The Scum Villain’s Self-Saving System – Chapitre 57

Ch. 56 | Index |Ch. 58

Traduit par Keliane, corrigé par Aquila

Chapitre 57

Le Saint Mausolée

Shen Qingqiu leva la tête. C’était comme si deux lanternes d’un jaune vif étaient apparues à l’extérieur de la salle du palais ; une paire d’yeux dorés perçants écarquillés et fixés sur la scène. Au milieu de chaque œil se trouvait une pupille verticale, qui semblait inhabituellement sinistre.

En entendant ce son, la masse de cadavres aveugles sembla intimidée par une quelconque force invisible. Ces derniers ne se remirent pas à pleurer et à se cogner ; au contraire, ils se replièrent sur eux-mêmes, baissant la tête et se recroquevillant. Finalement, ils se retirèrent même en formant un petit groupe serré et tremblant.

Cette paire de grands yeux en forme de lanterne ne lâcha plus Shen Qingqiu durant un temps, jusqu’à ce qu’elle s’en détourne soudain. Au bout d’un moment, une figure apparut à l’extérieur de la salle du palais. Identifiant ce nouveau visiteur, Shen Qingqiu ne fut pas surpris.

Il l’accueillit aimablement :

« Xizhi-Lang. » [1]

Zhuzhi-Lang sinua pour combler une partie de la distance.

Il se frotta le nez. Même s’il était déprimé, il n’était pas du genre à être grossier. En souriant, il lui répondit :

« Puisque Shen-xianshi désire s’adresser à moi de cette façon, qu’il n’hésite pas à continuer de le faire ainsi.

— C’était donc bel et bien vous, la personne qui a volé le corps dans la chambre forte du manoir. »

Le poison noir bleuté qui recouvrait tout le corps était très probablement le venin du serpent de jade. La raison pour laquelle l’inspection sommaire de Mu Qingfang n’avait pas permis de trouver de blessure était probablement que les crocs du serpent étaient trop petits pour laisser une marque visible. Si quelqu’un venait à examiner les corps plus attentivement, il trouverait de petites marques de dents au bout des doigts ou à la base des talons.

— Tout s’est passé trop vite, expliqua Zhuzhi-Lang. Je n’avais pas d’autre choix que de passer à l’étape suivante du plan. J’espère que Shen-xianshi sera assez magnanime pour me pardonner.

Shen Qingqiu toussota sèchement. « Tout s’est passé trop vite » ? Peu importe comment vous le regardiez, cette « situation » était entièrement de sa faute, parce qu’il avait fumigé du vin de réalgar pour soumettre Zhuzhi-Lang, lui rendant sa forme originale. Non seulement ça, mais pour ajouter l’insulte à la blessure, il avait en outre chevauché la forme de serpent de Zhuzhi-Lang pendant une bonne partie du chemin.

— Vous m’avez invoqué au Saint Mausolée, ce qui a, on peut le dire, résolu une de mes… difficultés, répondit-il. Précédemment, vous vouliez m’emmener au Royaume Démoniaque. Maintenant que j’y suis, pouvez-vous enfin me dire quel est votre but ?

— La raison numéro un, je l’ai déjà expliquée à Shen-xianshi. Puisque vous m’avez aidé, je vous retournerai plusieurs fois la faveur. [2] Quant à la seconde raison, Shen-xianshi n’a pas vraiment été convoqué par mon humble personne… Il vaut mieux demander directement à Junshang.

— Très bien. Où est Tianlang-Jun, dans ce cas ? demanda Shen Qingqiu.

Zhuzhi-Lang le regarda un moment le visage vide d’expression, avant de lui retourner :

— Je pensais que Shen-xianshi et Junshang s’étaient déjà rencontrés.

Déjà rencontrés ?

Shen Qingqiu baissa la tête et fixa le sarcophage de pierre.

Se pouvait-il que le cadavre à l’intérieur… fût celui de Tianlang-Jun ?

