas la première fois que Shen Qingqiu se faisait embrasser, mais c’était la première fois qu’il éprouvait la menace très réelle de l’autre partie pouvant perdre la tête et lui mordre les lèvres à tout moment. Entre deux souffles chaotiques, Luo Binghe chuchota :

« Shizun, j’avais tort… »

Shen Qingqiu parvint finalement à dégager une main et à l’appuyer contre la poitrine de Luo Binghe. Il ne voulait vraiment pas adopter la même posture qu’une « femme de bonne famille résistant à un voyou », mais la putain d’attitude de Luo Binghe ressemblait-elle à celle de quelqu’un ayant compris qu’il avait tort ?!

C’était Shen Qingqiu qui avait tort, vraiment tort, complètement et totalement tort. Quel « vent d’une grotte vide » [1] ? Les ragots de Jianghu étaient tous basés sur des preuves scientifiques. Chacune de ces commères devait avoir été un ange qui pouvait voir l’essence de la réalité à travers les apparences dans sa vie passée ! Il n’avait pas élevé le protagoniste pour en faire un asexuel, et ce n’était pas non plus un problème de masochisme. La vérité était bien plus terrible que ces options : il avait fait du protagoniste un homosexuel aaaaaaaaahhhhhhhhhhh !

Pas étonnant qu’il n’ait pas récupéré une seule femme et que son harem s’avérait être dans un état aussi terrible. Les femmes étaient déjà incapables d’attiser son intérêt et ne pouvaient être liées à son niveau de classitude !

Mais qu’est-ce que c’était que ce bordel !

Shen Qingqiu refusa de se soumettre, ne ménageant aucun effort pour lutter et s’entêtant à résister. Juste au moment où il se demandait quel serait le sort le plus misérable entre s’autodétruire de plus belle VS donner un coup de pied dans la zone clé de Luo Binghe… Luo Binghe le libéra soudain. Il leva les yeux vers le tourbillon de nuages dans le ciel au-dessus d’eux et son visage s’assombrit inopinément.

En un instant, les scènes et les personnages qui se trouvaient sous les yeux de Shen Qingqiu s’effondrèrent et disparurent, se brisant en milliers de morceaux. En parallèle, Shen Qingqiu sauta sur le toit de la salle principale du palais Huan Hua.

C’était le monde réel !

Shen Qingqiu prit de vigoureuses respirations pendant un moment. Après s’être enfin remis de ses émotions avec beaucoup de difficulté, il fut surpris de voir des flammes illuminer toute la zone. Les sons retentissants de diverses cloches d’alarme se mélangèrent. Il tendit la tête, ses vêtements ondulant sans cesse dans le vent de la nuit. De haut en bas, d’innombrables lanternes convergeaient vers ce côté – les différents départements de disciples du palais Huan Hua étaient en train d’abonder de toutes parts.

« A vos postes ! Que tous les départements se montrent attentifs aux ordres, à vos postes !

— Encore une effraction ? pesta quelqu’un. A combien d’invasions en sommes-nous ? Y a-t-il eu une seule prévention efficace ?

Shen Qingqiu était très heureux. Une invasion était pour lui le meilleur contexte pour s’échapper en profitant du chaos. Qui se souciait de cette histoire de « sang de Démon Céleste » ? Comment cela pouvait-il être comparé à l’importance de l’intégrité ? Je commence par m’en aller, on en reparlera plus tard, au revoir ! Il n’avait pas encore fait deux pas qu’il entendit quelqu’un crier :

« Il s’est dirigé vers le pavillon Huan Hua – déployez les formations pour arrêter Liu Qingge ! »

Les pieds de Shen Qingqiu dérapèrent, et il se retourna immédiatement pour revenir sur ses pas. Bon sang. Liu Qingge se ramenait juste à ce moment-là. Il était impossible que Shen Qingqiu puisse le jeter en pâture au Luo Binghe complètement cassé, qui était au beau milieu d’une crise, n’est-ce pas ?

