The Scum Villain’s Self-Saving System – Chapitre 52

Ch.51 | Index |

Traduit par Kéliane, corrigé par Yukiko

Chapitre 52 : Les regrets éternels de Chunshan

(Chunshan signifie montagne printanière)

Il n’y avait pas si longtemps, Shen Qingqiu aurait encore pu croire que Luo Binghe restait naturellement rancunier et qu’il gardait ces cicatrices pour pouvoir se rappeler de sa haine à tout moment. Mais dorénavant, Shen Qingqiu ne pouvait plus se tromper sur la signification de ces actes.

Après avoir lu un roman aussi long, et même après l’avoir élevé depuis son enfance, il n’avait jamais remarqué que Luo Binghe était en fait un jeune homme au cœur pur. Après être devenu une manche-coupée, ce protagoniste profondément émotif conçu pour être un étalon, était allé jusqu’à abandonner complètement ce côté « étalon » de son personnage. Ce Luo Binghe, qu’il avait élevé avec on ne sait quel penchant homosexuel, avait un cœur plus délicat qu’une jeune fille ; à la fois masochiste et facile à blesser.

Ou peut-être n’était-ce pas qu’il ne l’avait jamais remarqué, mais plutôt qu’il n’avait jamais pensé le découvrir. En fin de compte, Shen Qingqiu avait toujours considéré Luo Binghe comme le protagoniste d’un roman et se percevait lui-même comme un lointain observateur, agissant parfois pour son propre amusement. La plupart du temps, il s’était tenu à distance. À ses yeux, il avait superposé à la réalité une image du Luo Binghe originel doté d’une plus forte présence, attachant la plus grande importance à ce modèle de comportement.

Même si Shen Qingqiu estimait que ce genre de Luo Binghe était extrêmement incommode à gérer, il ne savait vraiment pas quoi faire.

Se creusant encore la tête pour trouver des solutions, il ne put voir sous cet angle le bout de sourire déformé qui étirait le coin de la bouche de Luo Binghe.

A son réveil, Shen Qingqiu ouvrit les yeux et remarqua la présence d’un voile de mousseline blanc comme neige au-dessus de lui. Quelqu’un poussa la porte et entra. Refermant doucement derrière lui, l’individu demanda :

« Vous êtes réveillé ? »

Shen Qingqiu tourna le cou et détailla l’autre du coin de l’œil.

Sous la lumière des lanternes et de la lune chaude, on voyait que cet homme était effectivement né avec un bon visage. Ses commissures labiales formaient un sourire, et il était manifestement d’une intelligence et d’un talent incomparables. Ses yeux, en particulier, affichaient comme un air vif et chaleureux

Il connaissait cette paire d’yeux. Des yeux qui avaient émergé du lac Lushui. [1]

Shen Qingqiu roula en position assise et un sac de glace tomba de son front. L’homme se pencha pour le récupérer et le posa sur la table, le remplaçant par un nouveau.

En voyant cela, Shen Qingqiu aurait été embarrassé de laisser s’échapper le flot de « Qui êtes-vous » et « Que voulez-vous » qui s’accumulait sous sa langue. Toussant une fois, il articula plutôt sur un ton réservé :

« Tous mes remerciements à votre distinguée personne pour votre aide dans l’évasion du palais Huan Hua ».

Le jeune homme demeura immobile près de la table et répondit dans un sourire :

« Les humains ont un dicton : une goutte de bonté est récompensée par une source jaillissante [2]. En outre, la bonté que m’a offerte Maître Shen surpassait de loin une simple goutte. »

Pour commencer, ce jeune maître était effectivement cet homme-serpent de la forêt Bai Lu.

Ensuite, celui-ci savait que la personne sous cette enveloppe était Shen Qingqiu.

Shen Qingqiu prononça un nom.

« Tianlang-Jun ? »

La raison pour laquelle l’ancienne lignée des Démons Célestes était appelée « Céleste » était que, selon la légende, ils avaient choisi de tomber en disgrâce et de quitter le royaume céleste pour devenir des démons. Seul un Démon Céleste avec un héritage plus pur que celui de Luo Binghe pouvait réprimer ce sang au sein du corps de Shen Qingqiu. Dans ce cas, un problème se posait. Shen Qingqiu savait que l’œuvre originale ne mentionnait que deux membres de cette lignée : Luo Binghe, et son père. Qui d’autre cela pouvait-il être ?