À proprement parler, on ne pouvait pas appeler ça une « rencontre », hein ?!

Le couvercle du cercueil qu’il venait de passer un moment à essayer d’ouvrir sans parvenir à le bouger se mit soudain à trembler, s’ouvrant de lui-même. A l’intérieur, une personne se redressa lentement pour s’asseoir.

Cette dernière posa un coude contre le bord du cercueil, laissant un faible sourire apparaître sur son visage.

— Seigneur du pic de Qing Jing, j’attends depuis longtemps l’honneur de vous rencontrer, entama-t-elle.

Shen Qingqiu en fut stupéfait.

… Les intérêts de toute cette famille étaient vastes et étendus, mais il semblait que tous leurs passe-temps se résumaient finalement au même genre d’excentricité.

Le fils aimait étreindre les cadavres ; le père aimait se coucher dans un cercueil.

Si l’on regardait l’apparence générale de Luo Binghe, il ressemblait à sa mère, Su Xiyan. Cependant, il restait possible de voir certains des gènes de son père. Ses yeux, par exemple.

Les yeux de Tianlang-Jun étaient grands et profonds, et ses sourcils effilés soulignaient son apparence courageuse et exceptionnelle. Ses pupilles noires étaient pareilles à deux gouffres incroyablement profonds, une caractéristique que Luo Binghe partageait à l’identique.

Le Luo Binghe original était un beau garçon. S’il avait reçu les yeux de sa mère, son apparence aurait été considérée comme excessivement féminine et douce, ce qui n’était pas bon.

Une autre similitude se retrouvait dans leurs sourires. Les expressions souriantes du père et du fils amenaient Shen Qingqiu à éprouver un sentiment difficile à décrire… C’était un sentiment tout sauf rassurant.

— Je n’ai pas été un Seigneur de Pic depuis de nombreuses années, corrigea prudemment Shen Qingqiu.

Tianlang-Jun plissa les yeux en souriant.

— Mais je suis fasciné depuis un certain temps par le Seigneur de Pic.

Shen Qingqiu savait pertinemment par expérience que la présence était quelque chose qui s’enseignait dès l’enfance et dans le milieu familial.

Indépendamment de tout cela, si quelqu’un faisait asseoir le père et le fils dans un cercueil et leur faisait prendre exactement la même pose, la présence royale de Tianlang-Jun aurait pu transformer cette scène le représentant assis dans un cercueil en une scène où il aurait été assis sur le Trône du Dragon. En revanche, bien que Luo Binghe était sans aucun doute beau… Eh bien ! Il aurait probablement encore eu l’air d’être assis dans un cercueil.

Pas étonnant que Airplane Shooting Towards the Sky ait senti que Tianlang-Jun était une menace, et l’ait résolument écarté de l’intrigue.

A se tenir en présence de deux Démons Célestes, et dans un espace où il était entouré par les corps en décomposition des anciens de la race démoniaque, Shen Qingqiu éprouvait la sensation que la pression pesant sur lui était extrêmement forte.

— Je n’ose pas accepter cet éloge, défendit Shen Qingqiu en affichant un sourire factice. Mais puisque votre honneur m’observe depuis si longtemps, pourquoi n’êtes-vous pas sorti… sorti pour me rencontrer ?

Malgré les apparences de Tianlang-Jun, passer tout son temps à l’intérieur d’un cercueil était vraiment trop scandaleux. A moins que…

Il ne pouvait pas se lever.

Tianlang-Jun tapota lentement du doigt le bord du cercueil, ses pupilles reflétant les flammes vertes palpitantes du mausolée.

— Très bien, s’exclama-t-il joyeusement. Est-il possible de demander au Seigneur de Pic de m’assister, dans ce cas ?

Le fait d’avoir été arnaqué rendait vraiment réticent. Shen Qingqiu soupira lentement, puis lui tendit la main.

— Je vous en prie.