Le pavillon Huan Hua était l’endroit où les maîtres du palais des dynasties précédentes cultivaient et résidaient, et il ne se situait pas loin de son emplacement actuel. Shen Qingqiu sauta du toit en une paire de bonds et se mêla à la grande armée s’y précipitant. Avant même qu’ils n’entrent, de puissantes vagues d’air froid les accueillirent de plein fouet. De l’intérieur, un cri de rage empli d’intentions meurtrières se fit entendre.

« Dégagez ! »

Lorsque la foule avait entendu les cloches d’alarme, des disciples inconscients avaient enfoncé la porte. Des dizaines de personnes, en première ligne, furent toutes projetées en l’air par une vague d’énergie extrêmement puissante. Shen Qingqiu, qui faisait partie du groupe suivant, parvint à esquiver parfaitement cette attaque et à choisir une bonne position. Pêchant en eaux troubles [2], il se fraya un chemin jusqu’à l’intérieur. Au moment où il entra, la chair de poule se hérissa sur sa peau en raison du froid glacial.

L’ensemble du pavillon Huan Hua semblait être devenu une énorme grotte glacée. Rien que d’y faire un pas revenait à entrer dans un monde figé de glace et de neige. De l’air froid s’infiltra dans les manches et les robes de Shen Qingqiu, et la sueur très fraîche sur son front et le dos de sa main se transforma rapidement en une fine couche de glace. Vous pouvez imaginer l’ampleur du froid dans la pièce.

Non seulement la température était extrêmement basse, mais les murs de tous les côtés étaient également hermétiquement scellés et les portes et fenêtres toutes étanches. La chambre entière était à la fois glaciale et sombre. Si l’intrus (c’est-à-dire Liu Qingge, directeur du Bureau de Démolition de la montagne Cang Qiong) n’avait pas ouvert de force une grande brèche, l’endroit entier aurait ressemblé à un cercueil de glace.

Sur la table d’assise [3] au centre du pavillon, un rideau était à moitié tiré vers l’arrière. Quelques robes extérieures noires et blanches s’empilaient en désordre sur le côté de la table.

Luo Binghe lui-même ne portait que ses vêtements intérieurs, comme s’il venait de se lever de son lit. Ses cheveux noirs étaient éparpillés et lâches, ses vêtements désorganisés, son décolleté tordu et ouvert. Son visage était blême, mais ses lèvres portaient une touche de rouge sang. Une lumière froide scintilla dans ses yeux, sa terrible énergie exerçant une pression immense. Le tranchant de son épée était exposé et sa posture était celle d’un homme se préparant à la bataille.

A sept pas de là, précisément face à lui, Liu Qingge avait sa main armée si serrée sur sa prise que ses os ressortaient vivement. Tout son visage était livide.

Liu Qingge fixa le calme et composé Luo Binghe assis sur la table. Il énonça chaque syllabe :

« Sale bâtard. »

Autour de l’épée Cheng Luan, l’énergie spirituelle et l’intention meurtrière s’élevaient avec une violence cinglante. Shen Qingqiu observa prudemment les deux camps l’un après l’autre. Cependant, après un seul regard dans la direction vers laquelle pointait l’épée de Liu Qingge, il put entendre dans son esprit le bruit de la dernière parcelle de sa vision du monde éclatant complètement, après avoir résisté désespérément.

La main droite de Luo Binghe était posée sur l’épée Xin Mo qui ne le quittait jamais, et la lame blanche comme neige avait déjà quitté son fourreau de moitié ; de l’autre côté, sa main gauche tenait une personne.

Au lieu de dire qu’il s’agissait d’une personne, il valait mieux dire que c’était « un corps » : complètement sans vie, la tête pendante, ses membres faibles, mais très souple. Il portait une fine couche de vêtements intérieurs. Le col avait glissé sous le niveau des épaules, révélant la moitié d’un dos aussi blanc que du papier.

« Qu’as-tu fait ? » s’écria Liu Qingge.

Il ne serait véritablement plus jamais capable d’oublier la scène qui venait de se dérouler. Quand l’épée Cheng Luan avait ouvert une entaille, hormis les ombres qui se chevauchaient entre les rideaux de la table, la salle était vide. Liu Qingge savait que Luo Binghe devait être à l’intérieur, mais il n’aurait jamais pu imaginer qu’il n’était pas tout seul.