Mais il ne pouvait pas frapper l’or plus de trois fois [3]. La méthode géniale de résolution d’énigmes de Shen Qingqiu, qui avait fonctionné à chaque fois jusqu’à aujourd’hui, se heurtait finalement à un mur.

L’homme secoua la tête et déclara :

« Maître Shen, me traiter comme Junshang serait me faire trop d’honneur. »

En entendant ces deux syllabes, « Jun », « Shang », Shen Qingqiu sut finalement quel personnage cette personne se trouvait être.

Au début de l’œuvre originale, Tianlang-Jun avait déjà été scellé sous une grande montagne. Quant à cette guerre qui avait eu lieu de nombreuses années auparavant, Airplane Shooting Towards the Sky n’en avait couvert que grossièrement le sujet car elle n’avait pas grand-chose à voir avec les habitudes de massacre et d’étalon du protagoniste. Il avait vaguement raconté que Tianlang-Jun « n’était pas de taille à faire face à un siège orchestré par les magnats cultivateurs du royaume humain ayant combiné leurs forces, et qu’il avait été réprimé sous la montagne XX, à jamais incapable de s’en libérer, séparé par la mort ou par les blessures de son loyal général et confident. »

Quelle montagne était la montagne XX, exactement ? Shen Qingqiu n’avait jamais vraiment réfléchi à cette question. Mais après que sa curiosité en était piquée, il se rappela finalement de laquelle il s’agissait.

La montagne Bailu !

La forêt Bailu sur la montagne Bailu !

Shen Qingqiu regarda l’homme de haut en bas. C’était donc le « loyal général et confident » du père de Luo Binghe !

En le détaillant désormais, il ne voyait déjà plus aucune trace de ses difformités serpentines. Shen Qingqiu déglutit et reprit :

« Puis-je me risquer à vous demander, seigneur… quel est votre nom distingué ? »

— Zhuzhi-Lang, le commandant en second de Tianlang-Jun [4] », répondit l’homme avec courtoisie.

Ses mots venaient à peine de sortir de sa bouche que le système notifia :

【Réparation de l’intégralité du scénario et personnage secret déverrouillé, B-points +300.

Activation de l’événement de remplissage de trou scénaristique, B points + 100!】

Un élan d’excitation incontrôlable monta soudain en Shen Qingqiu.

Le « remplissage de trou scénaristique » faisait assurément référence aux explications troubles de tous ces massacres et assassinats trompeurs perpétrés en coulisses ou aux bugs de configuration de l’œuvre originale. C’était la raison numéro un du mépris de Shen Yuan pour 《 La Voie du Fier Démon Immortel 》. C’était aussi la raison principale pour laquelle il s’était frappé la poitrine et avait piétiné sur place, grinçant des dents de colère et de ressentiment après avoir terminé le roman.

Désormais, il avait pioché un personnage qui n’était jamais apparu directement sur scène, et le Système avait déclenché un événement de remplissage des blancs. Se pouvait-il, ensuite, qu’il découvre finalement toute la vérité derrière ces lacunes narratives géantes qui déchirent le ciel ?

« Je vous ai sauvé une fois, vous en avez fait de même ; nous sommes quittes à présent. » déclara Shen Qingqiu. »

Le « je vous ai sauvé une fois » dont il parlait, faisait référence à la fois où il avait empêché Gongyi Xiao de tuer l’homme-serpent. Cependant, Zhuzhi-Lang secoua la tête.

« Plus que cela. Sans Maître Shen, je crains que mon humble personne n’aurait pas pu approcher la Graine de Fleur de Rosée du Soleil et de la Lune avant de nombreuses années encore. Comment pourriez-vous dire que nous sommes déjà quittes ? »

Shen Qingqiu comprit son raisonnement.

« D’accord, nous pouvons en discuter. Ne pouvez-vous pas extraire sur-le-champ ces deux choses de mon sang ? Devez-vous les maintenir à l’intérieur ? »

C’était comme si vous aviez un parasite dans votre corps et que le traitement du médecin consistait à en ajouter un autre pour le combattre. Peu importe comment vous y pensiez, la situation était encore plus terrible !

« Mmh… C’était la première fois que mon humble personne utilisait le Sang de Démon Céleste. Avant cela, je n’ai jamais entendu parler d’un moyen de le dissiper. »

Même si la réponse l’avait refroidi, Shen Qingqiu exprima sa compréhension. Une fois le sang entré dans l’organisme et dissout sans laisser de trace, il ne serait vraiment pas raisonnable de l’en séparer de plus belle.