Tianlang-Jun lui prit la main et se leva avec plaisir. Rester assis dans un cercueil ne découlait donc pas du fait qu’il dissimulait une sorte de faiblesse. Shen Qingqiu ne put s’empêcher de ressentir une certaine déception.

Mais soudain, il se retrouva à ne plus rien tirer.

Il était pourtant toujours en train de tenir le poignet de Tianlang-Jun. Il regarda alors vers le bas, baissant la tête. C’était bel et bien le cas, sauf qu’il ne lui restait plus qu’un bras.

Le visage de Shen Qingqiu perdit toute expression.

En dépit d’avoir perdu un bras, sa manche se retrouvant à moitié vide, Tianlang-Jun se voulut malgré tout encore très poli.

— Ah ! Il s’est encore cassé. Est-ce que je peux déranger le Seigneur de Pic pour qu’il me le rende ?

Shen Qingqiu resta sans voix.

Malgré la violence du choc qu’avait subi son âme, il parvint quand même à rendre calmement ce bras à son propriétaire.

Derrière eux, Zhuzhi-Lang, dont l’expression semblait dire qu’il avait déjà vu cette scène plusieurs fois, vint rattacher sa main dans un son ka-cha (mais vraiment, ka-cha !).

Rattaché !

Es-tu une foutue poupée ? Tes articulations peuvent-elles être attachées et détachées à volonté ?

Après un examen minutieux, Shen Qingqiu réalisa qu’il y avait de nombreuses cicatrices sur le bras de Tianlang-Jun. Partout, les muscles, les tendons et les artères étaient devenus noirs. C’était un spectacle particulièrement choquant lorsqu’on le comparait à sa peau blanche. Même sous les cols de ses robes, on pouvait voir de petites cicatrices noires qui en sortaient en serpentant.

Shen Qingqiu décida fermement de ne rien dire.

C’était comme le battement d’ailes d’un papillon provoquant un tsunami. Il avait précédemment deviné que Zhuzhi-Lang avait pris la Graine de Fleur de Rosée du Soleil et de la Lune pour créer un nouveau corps pour Tianlang-Jun, et c’était une conjecture qui semblait désormais tout à fait correcte. C’était simplement que Tianlang-Jun ne semblait pas très compatible avec ce nouveau corps.

La raison pour laquelle l’âme de Shen Qingqiu et le corps formé grâce à la graine s’étaient bien synchronisés était que, d’une part, ce dernier était né de son propre sang et de son souffle vital ; et d’autre part, la graine était une plante faite d’énergie spirituelle, quelque chose que Shen Qingqiu utilisait également pour faire progresser sa propre cultivation. Il n’était donc pas étonnant qu’avec ces deux raisons, il y ait eu une si bonne compatibilité.

Cependant, la situation de Tianlang-Jun était différente.

C’était un démon, et ses fondations étaient donc basées sur l’énergie démoniaque. Naturellement, la graine allait tenter de le rejeter. Par conséquent, la qualité du corps n’était pas garantie, et il était même possible que le corps en vienne à se corroder.

Tianlang-Jun bougea ses parties rattachées tout en souriant.

— J’ai encouru le ridicule. En parlant de cela, il nous est possible de quitter la montagne Bailu. C’est ainsi que nous avons pu assister au mérite du Seigneur de Pic Shen.

Shen Qingqiu jeta un regard à Zhuzhi-Lang, qui se tenait sur le côté. À l’origine, quand ils s’étaient rencontrés pour la première fois dans la forêt Bailu, sa forme de serpent humain était vraiment… trop horrible à regarder. Mais même ainsi, durant toutes les années où Tianlang-Jun avait été réprimé dans les montagnes, il n’avait jamais quitté la forêt Bailu. Par la suite, lorsqu’il avait reçu la graine de lotus, il ne l’avait pas utilisée sur lui-même ; il n’avait eu aucune hésitation à préférer l’employer pour mouler un corps pour son maître.