Luo Binghe leva les sourcils et attira de sa main gauche le corps mou plus près entre ses bras :

« Que dis-tu que j’ai fait ? »

Shen Qingqiu demeurait complètement muet. Deux personnes – pour être plus précis, une personne vivante et une personne morte – qui ne portaient pas de vêtements couvrants tandis qu’elles descendaient de ce qui ressemblait à un lit, enlacées telle une boule – peu importe comment on le regardait, cela ne semblait en rien être quelque chose de positif !

Liu Qingge ne prononça pas un mot, et Cheng Luan fonça en piqué. L’épée Xin Mo n’était pas encore complètement sortie de son fourreau. Rien qu’en utilisant ce dernier, Luo Binghe bloqua le tranchant de l’autre lame. Alors que l’énergie féroce de l’épée s’approchait, il se pencha légèrement sur le côté. Il bloqua l’énergie froide et mordante de l’arme tout en protégeant le corps qu’il tenait d’une main derrière lui, la colère se manifestant sur son visage. Liu Qingge découvrit à son tour que l’activation de Cheng Luan dans une pièce aussi étroite comportait le risque que l’énergie tranchante de l’épée endommage ce cadavre. Il rappela immédiatement son arme dans son fourreau et commença à combattre Luo Binghe en employant l’énergie spirituelle.

Au cours de leur duel brutal et tumultueux, les vêtements du cadavre se détendirent et glissèrent jusqu’à sa taille, et la paume de Luo Binghe se retrouva directement au contact de sa chair claire. Les yeux de Liu Qingge se retrouvèrent complètement injectés de sang :

« Brute, quoi qu’il arrive, c’est ton Shizun !

— Si c’était quelqu’un d’autre, penses-tu que je ferais cela ? » répondit calmement Luo Binghe.

Les disciples du palais Huan Hua qui l’encerclaient furent complètement ébahis et bouche-bée. Luo Binghe ne leur prêta pas non plus la moindre attention, entièrement concentré sur la façon de gérer Liu Qingge. Dans l’atmosphère qui entourait les corps des deux hommes, l’énergie spirituelle ondulait comme de l’eau bouillante, jaillissant dans toutes les directions. Les expressions de leurs visages devenaient de plus en plus horribles à chaque instant qui passait. Nul n’osait pénétrer dans le pavillon Huan Hua de peur de rajouter au chaos. [4]

Shen Qingqiu ne craignait pas d’en ajouter une couche. Il était tout simplement incapable de soutenir cette vision.

… trop extrême. Trop extrême, putain !

Son cerveau était aussi plein de trous [5] que la surface de la lune, mais il n’avait jamais imaginé que viendrait un jour où il deviendrait l’un des personnages principaux de ce JEU extrême. Celui que tenait Luo Binghe dans ses bras… était bel et bien mort, n’est-ce pas ? Tout à fait exact, puisque c’était son cadavre, d’accord ?!

Ce n’était plus quelque chose « d’horrible une fois qu’on y a bien réfléchi ». Même sans y avoir soigneusement réfléchi, c’était clairement une situation horrible !

Même s’il ne pouvait pas assister à cela directement, il n’avait pas oublié pourquoi il était revenu.

Shen Qingqiu se précipita dans le dos de Liu Qingge. Ce dernier renforça sa défense, pensant qu’il s’agissait d’une attaque furtive. Il ricana et se prépara à utiliser son pouvoir spirituel pour repousser l’autre partie. Cependant, une main se plaça dans son dos et un courant de pouvoir doux mais ferme commença à s’infiltrer dans sa circulation spirituelle.

Liu Qingge ayant reçu cette aide, c’était désormais à Luo Binghe de se retrouver légèrement désavantagé. Malgré cela, Liu Qingge n’osa toujours pas agir imprudemment et inclina légèrement la tête. En regardant derrière lui du coin de l’œil, il ne vit qu’un visage flou semblant utiliser quelque chose pour couvrir son apparence.