« Même s’il ne peut être dissipé, tant que mon sang est également présent dans le corps de Maître Shen, celui de cette personne ne peut pas être activé. Dès que nous serons dans le Royaume Démoniaque, il n’y aura plus de piste à suivre et il n’y aura plus moyen pour lui de vous tourmenter. »

Attendez.

« Un instant, répliqua Shen Qingqiu. Quand ai-je dit que je voulais aller dans le Royaume Démoniaque ?

— Nous partons très bientôt. »

Shen Qingqiu étudia son expression et reprit :

« Ce « remboursement » dont vous parliez… il ne consisterait pas à m’emmener au Royaume des Démons par hasard ? »

Qu’allaient-ils faire dans le Royaume Démoniaque ? Ce lieu était à court de provisions et de ressources naturelles, la culture et les coutumes étaient incompatibles, et il ne serait pas acclimaté à l’environnement. En outre, il y avait une pile entière de soucis plus urgents à régler. Précédemment, tandis que son cerveau avait manqué de fondre d’effroi face au comportement quasi-nécrophile de Luo Binghe, il avait laissé Liu Qingge s’enfuir avec son corps d’origine. Luo Binghe allait-il nettoyer la montagne Cang Qiong sous le coup de la colère?! [5]

Il devait repartir et clarifier les choses entre toutes les personnes impliquées. Shen Qingqiu jeta alors immédiatement la couverture de côté, prévoyant de s’enfuir. Mais qui aurait cru qu’au moment où il commencerait à bouger, il sentirait quelque chose de lisse et de collant, de doux et de glacé remonter le long de sa jambe ?

Un serpent vert comme du jade sortit lentement sa tête de la couverture, faisant siffler une langue écarlate en direction de Shen Qingqiu.

Ce serpent faisait trois doigts d’épaisseur et ressemblait, à première vue, à la vipère chinoise verte et venimeuse des arbres du Royaume Humain [6]. Ses orbites étaient extrêmement grandes et ses pupilles extrêmement petites, de sorte que le contraste choquait l’œil et stupéfiait le cœur. Mais Shen Qingqiu ne redoutait pas ce type d’animal au corps tendre. Le fixant d’un regard froid, il rassembla furtivement du pouvoir spirituel dans la paume de sa main, prévoyant de le prendre au dépourvu et de le raccourcir de sept pouces. Mais soudain, le serpent vert comme du jade se redressa, ouvrant grand sa bouche rouge.

En apparence, c’était un simple serpent, mais de sa gueule s’échappa un cri perçant qui aurait pu provenir d’une gorge humaine. Au même moment, des dards verts et épais se déployèrent derrière sa tête telle une fleur en pleine floraison. Les pointes acérées étaient imprégnées de rouge écarlate ; il était évident qu’elles étaient extrêmement venimeuses. Le corps du serpent gonfla plusieurs fois comme s’il avait été rempli d’air. Quelques instants plus tôt, on aurait pu dire qu’il s’agissait d’un serpent d’ornement mignon et délicat, mais c’était dorénavant une sorte de putain de monstre.

La diversité du Royaume Démoniaque était indubitablement sauvage. Shen Qingqiu dissipa immédiatement toute intention de le toucher à mains nues.

Zhuzhi-Lang versa une tasse de thé. En la posant sur la table, il demanda cordialement :

« Maître Shen, pourquoi essayez-vous de partir à peine mon explication terminée ? Je souhaite sincèrement vous remercier de votre aimable assistance dans la forêt Bailu. »

Shen Qingqiu se mordit la lèvre.

« Vous voulez que j’aille dans le Royaume Démoniaque, et si je refuse, vous mettrez ce genre de choses dans mon lit. Est-ce là votre « remboursement » ?

— Pas seulement dans votre lit », contra Zhuzhi-Lang en souriant.

Un autre petit serpent aussi épais qu’un pouce glissa hors des vêtements de Shen Qingqiu.

Ce serpent était enroulé dans ses vêtements depuis le début, et ayant été réchauffé par sa température corporelle, s’était niché confortablement sans bouger un seul instant. Shen Qingqiu n’avait même pas remarqué sa présence. Puis, dans un sifflement incessant, un flot innombrable de serpents verts, certains épais, d’autres fins, sortit de sous le lit, tapissant tout le sol.

Shen Qingqiu demeura taciturne pendant un moment, avant de demander :

« La race des Serpents ?

— Mon père était originaire de la frontière sud, expliqua calmement Zhuzhi-Lang.

Pas étonnant qu’il ait été appelé ainsi.