Quel loyal subordonné !

Les yeux de Shen Qingqiu balayèrent les peintures murales de la salle du palais, en lâchant sans réfléchir :

— Xi… Zhuzhi-Lang a beaucoup de mérite. Vivre en isolement dans la montagne Bailu et attendre tant d’années pour une opportunité ; Tianlang-Jun donne vraiment envie aux autres, avec un subordonné pareil.

— N’avez-vous pas entendu parler de la devise de mon neveu ? répondit Tianlang-Jun.

— Je l’ai entendue. Une faveur accordée est remboursée plusieurs fois.

Zhuzhi-Lang se mit à rougir, mais son visage eut l’air très bizarre sous la lumière verte des bougies.

— Junshang et Shen-xianshi ne devraient pas se moquer de moi, se défendit-il.

Shen Qinqiu n’avait pas l’intention de le taquiner ; toute son attention était concentrée sur l’étude d’une peinture murale.

Les couleurs de cette peinture murale étaient vives et criardes, et les coups de pinceau fous et frénétiques. Il était néanmoins possible de discerner que l’image faisant face à l’entrée du mausolée figurait un grand visage de femme. Ses yeux étaient plissés, formant des croissants, et la commissure de ses lèvres pointait vers le haut comme si elle ne pouvait pas réprimer sa joie. Cette section du mausolée était sans nul doute la « Salle du Bonheur » des trois temples « du Bonheur, de la Colère et des Lamentations » du Saint Mausolée.

Tianlang-Jun n’avait encore rien senti d’étrange.

— Il est comme ça. Il ne peut penser que de manière très directe. C’est pourquoi il m’a toujours supplié de vous emmener dans le Royaume Démoniaque.

Shen Qingqiu n’avait jamais compris ce genre de raisonnement. Il se retourna légèrement pour regarder Zhuzhi-Lang.

— Quel est le rapport entre le fait de m’emmener dans le Royaume Démoniaque et celui de me rendre service ?

— C’est bien entendu lié, reprit calmement Tianlang-Jun. On ne peut pas laisser les quatre grandes sectes subsister. Cependant, comme le Seigneur de Pic Shen fait toujours partie de la secte Cang Qiong et qu’il entre donc dans ce cadre, Zhuzhi-Lang ne veut naturellement pas que vous restiez à cet endroit.

Shen Qingqiu ne sut comment réagir.

Il avait tout d’abord pensé que Tianlang-Jun était relativement raisonnable. Cependant, après avoir discuté avec lui, il venait de découvrir que cet homme était pratiquement impossible à distinguer de tous ces autres BOSS ambitieux, dont les objectifs étaient de « détruire le monde et tuer les gens honnêtes » !

Mais si l’on y réfléchissait bien, c’était autrefois un jeune idéaliste et prometteur d’une noble lignée, qui avait été réprimé par les membres d’une autre race sous une montagne pendant nombre d’années. Il était donc normal d’éprouver un profond ressentiment.

Shen Qingqiu marqua une pause, puis demanda :

— La prochaine étape est-elle d’exterminer la race humaine toute entière ?

Tianlang-Jun sembla confus.

— Pourquoi pensez-vous cela ? Bien sûr que non. J’aime les humains, mais pas les quatre grandes sectes.

Il esquissa un sourire, avant de poursuivre :

— Au contraire, j’ai un cadeau à faire à la race humaine.

Même s’il ignorait ce qu’était ce soi-disant cadeau, ce n’était certainement pas un objet enrubanné qui apporterait une grande joie à l’humanité ! Shen Qingqiu commençait à cracher un « putain » tout à fait déplacé quand soudain, le mausolée se mit à vibrer.

Du sable et des rochers tombèrent du plafond. Les deux pieds de Shen Qingqiu étaient fermement ancrés au sol, mais son corps ne put s’empêcher de se balancer sauvagement. Au loin, il pouvait même entendre le sifflement à faire trembler la terre d’une créature.