« Qui va là ? » chuchota-t-il.

Shen Qingqiu ne répondit pas, alors que sa main utilisait plus de force. Les deux courants de puissance spirituelle d’une force incomparable fusionnèrent en un seul. Bien que Luo Binghe parvint à l’endurer de plein fouet, cette vague de puissance spirituelle agressive allait inévitablement suivre son corps et se transmettre au cadavre qu’il tenait dans ses mains. Il était capable de dissiper cette énergie, mais le mort dans ses bras ne le pouvait pas. S’il ne le lâchait pas, le corps serait très probablement sérieusement choqué au point d’exploser. Luo Binghe ne voulait pas l’endommager, il ne put donc que relâcher sa main. Le corps fut immédiatement repoussé par l’énergie spirituelle bouillonnante et s’envola.

Même après que Luo Binghe a été contraint de lâcher prise, son regard resta fermement ancré sur ce corps, et son visage montra des signes de réticence et d’impuissance. En voyant son expression, Shen Qingqiu ne put brusquement plus le supporter. Utiliser cette méthode pour le forcer à lâcher prise donnait un peu l’impression qu’ils étaient en train de l’intimider.

Quelques disciples, qui n’avaient aucune idée de la gravité de la situation, voulurent agir, mais Luo Binghe cria:

« Pas touche ! »

Alors qu’il repoussait ses manches en arrière, des cris s’élevèrent de ce côté. Shen Qingqiu interrompit le courant de pouvoir spirituel appliqué dans le dos de Liu Qingge. D’un simple coup de semelle, il bondit en avant et attrapa soigneusement ce corps dans ses bras.

La sensation de tenir son propre cadavre était vraiment une expérience étrange et unique en son genre. Shen Qingqiu jeta un coup d’œil sur lui-même. Son ancien corps avait encore un teint très rosé et des membres souples, qui ne différaient pas de ceux d’une personne vivante dans un profond sommeil, à l’exception de ses yeux bien fermés et du manque de souffle.

En cas de mort par autodestruction, le pouvoir spirituel d’une personne se dissipait. Il ne devait plus rester aucune cultivation empêchant le cadavre de pourrir. Cinq ans après la mort, le simple fait de le congeler dans de la glace n’aurait pas dû permettre de préserver le corps à ce point. Il n’y avait pas d’odeur de plantes dessus, il n’avait donc pas dû être traité avec des conservateurs chimiques. La méthode utilisée par Luo Binghe n’était pas claire.

Shen Qingqiu esquiva une explosion spirituelle assez puissante pour séparer les montagnes et fendre la pierre. Il leva les yeux pour voir le regard de Luo Binghe complètement fixé sur lui, son expression sauvage et féroce. Ce ne fut qu’alors que Shen Qingqiu découvrit que les vêtements du cadavre avaient glissé du haut de son corps, laissant ses os et sa chair exposés alors qu’il le tenait dans ses bras. En plus de la façon dont il le touchait et le regardait… C’était dans l’ensemble un spectacle extrêmement malsain et plutôt provocateur.

Il s’empressa de remonter les vêtements du cadavre et envoya cette patate chaude vers Liu Qingge :

« Attrape ! »

Luo Binghe voulut la saisir, mais il se retrouva aux prises avec Shen Qingqiu. Shen Qingqiu craignait à l’origine que Luo Binghe n’active le sang parasite du Démon Céleste, mais que ce soit parce qu’il avait été submergé par son désir de tuer ou bêtement frappé par son anxiété, Luo Binghe ne pensa en fait pas à utiliser cet atout. Liu Qingge attrapa le corps d’une main et invoqua Cheng Luan de l’autre, repoussant facilement le siège des disciples du palais Huan Hua. Après avoir été ballotté de l’un à l’autre, les vêtements du cadavre s’étaient complètement défaits de la partie supérieure du corps. Liu Qingge venait de le toucher quand il sentit sa paume coller à la peau lisse, à la fois fine et fraîche. La zone qu’il avait effleurée semblait parcourue par un léger courant électrique, et tout son corps se figea. Peu importe où il le tenait, chaque endroit lui semblait inapproprié, et il faillit le repousser loin de lui. Au final, il parvint à résister à cette impulsion. Il enleva sa robe extérieure, ses vêtements blancs se déployant comme des ailes, et en enveloppa le corps dans ses bras. Cheng Luan revint vers lui et flotta de manière stable devant ses pieds.