La race démoniaque attachait beaucoup d’importance à la classe sociale et à l’héritage génétique. Les démons communs ou les démons de faible lignée ne pouvaient pas prendre le titre de « Jun ». Shen Qingqiu y réfléchit : cette partie de son nom était un suffixe représentant son statut social, tout comme on ne devait pas porter atteinte au nom tabou de l’empereur.

La période durant laquelle Luo Binghe avait occupé la plus haute marche ne s’était pas déroulée sans heurts, et ce parce que les démons-Juns avaient trouvé beaucoup à redire sur la part humaine de son sang métissé. Quant aux personnages portant un nom du genre « XX-Lang », Luo Binghe en avait tué plus d’un au début de l’intrigue du Royaume Démoniaque. Shen Qingqiu en conclut donc que ceux qui portaient cette particule ne vivaient pas tous parqués dans des grottes, mais n’étaient au final pas d’une origine extraordinaire.

Zhuzhi-Lang appartenait sans aucun doute à la lignée des Démons Célestes, mais ne pouvait pas prendre le titre de Jun. Il s’agissait sans aucun doute d’un problème de sang-mêlé.

La race des Serpents vivait en communauté à la frontière sud du royaume démoniaque. À proprement parler, ils faisaient toujours partie de la race des démons, mais leurs corps prenaient la forme de serpents géants. Ils étaient nés ainsi, et avec l’âge et la cultivation, quelques-uns d’entre eux se transformaient pour prendre une apparence humaine, perdant leurs écailles. La plupart restaient sous forme de serpents toute leur vie.

« Qui est votre honorable mère ? le questionna Shen Qingqiu.

— La petite sœur de Tianlang-Jun. »

La jeune sœur de Tianlang-Jun comptait comme une sorte de princesse du Royaume Démoniaque. Comment pouviez-vous ne pas vous soucier du fait que, parmi tous les choix possibles, elle ait dû avoir un enfant avec un serpent ━ cette bizarrerie était putain d’hardcore !

Shen Qingqiu supporta ces deux serpents qui traînaient sur sa jambe et son ventre et poursuivit :

« Dans ce cas, vous êtes techniquement le cousin de Luo Binghe ? … Et j’ajouterais…Ne pouvez-vous pas leur dire de ne pas… ramper dans mes vêtements ?

— Si on ne s’en tient qu’à l’ancienneté, c’est certainement possible. Ils semblent beaucoup apprécier Maître Shen ; il n’y a rien que mon humble personne puisse faire. »

Qui pourrait croire que vous ne pouvez rien faire !

Shen Qingqiu l’endura mais demanda :

« Pourquoi aller au palais Huan Hua ? »

Zhuzhi-Lang expliqua avec beaucoup de patience :

« Je m’y rendais originellement pour m’occuper d’affaires officielles. Je ne pensais pas voir Maître Shen. »

Le cœur de Shen Qingqiu fit un bond.

« Affaires officielles ? Cette affaire officielle dont vous parlez, a-t-elle un rapport avec Luo Binghe ? »

S’agissait-il de conclure une alliance pour se déclarer tyran ? De conflits au sein du Royaume Démoniaque ? Ou bien était-ce une situation de type « déplacement du ciel et de la terre, une réunion de famille démoniaque profondément émouvante après de nombreuses années de séparation, à pleurer sur les épaules de l’autre » ?

Cette fois, Zhuzhi-Lang sourit mais ne répondit pas.

« J’ai bien peur que ça n’ait pas été le genre d’affaire officielle qui consistait à se retrouver face à une situation touchante du style “rendre visite à la nouvelle belle-famille après un mariage”, déclara Shen Qingqiu.

— J’obéissais seulement aux ordres de mon seigneur, répondit Zhuzhi-Lang, sans se presser.

— Ce corps, a-t-il été modelé à partir de la Graine de Fleur de Rosée du Soleil et de la Lune ? »

S’il l’avait utilisé pour lui-même, ce n’était pas un problème. Mais s’il n’avait pas personnellement employé la Graine de Fleur de Rosée du Soleil et de la Lune, alors il était probable qu’il l’ait utilisée pour créer un corps pour Tianlang-Jun. Ce dernier avait été scellé sous la montagne, ne s’appuyant que sur un seul souffle pour survivre pendant toutes ces années. Son corps d’origine était probablement ruiné depuis longtemps. Néanmoins, s’il pouvait faire comme une cigale se débarrassant de son enveloppe, Shen Qingqiu ne savait vraiment pas quels vents et quelles vagues arriveraient. Shen Qingqiu eut une prémonition pas tout à fait merveilleuse, à savoir que ce battement d’ailes négligent d’un papillon avait libéré un monstre impressionnant. En l’absence de réponse, son esprit ne pouvait se reposer. Il poursuivit :