— Qu’est-ce que c’est ? s’enquit-il, en alerte.

Tianlang-Jun écouta attentivement pendant un moment.

— Ils sont arrivés beaucoup plus vite que je ne le pensais.

Il se tourna vers Zhuzhi-Lang.

— Combien sont-ils ?

— Au moins deux cents, répondit Zhuzhi-Lang.

— En attraper rien que dix est déjà extrêmement difficile, fit remarquer Tianlang-Jun en souriant. Cela a dû être dur, pour lui.

Shen Qingqiu ne comprenait pas de quoi ils parlaient, mais, à l’évidence, ils n’avaient pas l’intention de l’éclairer.

Tianlang-Jun épousseta un peu de sable de son épaule, et reprit :

— Seigneur de Pic Shen, depuis cinq ans, mon neveu se bat bec et ongles pour vous forcer à rompre définitivement avec la secte de la montagne Cang Qiong. Qu’en pensez-vous ? Seriez-vous prêt à l’accompagner ?

Vous avez déjà ramené l’intéressé dans des tombes ancestrales, à quoi bon demander ? Attendez une seconde… ! Il y a cinq ans ?

Rompre définitivement ?

Le cœur de Shen Qingqiu s’emballa et s’enfonça dans sa poitrine.

— Les semeurs de la ville de Jinlan ! Cela faisait-il partie de votre plan pour me faire rompre définitivement avec la secte de la montagne Cang Qiong ?

En y réfléchissant bien, la raison pour laquelle il ne pouvait y retourner était que tout était parti de ce qui s’était produit dans la ville de Jinlan.

— Le semeur qui m’a pointé du doigt, c’était votre œuvre ? demanda Shen Qingqiu.

Zhuzhi-Lang baissa la tête. Tianlang-Jun lui tapota l’épaule comme pour le rasséréner.

— Ce n’était à l’origine qu’une petite expérience pour tenter de résoudre la pénurie alimentaire des tribus démoniaques de la frontière sud. Il s’est trouvé que le seigneur Shen était présent. Zhuzhi-Lang voulait seulement que ce dernier abandonne tout désir de retourner dans le monde des hommes, c’est tout.

Shen Qingqiu lança immédiatement un regard noir à Zhuzhi-Lang. Ce soi-disant remboursement avait donc pris la forme d’un semeur pour le diffamer. N’était-ce pas complètement malhonnête ?! La reconnaissance d’un serpent n’était vraiment pas fiable !

— Shen-xianshi, Junshang a dit vouloir éliminer les quatre grandes sectes, sans laisser une seule personne en vie… Cette humble personne espérait sincèrement qu’à ce moment-là…

Shen Qingqiu contint sa colère et l’interrogea encore.

— L’intervention de Qiu Haitang était-elle aussi de votre fait ?

— Je ne connais personne de ce nom, défendit Tianlang-Jun.

Il regarda Zhuzhi-Lang, qui se tourna vers Shen Qingqiu.

— Ce n’est pas moi qui ai impliqué cette femme.

La soudaine apparition de Qiu Haitang et des semeurs qui avaient pris Shen Qingqiu en tenaille, le forçant à se rendre au palais Huan Hua, et l’avaient amené à se retrouver emprisonné dans la prison aquatique n’était donc qu’une simple coïncidence ? Oubliez ça. Les choses en étant désormais arrivées là, cela n’avait plus d’importance.

— Y a-t-il une autre raison que celle-là ? questionna encore Shen Qingqiu.

— J’avais aussi des raisons personnelles pour convoquer ici le seigneur Shen, répondit calmement Tianlang-Jun.

Dans un soupir, il ajouta encore :

— Pendant des années, j’ai ennuyé le seigneur Shen en le laissant s’occuper de mon fils.