Les pupilles de Luo Binghe avaient complètement viré au rouge vif. L’ensemble du pavillon Huan Hua ressemblait à une boîte scellée dans laquelle une bombe avait été placée. Quand elle explosa, tous les murs s’effondrèrent dans un fracas rugissant.

En plus du sable virevoltant et des pierres dégringolantes, et en mettant à part les nombreuses personnes, il y eut deux objets qui émirent un bruit métallique retentissant lorsqu’ils touchèrent le sol. Shen Qingqiu ajusta sa vision et vit qu’il s’agissait de deux épées.

Zheng Yang, Xiu Ya.

Ces deux épées cassées avaient autrefois partagé un destin commun et été brisées en d’innombrables morceaux. Comment elles avaient été réparées, attachées ensemble et placées dans le pavillon Huan Hua restait indéterminé. Ce n’était qu’après l’effondrement du pavillon qu’elles avaient pu de nouveau voir le ciel et le soleil.

En regardant de plus belle ces deux épées, Shen Qingqiu sentit un goût trouble monter dans son cœur et il observa Luo Binghe. Ses vêtements étaient déjà originellement désordonnés, mais après cette vague de bombardements, sa clavicule et sa poitrine bien définies étaient entièrement exposées. Sur sa poitrine, une hideuse cicatrice d’épée approchait son cœur.

La capacité d’auto-régénération de Luo Binghe était extrêmement forte. Même si ses membres étaient coupés, il pouvait les rattacher en toute simplicité, et même les faire repousser sans problème. A moins d’avoir délibérément choisi de ne pas les guérir, il n’y avait aucune blessure dont il ne pouvait pas récupérer complètement sans que cela ne lui laisse de cicatrice.

« Liu Qingge, par égard pour Shizun, j’ai épargné ta vie à maintes reprises. Si tu insistes pour courir après la mort, alors ne vient pas me blâmer ! » s’écria Luo Binghe avec férocité.

Sa soudaine explosion de pouvoir spirituel et d’intention meurtrière fit trembler Shen Qingqiu au point qu’il changea presque de position. Il savait que le tempérament de Luo Binghe s’était enflammé, alors il s’empressa de crier à Liu Qingge :

« Toujours pas parti ?! »

Il semblait que depuis qu’il était passé de ce côté, il se retrouvait fréquemment à faire ce genre de sacrifice désintéressé pour couvrir la retraite des autres ! Liu Qingge le regarda et se refusa effectivement à faire un travail bâclé : il partit aussitôt, emportant ce corps sous le bras tout en sautant sur son épée pour sortir aussi vite que l’éclair.

A la base, Luo Binghe voulait attaquer, mais il sentit son cœur trembler de façon inattendue – la contre-attaque de l’épée Xin Mo sortit de nulle part et le ralentit d’un cheveu. À cause de ce cheveu manquant, il ne put qu’assister impuissant au départ de Liu Qingge avec le cadavre de Shen Qingqiu sous le bras.

Confus, Luo Binghe resta sur place comme si le ciel lui était tombé sur la tête, oubliant même de contre-attaquer. Pendant un instant, l’incrédulité se dessina sur son visage, comme sur celui d’un enfant à qui on aurait enlevé son objet le plus aimé au monde. Shen Qingqiu avait prévu de profiter de son étourdissement pour pêcher en eaux troubles et s’éclipser. Mais quand il vit cela, pour une raison inconnue, son talon resta collé au sol et cet éclat d’insoutenabilité s’intensifia.

Néanmoins, même s’il ne le supportait pas, il n’y avait rien qu’il puisse faire. S’il continuait à laisser Luo Binghe s’accrocher à ce cadavre, on ne savait pas quels horribles développements plein de pêchés allaient se produire !