« M’emmener dans le Royaume Démoniaque, était-ce encore un ordre de votre seigneur ? »

Chaque fois que ses questions touchaient au sujet de Tianlang-Jun, Zhuzhi-Lang se taisait et refusait de répondre, n’offrant qu’un sourire poli à faire suffoquer autrui sous le ressentiment. Ce ne fut que lorsque Shen Qingqiu battit finalement en retraite qu’il ouvrit la bouche, toujours avec ses manières typiquement raffinées et courtoises.

« Reposez-vous bien, Maître Shen. Si vous avez le moindre besoin, faites-le moi savoir et je m’en occuperai assurément pour vous. Nous pouvons partir pour les régions frontalières demain au plus tard. »

La bouche et la langue sèche, Shen Qingqiu demanda :

« Avez-vous de l’argent ?

— Oui.

— Puis-je l’utiliser ?

— Comme il vous plaira.

— Je veux des femmes. »

Zhuzhi-Lang le fixa avec incrédulité.

Shen Qingqiu répéta :

« N’est-ce pas vous qui avez dit que si j’avais un besoin, je devais en parler, et ne pas hésiter à faire comme il me plairait ? Je veux des femmes. Débarrassez-vous des serpents. »

Une légère fissure fractura finalement l’expression souriante de Zhuzhi-Lang. Au bout d’un certain temps, il fit comme demandé. Shen Qingqiu étouffa un rire et s’empressa de quitter le lit. Enfilant sa veste extérieure, sa tenue fut complète. Zhuzhi-Lang, quant à lui, sembla hésiter pendant un certain temps, se demandant s’il devait suivre. Dans l’instant qui suivit, Shen Qingqiu sortit et il lui emboîta le pas comme s’il était son escroc attitré. 

Auparavant, en tant que Seigneur du pic Qing Jing, il devait être attentif à son image, et bien que mille curiosités s’étaient emparées de son esprit et lui avaient démangé le foie, il avait insisté pour ne pas entrer dans les bordels. Mais maintenant, il en avait l’occasion. Shen Qingqiu traita Zhuzhi-Lang, qui le suivait, comme s’il n’était rien. Se promenant dans la ville, il choisit le « Pavillon Rouge Chaleureux », d’apparence intime, et entra, complètement à l’aise. [7]

Très vite, Shen Qingqiu se retrouva à côté de décorations aux couleurs vives, ses narines assaillies par l’odeur du talc. Zhuzhi-Lang prit un siège à la table ronde, immobile comme le mont Tai.

« Quel est cette expression sur votre visage ? l’interrogea Shen Qingqiu. »

Zhuzhi-Lang détourna les yeux et répondit :

« C’est juste que… je suis plutôt étonné. Maître Shen est capable de s’intéresser à un lieu de prostitution.

— Dans un instant, vous verrez ce qui m’intéresse. »

Tandis qu’il parlait, une nouvelle chanteuse s’approcha nonchalamment. Elle était légèrement plus âgée et les produits de beauté qu’elle portait étaient quelque peu colorés. Serrant un pipa [8] contre sa poitrine, elle s’assit sur le banc fleuri. En croisant le regard de Shen Qingqiu, elle sembla étonnée.

Shen Qingqiu n’en connaissait pas la raison, et lui fit un signe de tête.

« Jeune fille ? »

La chanteuse se reprit et expliqua avec un léger sourire :

« Ne vous inquiétez pas, monsieur, vous avez une très belle apparence et cela a rappelé à cette servante une vieille connaissance ━ mes yeux ont été trompés. »

Suite à ces mots, elle baissa la tête et ne la releva plus. Après quelques clangs et quelques grattements sur l’instrument, elle se mit à chanter.

À l’origine, Shen Qingqiu chuchotait aux oreilles des filles à côté de lui, ne se souciant pas d’écouter la musique. Mais, après avoir entendu deux phrases, il crut soudain avoir discerné deux choses vraiment incroyables. Interpellant la chanteuse pour l’amener à s’arrêter, il demanda :

« Jeune fille, qu’est-ce que tu chantes ?

— Cette servante chante la nouvelle ballade populaire 《Ressentiment de Chunshan》», répondit-elle d’une voix tendre.

……..