Bien qu’il ait depuis longtemps supposé que cette affaire avait un rapport avec Luo Binghe, l’entendre être mentionné fit tout de même trembler le cœur de Shen Qingqiu. Il tenta à contrecœur de rassembler ses esprits, et demanda :

— Luo Binghe ? Qu’est-ce que cela a à voir avec lui ?

Tianlang-Jun ricana, et baissa la tête.

— Comment dire cela ? J’ai remarqué qu’il était très attaché au seigneur Shen…

Bien que ses propos soient ambigus, esquivant complètement la question, Shen Qingqiu n’eut aucun mal à dresser toute une théorie.

Plus longtemps Tianlang-Jun utiliserait ce corps, retrouvant sa cultivation, son énergie démoniaque se renforçant, et plus celui-ci se détériorerait, nécessitant de plus en plus de retouches ça et là. Tôt ou tard, il aurait besoin d’en avoir un nouveau. Or, cet autre corps serait immanquablement plus compatible s’il s’agissait de celui d’une personne de sa famille, d’un autre démon céleste. Mieux encore, si ce corps se trouvait être celui d’un métis capable d’utiliser les deux systèmes de cultivation. Cela ne pouvait en être que meilleur.

Par conséquent, quel corps était plus approprié que celui de Luo Binghe ?

Shen Qingqiu plissa les yeux.

— Alors, la raison pour laquelle vous avez rappelé mon âme, c’était pour l’attirer au Saint Mausolée ?

— Le seigneur Shen est une personne vraiment perspicace, le félicita Tianlang-Jun.

— Luo Binghe n’a pas encore pris votre place, lui rappela Shen Qingqiu. Même s’il le voulait, il ne pourrait donc pas entrer dans le Saint Mausolée.

Malgré cela, Tianlang-Jun semblait confiant et déclara :

— S’il le veut, il viendra.

— Peu importe ce que vous comptez faire, c’est votre fils, reprit lentement Shen Qingqiu.

— En effet.

— Le vôtre, et celui de Su Xiyan.

— Et alors ?

En entendant ces mots, Shen Qingqiu fut finalement convaincu.

Bien que l’expression souriante de Tianlang-Jun soit demeurée la même, dans chacune des rares phrases mentionnant Luo-Binghe qu’il avait prononcées, chacun de ses mots et expressions avaient fait montre de froideur et d’impitoyabilité.

Cette image d’un Tianlang-Jun autrefois aimant et juste s’effaça immédiatement dans l’esprit de Shen Qingqiu. Son ton n’avait même pas tremblé lorsqu’il avait mentionné Su Xiyan. Il aimait à qualifier Luo Binghe de « Mon fils », pour autant, il ne donnait pas le sentiment d’avoir une quelconque notion d’une relation père-fils.

Non seulement Tianlang-Jun n’était pas un pacifiste, mais il n’était pas non plus romantique. Cela bouleversa complètement la vision des choses (sa façon de prendre ses désirs pour des réalités) à laquelle Shen Qingqiu s’accrochait depuis longtemps.

C’était en vérité normal. Le clan des démons considérait les émotions avec un mépris froid, préférant de loin la bonne nourriture, l’influence et le pouvoir. C’était simplement que Shen Qingqiu se sentait quelque peu mal à l’aise vis-à-vis d’une telle nonchalance.

Luo Binghe était vraiment… un enfant mal-aimé.

Shen Qingqiu avait toujours utilisé ce pot noirci de la ville de Jinlan pour frapper la tête de Luo Binghe. Cet enfant, qui portait depuis si longtemps l’expression d’une personne lésée, avait tenté de se défendre à de nombreuses reprises, mais en vain. Il n’y avait encore pas si longtemps, lorsqu’ils avaient été séparés, Shen Qingqiu avait même utilisé des mots très durs pour le réprimander.

Il éprouvait une extrême rancune à l’égard de Tianlang-Jun. Cependant, si l’on y réfléchissait bien, il n’était lui-même pas beaucoup mieux. Il avait profondément blessé Luo Binghe.