Le problème survint avec cet adoucissement inopportun de son cœur. Il n’avait pas réussi à s’enfuir lorsque Luo Binghe tourna soudain la tête, ces deux yeux rouges et violents fixés directement sur lui.

L’épée Xin Mo tremblait avec joie et malice dans son fourreau. Les yeux de Luo Binghe indiquaient très clairement à Shen Qingqiu qu’il deviendrait certainement de la viande hachée dans un rien de temps. Voyant son regard furieux et éploré, Shen Qingqiu fit deux pas en arrière. Tout à coup, comme si sa raison avait été envoûtée, il voulut dire la vérité à Luo Binghe.

Il voulut lui dire : « Ne sois pas si triste, Shizun n’est pas mort. »

Alors qu’il bougeait les lèvres, une ombre noire se dégagea de la foule des disciples du palais Huan Hua.

La figure se déplaça avec une célérité remarquable, enveloppant Shen Qingqiu et partant comme un tourbillon. Même avec la superbe vision et la vitesse de réaction de Luo Binghe, le tir explosif qu’il tenta ne réussit pas à atteindre son objectif.

Il resta sur place, regardant froidement les ruines restantes du pavillon Huan Hua, délabré et grouillant de forces. La foule des disciples du palais Huan Hua avait été continuellement incapable de s’impliquer, mais ils avaient compris que Luo Binghe était mal à l’aise ce soir après ces défaites inattendues et qu’il allait inévitablement éclater tel un orage. Les masses de disciples s’empressèrent de s’agenouiller. À cet instant, Sha Hualing réussit enfin à passer et se précipita rapidement à l’avant. A peine arrivée, elle fut renvoyée dans les airs par Luo Binghe et vomit trois litres de sang.

Elle savait depuis longtemps qu’il était capricieux et caractériel, mais elle ne savait pas ce qui l’avait encore mis en colère. Elle ne put que lui demander sur un ton terrifié :

« Seigneur, apaisez votre colère. Seigneur, apaisez votre colère !

— La personne que tu as ramenée n’était vraiment pas mauvaise, répondit Luo Binghe.

Ce « pas mauvaise » était encore plus terrifiant que si elle avait entendu Luo Binghe ordonner son exécution sur place. L’âme de Sha Hualing quitta presque son corps tandis qu’elle s’empressait d’ajouter :

« Cette subordonnée a une affaire à signaler ! Lorsque l’intrusion s’est produite, cette subordonnée a détecté l’invasion et a agi pour y faire face. Mais Liu Qingge n’était pas le seul intrus ! Ce seigneur du pic Bai Zhan avait précédemment fait du repérage à l’intérieur du palais durant la nuit, mais il était incapable de briser la formation du labyrinthe. Cette fois-ci, c’est quelqu’un d’autre qui a d’abord détruit cette formation, et c’est pourquoi Liu Qingge a réussi à passer au travers. »

Luo Binghe fixa la direction par laquelle Liu Qingge avait disparu sur son épée. Il serra lentement les poings, faisant craquer ses articulations.


Notes :

[1] 空穴来风 lit. « Le vent d’une grotte vide » est un dicton pour désigner les rumeurs et les revendications sans fondement et sans raison.

[2] 浑水摸鱼 lit. « pêcher en eaux troubles » = profiter d’une crise pour en tirer un profit personnel.

[3] 坐化台 = Table d’assise = traduction approximative de la plate-forme où les moines/bouddhas sont assis

[4]Le dicton entier est “城门失火,殃及池鱼Littéralement « un feu aux portes de la ville apporte la calamité aux poissons dans les douves ».

[5] 脑洞 lit. « trous de cerveau » est une façon de parler d’une imagination débordante.

Ch.49 Index | Ch.51

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
Caro
Caro
24 octobre 2020 18:21

Merci pour ce nouveau chapitre. J’avais peur que la traduction ai été mise en pause. Merci pour votre travail ^_^

ymyzen
ymyzen
25 octobre 2020 22:35

Je vous suis avec plaisir ! c’est un régal