Le visage couvert de lignes noires [9], Shen Qingqiu reprit :

« C’est étrange… A l’instant, il m’a semblé t’entendre chanter deux noms ? Pourrais-tu les répéter ? »

La joueuse de pipa sourit derrière sa manche.

« Qu’est-ce qu’il y a d’étrange à cela ? Se peut-il que monsieur ne l’ait jamais entendue ? Les rôles principaux du 《Ressentiment de Chunshan》, il va sans dire, sont Shen Qingqiu et Luo Binghe, ah. »

……

……

……

Quand avait-on fait d’eux une putain de ballade populaire ?!

Zhuzhi-Lang déclina tout service, assit tranquillement sur le côté et faisant semblant d’être invisible.

Quel dommage qu’il se soit exposé lui-même lorsque ses épaules se mirent légèrement à trembler. Shen Qingqiu poursuivit :

« Euh… Puis-je demander, cet… éternel regret de je ne sais quelle montagne, quelle histoire raconte-t-il ? »

Les femmes autour répondirent en chœur de leurs voix gazouillantes :

« Monsieur, vous ne savez même pas cela ? Le Ressentiment de Chunshan raconte la tristesse persistante du désir inexprimé entre Shen Qingqiu et son disciple bien-aimé Luo Binghe, l’interdit et le tabou… »

Shen Qingqiu insista et écouta l’histoire, pétrifié de la tête aux pieds.

Pour clarifier l’intrigue, en bref, c’était l’histoire d’un couple maître-disciple éhonté, passant toute la journée sur une montagne sans nom en ignorant leurs devoirs pour faire papapa, descendant de la montagne pour combattre les monstres et faire papapa, faisant papapa pour régler les malentendus, et même ayant besoin d’une session de papapa avant de mourir, continuant de faire papapa après la mort, et recommençant même à faire papapa comme avant après leur résurrection…

La joueuse de pipa soupira faiblement, en pinçant une corde du bout du doigt.

« N’avoir jamais compris l’affection résidant dans le cœur de l’autre dans la vie et reposer près de son corps après sa mort, ce niveau profond d’amour est vraiment inégalé à notre époque. »

Toutes les femmes suivirent en poussant d’incessants soupirs et sanglots, sans compter qu’elles avaient déjà commencé à verser des larmes d’émotion.

Shen Qingqiu enterra profondément sa tête entre ses mains.

C’est pas croyable, c’est un putain de porno ?


Notes :

↑[1] Pour rappel, la rencontre avec Zhuzhi-Lang sous sa forme serpent remonte au chapitre 30 ^^

↑[2] 滴水之恩当涌泉相报 (dī shuǐ zhī ēn, dāng yǒng quán xiāng bào), une reprise des préceptes de la famille de Maître Zhu. Le sens est assez littéral, j’ai juste trouvé ce dicton très poétique.

↑[3] 事不过三 (shì bù guò sān). Traduit littéralement par « une chose n’arrive pas plus de trois fois », chengyu (idiome) signifiant « ne répète pas la même erreur encore et encore » ou « une mauvaise chose n’arrivera pas plus de trois fois ».

↑[4] 竹枝郎 (Zhúzhī-Láng), son nom est formé avec les caractères « bambou » et « branche », « lang » est un titre indiquant le statut.

↑[5] 一锅端 (yī guō duān), signifie littéralement « emporter la totalité du pot ». Utilisé familièrement pour signifier « nettoyer » ou « éliminer ».

↑[6] 竹叶青, signifie « feuille de bambou verte », Trimeresurus stejnegeri (Vipère des Bambous) si vous êtes curieux.

↑[7] 暖红阁 (nuǎn hóng gé), traduit dans le texte car il correspond bien à l’anglais.

↑[8] Le pipa est un luth chinois qui ressemble à ça : 

↑[9] avoir le visage couvert de lignes noires : il s’agit de ce qu’on peut fréquemment voir dans les mangas, lorsque le visage du personnage devient bleu/mauve/noir et que les dessinateurs rajoutent des petites lignes dessus pour manifester le dépit/le dégoût/la peur.

Ch.51 | Index |

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée, ou sur le salon « erratum » de notre serveur Discord .

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
AruBiiZe
AruBiiZe
29 novembre 2020 16:37

Ahahahha ! Cette fin de chapitre ! xDDD

Il fuit un démon pour en retrouver un autre ! Lui aussi n’a pas de chance ! lol

Merci beaucoup pour ce chapitre !
Une bonne continuation pour les prochains ! 😀