Le tombeau venait de tomber dans un silence de mort lorsqu’une seconde vague de rugissements bestiaux et de secousses brisa le calme. Cette fois, ce fut même encore plus féroce, les bruits d’agitation se rapprochant à chaque instant.

C’était au point que Shen Qingqiu ne pouvait plus rester debout. S’agrippant au cercueil, il demanda :

— Quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui se passe exactement ?

Mais avant même qu’il ne puisse prononcer le « ce qui » de sa question, une grande partie du plafond orné de pierres précieuses commença à s’effondrer. Les trois personnes présentes au sein de la salle du palais réagirent rapidement, s’écartant du chemin. Puis un objet extrêmement lourd s’écrasa depuis le toit dans un bruit retentissant, et atterrit au centre de la pièce. De la fumée et de la lumière cristalline filtrant d’en haut, apparut une énorme ombre noire.

Luo Binghe se tenait sur la tête d’une bête géante d’un noir profond, sa robe noire flottant vivement dans la poussière. L’épée Xin Mo était dégainée dans son dos, et ses yeux brillaient d’une lumière rouge, contemplant de haut la scène avec une aura meurtrière.

Notes :

[1] 喜之郎 (xi zhi lang) : Il s’agit d’une marque de pots de gelée populaire en Chine. C’est un petit surnom affectueux que Shen Qingqiu donne à Zhuzhi-Lang.

[2] 滴水之恩,当涌泉相报 – La faveur d’une goutte d’eau est récompensée par la gratitude d’une fontaine.

Notes de la traductrice :

Hello tout le monde et merci de nous continuer à nous suivre o/

Je prends quelques secondes pour vous expliquer le pourquoi du changement de mise en page.

Peut-être ne l’aurez-vous pas remarqué, mais j’ai décidé de repasser à une mise en page plus courante, à savoir, utiliser les tirets cadratins (— ) pour les dialogues. Je trouve ça plus lisible.

En ce qui concerne les chapitres précédents, ils ne vont pas changer pour le moment, parce que je vous annonce également qu’ils sont en cours de révision. D’une part, pour améliorer la qualité de la traduction (je vais travailler essentiellement depuis le chinois pour ça) et la fluidité du texte, et d’une autre, pour revoir en même temps la mise en page.

La version propre et révisée sera intégralement disponible à la fin de la traduction complète de Scum Villain ^_^ Courage, plus que 24 chapitres avant la fin o/ J’envisage par ailleurs d’achever la traduction avant cet été, si mon emploi du temps professionnel me le permet. La correction ne suivra peut-être pas si vite, nous avons tous une vie qui ne nous laisse pas forcément autant de temps que nous le voudrions, mais le projet devrait être terminé avant fin 2021.

Merci de nous accompagner et de nous soutenir, vous êtes géniaux <3

Ch. 56 | Index | Ch. 58

Les membres de la team font de leur mieux pour vous fournir des chapitres de la meilleure qualité possible, mais l’erreur est humaine ! Si vous avez trouvé une faute d’orthographe ou de grammaire, vous pouvez nous la signaler directement en sélectionnant le passage concerné et en appuyant sur Ctrl + Entrée, ou sur le salon « erratum » de notre serveur Discord .

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
Tous les commentaires
Youseichi
Youseichi
6 mars 2021 08:06

Merci pour cette traduction et tout votre travail.

AruBiiZe
AruBiiZe
21 mars 2021 19:01

« Le fils aimait étreindre les cadavres ; le père aimait se coucher dans un cercueil. »
x’DDDD

Wouahou ! Que de revirement ! (Et de réponses à nos questions !)
La bataille entre le père et le fils va commencer !

Plus que 24 chapitres (à partir de celui-là) ! Eh bah ! Plus guère !
Bon courage pour la suite !
A tout de suite dans le suivant !m 😉